Devenir membre Me connecter Faq
Voyage Forum
Forum > Entre deux voyages > Carnets de voyage, textes de voyageurs > Italie >
De Arles à Rome par la Via Aurelia (page 1 de 4)
Discussion démarrée par Tomas3 le 9 avril 2009 à 12:25
64 réponses sur 4 pages · 11 participants · 12 498 affichages
Suivre cette discussion   Suivre cette discussion Partager Similaires Imprimer Première page Page précédente 1 2 3 4 Page suivante Dernière page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
9 avril 2009 à 12:25 (modifié le 15 mai 2009 à 15:40)

De Arles à Rome par la Via Aurelia

1 de 65 messages · 8 179 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Arles-Nice à pieds par la voie aurelia, première marche de printemps

Lyon-Marseille-Arles: je rêvais depuis plusieurs mois de marcher sur les traces des légions d'Auguste de Arles à Rome par la voie aurélienne(via aurelia).
Première grande marche de printemps, après le canal de Midi et Garonne en 2008(550 kms) et la ruta de la plata entre Séville et Santiago (1000 kms ) en 2007 de l'andalousie à la Galice.
Cette première marchede printemps peut se préparer le long des longues soirées d'hiver en surfant sur Google ou sur VF, croiser les informations des marcheurs au long cours, vérifier que le peuple étrange des voyageuses a pris son vol pour les premiers voyages de printemps.
Gitanita croise toujours dans le continent amérindien, Béatrices s'est fixée aux pieds du Causse du Haut Languedoc en rêvant de voyages au long cours, d'autres préparent un second périple au pays des sassanides, périple de dix jours, avion, bus et train compris. On a les vacances qu'on peut...
De son côté, la voyageuse du cirque a repris la tournée de son cirque en Turquie, à 300 kms d'Aleppo: bientôt, le petit cirque italien s'installera pour une longue tournée de six mois en Syrie, pour passer ensuite en Egypte...
Mes compagnons de route au long cours ont préféré le Népal qu'ils préparent activement.
Comme la météo est capricieuse, derrière le projet « Via Aurelia » en 37 jours(1000 kms) j'ai mis en réserve le ruta de levante de Valencia à Ourense, par Tolède et Avila et si la météo est vraiment capricieuse, le tour de Corse par le sentier littoral, la mer méditerranée est toujours pleine d'embruns...

31 Mars 2009: ARLES-SAINT MARTIN DE CRAU : Ière étape: 21 kms:

« préambule d'une longue marche de printemps »

Lyon-Marseille-Arles: il me faut rejoindre Arles, mais je passerai auparavant par Marseille au Consulat de Syrie déposer une demande de visa pour mon prochain voyage: les informations de VF m'ont révélé que la délivrance des visas syriens est beaucoup plus rapide à Marseille qu'à Paris.
Recu courtoisement par le consul, je ne peux m'empêcher de penser qu'il représente une effroyable bureaucratie actuellement au pouvoir à Damas. Sa courtoisie n'efface pas ma mémoire.

A midi, je suis à Sainte Trophyme(Arles) que je connais déjà et comme la première étape projetée: Arles-Salon(39 kms) me paraît tartarinesque, je tente le coup de la partager en deux étapes:
Arles-saint Martin de Crau cet après midi, Salon de Provence demain...

Pour une mise en jambe, il vaut mieux être prudent avant une marche au long cours: mes chaussures italiennes sont récentes: elles ont encore besoin d'être « faites », « culottées » ou « débridées » selon ce que l'on veut.

La bête, malgré ses piscines hebdomadaires, a besoin de remettre en route ses muscles longs et de vérifier l'état de ses tendons (tendinite 2007).

Le sac est neuf, il faut réapprendre à le remplir et à privilégier le choix des poches(clin d'oeil aux marcheurs au long cours...)

le jet de l'inutile se fait au cours des trois premiers jours. Bien entendu, j'ai une carte grossière de la Via Aurelia trouvée sur Google, que je complèterai par des cartes IGN au 1/100.000 et les informations précieuses des offices du tourisme traversés.

J 'ai l'intention d'être émerveillé par les paysages, les montagnes, les cieux, les floraisons et les odeurs de printemps, les oiseaux et les animaux que je rencontrerai, les hommes aussi tout au long de mon long chemin...
1 avril 2009: Saint Martin de Crau-Salon de Provence: (28 kms)
« la plaine de la crau fait toujours 70 kms de large »

ma voiture garée sur le parking de la gare, je contourne le premier rond-point d'Arles pour buter sur le vieux moulin de Van Gogh(en cours de restauration, la restauration à l'identique de la toile de Vincent bute sur la reconstruction de l'annexe en briques rouges au pied gauche du moulin) j'oublie de photographier la relique, hypnotisé par les arcades d'un pont moyenageux qui enjambe les canaux.
La météo n'est pas au beau fixe: j'ai capoté le marcheur: K-Way-casquette américaine à longue visière, le parapluie oublié et qui fait déjà défaut...Heureusement, Zeus, Ouranos, dans leur Olympe, sont cléments: la pluie se mue en un crachin breton qui autorise la marche au long cours...

J'ai eu le choix entre le parcours dit « du patrimoine » qui suit le GR des alpilles et la longue plaine de la Crau (70 kms de Arles à Aix) j'ai privilégié le second itinéraire, ayant déjà fortement transpiré sur le premier dans une autre vie...des alpilles au Ventoux.

La plaine de la Crau reste une large plaine alluviale où les mas s'égrènent le long du chemin, les portails des domaines ouvrant sur de longues allées de mûriers. La plaine est verte et humide: l'eau sourd de toutes parts, de multiples canaux de dérivations: les cheavux camarguais, les grues, les canards sauvages, les aigrettes sont en harmonie avec le vert de ce printemps tardif: les odeurs, les parfums, les cris d'oiseaux se répondent, couverts souvent par le rugissement des diesels de la petite départementale, diesels fous qui ont quitté l'autoroute proche que l'on suit...

Au détour d'une allée de buis, le beau tympan roman de saint Geniès, à l'entrée de Rafèle entre Arles et saint Martin: platitude, longueur des kilomètres, seule la montagne sainte Victoire émerge au loin et nous rappelle qu'on marche sur Aix..

2 avril 2009: Salon-de-provence- Aix: 27 kms:
« où le château de l'Emperi prend des allures de Marlborough »

Salon de Provence est sous la pluie: redondance avec la Fontaine de mousse de la place de la Fontaine: même le château de l'Emperi, à l'architecture toscane, ne respire pas le blond de la pierre d'Orgon.
N'empêche, Salon est une ville que l'on dédaigne souvent, mais qui a de vrais airs d'Italie et Saint Michel et son vieux tympan roman valent le détour...

L'hotel de la poste, recommandé aux compostelliens(cf.ww.compostelle-paca...) regorge de marcheurs au long cours: un italien arrive de Rome et part sur Compostelle, un autre marcheur arrive ce soir: je n'aurais pas le temps de connaître sa destination: Rome ou Compostelle.
Sur cet itinéraire, il arrive que l'on croise des flux de randonneurs dont on ne sait s'ils vont sur Rome ou sur l'Espagne.

Je n'oublie pas de faire tamponner mon « credential » d'agnostique: les cachets des hotels ou des offices de tourisme suffisent à mon bonheur, je crains un peu les couvents et les nonnes, j'attend l'Italie...
La D17 m'offre à la sortie de Salon 17 kilomètres de Voie Aurélienne parfaite jusqu'à Eguille, une borne miliaire est fièrement dressée au KM 6 à la sortie de Salon, ma première borne milaire, elle a encore au flanc, la petite niche boite aux lettres des coursiers de l'empereur. J'imagine, sous le goudron de la D17 les amoncellements de graviers et les milliers d'esclaves morts à dresser cette longue voie entre ROME et ARLES, les légions d'Aurélien, de Marius et de Claude, jeunes légionnaires de 20 ans marchant sur les itinéraires des tables de PEUTENGER( avec espérance de vie de 30 ans et souliers de bois cloutés) j'apprécie d'autant mes Merrell et mes Trezeta(chaussures de marcheurs du XXI siècle après J-C)..

3 avril 2009 : AIX-TRETS-SAINT MAXIMIN (36 kms)
où les métamorphoses de PICASSO au Musée Granet

La pluie tombe d'abondance, j'abandonne une partie de l'étape pour me consacrer au Musée GRANET d'AIX où m'attendent « les métamorphoses de Picasso », parcours initiatique à l'oeuvre du peintre de Vauvenargues (inhumé dans le parc du château)
La première salle d'exposition me semble un peu « disney », façon cité des sciences de la Villette, avec musique initiatique si l'on effleure les cartouches des oeuvres du peintre, je préfère la recréation d'une femme nue couché avec couches numériques révélant le miracle de la création: merveille du numérique et de la pédagogie inter-active...
dehors, il pleut toujours: j'irai dormir à TRETS, cité médiévale à 21 kms d'Aix, au pied de PUYLOUBIER, d'où je reprendrai mon errance jusqu'à saint Maximin la sainte baume.

L'hotel du Val de Trets, vieille maison provencale au pied des remparts, me réconcilie avec l'hotellerie francaise: j'apprécierai d'autant après ma longue marche le long du tombeau de Marius dans la plaine des Loubières(bataille de Marius contre les teutons...je suis toujours sur le voie aurelia)

ici des chiens errants me prennent en affection et je mettrai sept kilomètres avant de m'en séparer, en suivant une voie ferrée désaffectée pour effacer mes traces. Heureusement, une belle provencale, inquiète de leur présence et de leur propriétaire, les gardera pour moi, le temps que je m'éloigne...

Une halte à POURCIEUX, avec bistrot tenu par un étrange personnage déguisé en souteneur(gourmette en or, veste prune, pantalon noir, teint illuminé par les veilles et les costières du Var...) et une belle boulangère à la poitrine aussi généreuse que ses croissants au beurre et ses pissaladières. Mon dieu, que que la France des chemins est bonne...

3 avril 2009: Saint Maximin – Brignoles:
« Marie-Madeleine a désormais deux tombeaux »

je vais déchiffrer ma deuxième borne miliaire de la voie aurelia grâce à Evelyne, hôtesse de l'office du tourisme de saint Maximin, bien plus compétente que moi sur le »noli ne tangere »du crâne de Marie-Madeleine, enchâssé dans la crypte de la basilique de saint Maximin.
Moi qui lui dis qu'il s'agit d'une supercherie, les révolutionnaires étant passé par là en I793, elle me confirme que les restes précieux de la sainte avaient été cachés pendant la révolution et que le morceau de chair sanctifié par les doigts du christ sur le front de la pénitente est tombé du crâne lors de sa redécouverte...
elle me précise même que si les restes trouvés dans le sarcophage de la sainte sont d'un homme, c'est que les chrétiens de l'époque, craignant que les sarrazins fassent main basse sur les reliques de Marie-Madeleine, avaient mis à sa place la dépouille du pauvre saint Isidore... croyant comprenne que pourra...

il n 'empêche que les sarcophage de la crypte, sarcophages paléo-chrétiens, romains ré-employés, valent bien ceux du musée archéologique d'Arles...et que le retable d'Andre de ROZEN et ses dix sept prédelles(1510-1520) me préparent sérieusement aux fresques de Giotto que je verrai bientôt dans quelques jours.

J'apprécie de plus en plus la culture et le charme des hôtesses des offices de tourisme: elles vous donnent envie d'approfondir et d'aller plus loi sur le chemin(pour mémoire, la seconde borne miliaire de saint maximin est entreposée dans le cloître de la basilique, elle a été trouvée sur le mont aurélien sur la même commune...)

4 avril 2009: où le GR 99 croise la via aurelia:

on avait laissé notre héros en contemplation devant sa deuxième borne miliaire: on avait oublié de dire que nos ponts et chaussées successifs avaient fait disparaître toute trace de la monumentale autoroute romaine.
En Espagne, on marche encore sur les pavés de la Via Augusta. Dans le Var et les Alpes-Maritimes, la via aurelia s'appelle D17, Nationale 7, autoroute provencale.
Alors, de temps en temps, pour retrouver les maquis et les buis, la guarrigue, le GR ou sentier de grande randonnée est la meilleur formule..
A Brignoles, c'est le GR 99 qui croise la via aurelia, il descend de BARJOLS et de BRAS, il a des odeurs de sangliers, de feuilles mortes et de poudre à fusil, il croise la piste des chasseurs locaux, l'on s'attend à tout moment à voir surgir, apeurée, une laie et ses marcassins.
Malheureusement, je pense à Peter Mayle, de redoutables propriétaires terriens entourent leurs territoires de barbelés et de miradors et obligent le poétique GR à gravir collines et descendre vallons, sans raison, sinon la fièvre « propriétaire » d'un hobereau local(avec 4x4 et fusil à 3 coups) voilà pour le GR 99.
Il en sera de même pour le GR41 et le GR 55, mêmes itinéraires tourmentés, à forte déclivité, mais où l'ascension terminée, l'estérel et les maures valent le détour.
A partir du Muy, le GR prend le nom de GR 51 pour longer les crêtes de l'Estérel.
Le pélerin-randonneu a le choix entre les départementales dangereuses et les sentiers de chasseurs: selon son humeur, son envie d'écologie ou de verdure, de nature ou de vieilles pierres, il peut opter pour l'une ou pour l'autre formule.La formule GR est toujours plus coûteuse en énergie: St Maximin-brignoles par le GR: 8 heures de marche, le même itinéraire par la départementale: 4 heures de marche...

Dans le premier cas, des odeurs de trohens en fleur, des buis, des chênes-verts, des chênes lièges, des guarrigues sauvages...
dans le second cas, les odeurs de diesels mal réglés, et la mauvaise humeur des automobilistes qui vous frôlent rageusement, jaloux de leur territoire sur lequel vous empiétez...

5 avril 2009: Brignoles-Le Thoronet-Fréjus:
« où l'on s'apercoit que ce n'était pas Aurélien qui avait commandité la via aurelia »

je ne sais pas pourquoi en arrivant à Fréjus je fredonne une complainte bretonne « de Nice à Concarneau », ce qui est sûr, c'est que je ne suis pas encore arrivé à Nice, même si mes étapes m'en rapprochent.
Je devrais plutôt fredonner, comme Auguste en I7 avant JC, de ARLES à FREJUS et de ROME à FREJUS par la Turbie, voilà la belle idée de notre empereur, alors que nos légionnaires se gelaient à franchir les cols des Alpes et celui de Larche particulièrement, depuis des lustres...

Mais je vais être infidèle au parcours romain, à cause de mes amours cisterciennes: il me faut voir LE THORONET, après SENANQUE, SILVACANE et FONTFROIDE: THORONET, la plus simple, la plus sauvage, la plus austère des abbayes cisterciennes de Provence.
Le randonneur des GR se sent en harmonie, avec son sac, avec la simplicité et l'évidence des architectures solesmiennes...
il me faut cependant revenir à la Via Aurelia, et c'est à Fréjus que je prendrai mon troisième pied devant ma troisième borne miliaire, entreposée sous une arche des arènes, sans inscription, au milieu d'autres vestiges antiques.
FREJUS est une vraie capitale archéologique romaine: on vient d'ailleurs de mettre au jour, en creusant un parking en face de la Poste, les vestiges du port antique de Fréjus: impressionnants...

Alors, que faire à Fréjus, sinon passer des arènes à l'aqueduc de la porte dorée, à la reconstitution d'une magnifique villa romaine au musée archéologique, contempler les colonnes romaines de ré-emploi du baptistère paléo-chrétien de la cathédrale, et surtout, comble du syndrome de Stendhal, tomber en pamoison devant les 18 prédelles du retable de Jacobo DRANDI (1410-1463) consacré à la vie de sainte Marguerite( la carte postale de ce retable est en vente au prix de 60 centimes à la librairie du cloître de la cathédrale)

FREJUS: Capitale gréco-romaine ou sarrazine ?

Voilà pour le patrimoine, que dire de la sociologie de ce chemin romain ? Les sarrazins ont depuis longtemps repris pieds en Provence et les défenses et les fortifications érigées au IX et X ièmes siècles sur les contreforts des Maures et de L'Estérel n'ont plus de signification et sont tombées depuis longtemps devant une immigration d'outre-méditerranée qui s'est installée curieusement au coeur des cités médiévales provencales...

Nous allons à prix d'or acheter les dars de leurs casbah qu'ils désertent pour les banlieues de leurs grandes villes, tandis qu'ils restaurent avec ardeur les vieux quartiers de nos bastides..les horribles ETAP-HOTEL, B and B, et autres F1 fleurissent dans nos banlieues et aux périphéries des villes traversées... subsistent avec bonheur des hotels Riviera (Fréjus) de l'avenir (Saint Martin de Crau) les kebbabs, les épiceries tenues 7/7 par Ahmed, Karim et Mamadou...
Les petits-bourgeois gaulois paient sur trente ans leurs pavillons en parpaing, tandis que les descendants de Mohamed restaurent et font revivre de belles demeures médiévales oubliées au coeur de cités fortifiées.

Le soir, des brunes aux yeux de gazelle rient très fort entre elles aux terrasses des cafés construits sur les traces des anciennes fortifications.
La provence sarrazine est une réalité dont il faut se réjouir: il n'y a pas de meilleure intégration que l'accent chargé d'ail et de senteurs provencales de Mahdi, Leila, Khaled et Mina, leur vitalité, leur humour et leur absence de qu'en dira-t-on.
Parfois, je songe aux fantômes errants de ces belles demeures avec qui ils font si bon ménage.

Ce soir, je dormirai chez Mohamed, après avoir gravi les vieux escaliers aux tomettes provencales de son hotel chargé d'ans et d'histoires...

6 Avril: FREJUS – LES ADRETS :
« où les crêtes de l'estérel font oublier la via aurelia »

si l'on suit le parcours historique de la via aurelia, on doit suivre le bord de mer de saint Raphael à Cannes, revêtu de bêton et de goudron...
La via aurelia mérite mieux que çà: on choisira de remonter le cours du Reyron à Partir de Fréjus et de gagner l'ancien barrage de Malpasset: on franchira ensuite l'Estérel par les Adrets...
Pas un véhicule, pas une moto, des allées de chênes-liège et des paysages sur l'arrière pays àvous couper le souffle.

Détail amusant, c'est aussi la région où l'on trouve le plus de l'espèce curieuse de « l'étrange peuple des voyageuses », surtout des voyageuses en « a », mais aussi des voyageuses en « o ».

Aux adrets, c'est une voyageuse en « o » qui va me faire découvrir l'estérel et son arrière-pays, nous échangerons sur nos raids réciproques, elle dans le sud-est asiatique et moi sur mes marches au long cours.
Nous passerons deux heures sympas à échanger nos bons plans et nos itinéraires: demain, je suivrai à son initiative les rives du lac de saint Cassien pour rejoindre PEYMEINADE.
Elle m'aura permis de raccourcir mon étape en m'offrant de découvrir les rives d'un lac walchensien.
Je rejoindrais la via aurelia à MOUANS-SARTOU...

Je regrette déjà de laisser l'étrange voyageuse dans son petit village de l'Estérel, je sais qu'au détour d'un chemin, au retour d'un trek, je la retrouverai, plaine d'humour, de convivialité, de simplicité et d'ouverture aux autres.

Voyage-Forum a cela de bon qu'il nous laisse des amis dans les coins les plus inaccessibles et les plus surprenants. Je marchera demain en pensant à elle, la remerciant du fond du coeur des paysages qu'elle m'aura permis de découvrir et que mon itinéraire n'avait pas prévu.

L'Estérel laisse demain sa place pour le Massif du tanneron.

7 avril : Les adrets-Montauroux (14 kms)
« où une vfiste change l'itinéraire de la voie aurélienne

Nostalgique de cette rencontre furtive avec « O » la belle vfiste(brune, 1, 77 m)je me retiens du sms de regret du style « n'ai je pas été trop tactile? Je me suis pourtant retenu »(lu dans les perles de VF)il me faut reprendre la route: mon compteur indique encore 764 kms avant ROME...
heureusement, BORDIGHIERA, ma ville fantasmée approche...

I4 kms après les Adrets, après avoir suivi les rives du lac de Saint Cassien, prêt à aborder le virage de PEYMEINADE, les klaxons compulsifs d'un véhicule que j'aurais pu prendre pour celui d'une boulangère livrant son pain me font me retourner et voilà-t-y pas que je retrouve ma vfiste en « o » que le hasard ou le destin remettait sur ma route...

Il est l'heure du café de I0 heures, le soleil est de la partie, nous voilà dérivant vers MONTAUROUX, village non inscrit dans l'itinéraire...mon destin sera-t-il lui aussi bouleversé?

Ma bonne étoile me suggère que ce soir, le gîte et le couvert seront assurés par Voyage Forum, merci Francois...
la solidarité des voyageurs ou du peuple étrange des voyageuses me fera découvrir la gentillesse, la générosité, l'ouverture d'esprit de certains habitués du Forum: je ne regretterai pas le détour: non seulement, je vivrai au rythme et au coeur d'un village provencal, mais les curiosité du patrimoine de MONTAUROUX et de CALLIAN(village de Christian DIOR et de soeur Emmanuelle) n'auront plus de secret pour moi.

La voyageuse en « 0 » me fera découvrir les rouges corsés des coteaux du Var, j'échangerai contre son accueil un saint Estèphe, château BONIS, élevé et mis en fût au château...
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."

Images attachées:

FH000009.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
FH000008.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
FH000007.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
FH000006.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
FH000011.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
Haut de la page
Martinenego
LES ADRETS, France

Photo/image personnelle du membre Martinenego.
Description: je ne pense pas etre compliquée!!!! je deteste les personnes autoritaires et caracterielles!!! j aime bien rire un peu en voyage!!!!car dans notre monde qué stress!!!!!!!!on ne peut y echapper!!!!!!!


179 messages
Inscrite le 22 oct. 2007
À: Tomas3  13 avril 2009 à 3:49

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

2 de 65 messages · 8 036 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Moi aussi je dis merci a François pour ce super forum!!!
j ai été ravie de rencontrer ce voyageur a pied!!
et que d eloges me fais tu cher JC pour une si bonne journée passée ensemble et quel plaisir aussi d avoir eu des nouilles sautées faites par mon amie asiate Christiane!!!!
au petit bled de montauroux, tu as maintenant des ami es!!!!nouveaux!!!!!
c est ça la vie il faut savoir changer parfois sa route pour croquer quelques bons moments!!!!au plaisir!!!!
Martine
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Martinenego  13 avril 2009 à 14:55 (modifié le 15 mai 2009 à 16:07)

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

3 de 65 messages · 7 938 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
11ème étape : Montauroux-Grasse (22 kms)

« où l’on clôt le premier épisode de la via aurelia »

le départ pour la onzième étape est matinal et nostalgique à la fois. L’errance laisse toujours derrière elle beaucoup d’affectif. Je n’aurais pas l’occasion de remercier mon hôtesse des préparatifs discrets du petit déjeuner qu’elle a préparé à mon intention.
Le sms que je lui enverrai n’aura pas la charge affective que je voudrais y mettre : « décidément, on fait de belles rencontres sur le chemin… !
Peut-être comprendra-t-elle, mais la départementale ou le GR 51 n’attendent pas : il est six heures trente du matin, l’heure d’été fait que le jour se lève tardivement pour le marcheur que je suis qui aime à épuiser son capital horaire à l’aurore sans pour autant marcher dans la nuit.
Raphael, le fils de la voyageuse en « o » m’a donné les coordonnées d’un itinéraire-raccourci par « la ferme du vosgien », j’appréciera l’absence de diesels et d’autres véhicules, j’apprécierai moins le goudron des 22 kms qui séparent Montauroux de Grasse.
L’Estérel est mangé de toutes parts par un immobilier invasif, si bien qu’on a l’impression sur cet itinéraire de traverser un immense domaine de villégiatures, toutes plus « sam suffit » les unes que les autres.
La forêt de chênes-verts et de chênes-liège est devenue une sorte de repaires californiens pour retraités riches ou moins riches. Les chiens aboient derrière les grillages, les piscines succèdent aux piscines, tandis que quads et 4 x 4 dorment sous des auvents à l’abri du soleil méditerranéen…
Je m’en veux d’avoir privilégié le goudron au GR 51 : je redoutais les tours et les détours capricieux du GR en espace urbanisé : me voilà rêvant de la gare de Grasse et de ses TER régionaux…

12 ème étape : Gare de Grasse- maison de garde barrière de Campaignan :

le compteur perso du randonneur marque 268 kms( entre Arles et Grasse) : les deux grandes étapes suivantes sur la Côte Ligure(Vintimille-Genova -250 kms) et Genova-La Spezia(200 kms) attendront que je récupère mon visa syrien au Consulat de Marseille, et mes forces pendant le week-end pascal.
Une autre vfiste m’a proposé un hébergement dans une maison de garde-barrière à 10 kms de Pezenas : je n’hésite pas à sauter sur l’occasion : cette halte ne sera qu’une nuit d’étape avant de rejoindre un autre vfiste marcheur, arrêté au Puy-en-Velay par des ampoules sous la voûte plantaire.

Ce vfiste était parti de Lyon pour rejoindre le col du Somport par la voie de Genève du compostelle podiensis : il a dû abandonner son trek après cinq jours de marche, handicapé lourdement par des ampoules tenaces dues à des chaussures neuves.

Je le réceptionne en gare du Puy-en-velay et le ramène à son point de départ : LYON, où nous fêterons en famille la soirée du jeudi-saint.

Etrange randonneur, qui dort sous la tente, cuit sur feu de bois des espèces de tortillas aux herbes sauvages et se nourrit de légumes herborisés le long du chemin. Nous avons deux façons bien différentes de marcher : la mienne est bien bourgeoise et beaucoup moins rustique que la sienne.
Une passion commune pour les marches au long cours nous réunit cependant et nous échangeons nos itinéraires : sentierdu littoral du cap corse, GR 10 pyrénéen, Podiensis, comme de vieux combattants de GR évoquant leurs marches respectives et leurs façons d’avancer, heures et kilomètres sur des sentiers encore enneigés( le mont Lozère est encore sous la neige et l’Aubrac ne vaut pas mieux…je lui vante les mérites de la côte ligure que je ne connais pas encore…)

 au petit bled de Montauroux, tu as de nouveaux amis... 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."

Images attachées:

FH000012.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
FH000013.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
FH000006.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Tomas3  16 avril 2009 à 11:36

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

4 de 65 messages · 7 868 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Ciao Jean Claude,
il 13 aprile a Grasse!.....
...il 16 forse già arrivato in Italia.!?..
...quindi si parla e scrive italiano....!!...
Ho guardato meteo Ventimiglia......brutto!! piove!!! fa anche un po fresco... solo 14 gradi!! ma il calore nei cuori italiani non manca mai.....lo so! ci sono nata, un po più giù, proprio dove la terra sta tremando, a fianco del Gran Sasso.
Anche in Lorraine sta arrivando la pioggia. Ma in Italia il sole tornerà presto........vedrai..

En attendant, je t'offre une poesie sur les sensations du marcheur. Tu les connais, je n'en doute pas..... peut-être pas en italien!?

Amichevolmente .
Liliana

Mi addentravo per un miglio in un bosco, mi accorgevo di camminare con il corpo, ma essere presente con lo spirito
Camminare
in viali alberati
e sentire
odore di Muschio
Camminare sotto la pioggia
e sentire frescura sul viso
Camminare
presso un burrone e sentire
freddo pungente.
Camminare
in luoghi appartati
e isolarti dal reale
Camminare
andare alla ricerca
dell’IO
Andare alla ricerca
del Noi!

Dora Forino

 de la part de anima52(une voyageuse en "a") 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."
Haut de la page
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Martinenego  17 avril 2009 à 3:45

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

5 de 65 messages · 7 842 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
bonjour, belle nicoise,
de retour? tu as vu le beau poème italien d'Anima. Je lui ai demandé de nous le traduire, mes compétences en italien n'allant pas au-delà du glossaire de Lonely Planet, mon guide préféré. J'espère qu'elle nous en fera un belle traduction publique. Que devient le gîte de Montauroux et les baraquettes pleines de faux Vetriano, de Picasso et de Klimt? as-tu fait le ménage après le passage du "tonton"? Montauroux est-il toujours comme la gare de perpignan au centre de la Via aurelia?

 où l'on regrette les nouilles sautées d'une cambodgienne de passage... 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."
Haut de la page
Anima52
France

3 messages
Inscrite le 16 avr. 2009
À: Tomas3  18 avril 2009 à 4:10

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

6 de 65 messages · 7 795 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Ciao Jean Claude,

J’t’ai traduis de mon mieux le poème du marcheur.
Espère avoir été fidèle à la pensée de son auteur.
Mon italien est loin d’être parfait, (mon français non plus d’ailleurs !)
si quelque internaute peut faire mieux………je n’y vois aucun d’inconvénient…..
Bonne journée…
….de marche ??…..ou encore de repos ??

Je m'enfonçais un mille dans un bois,
je m'apercevais marcher avec le corps,
mais être présent avec l'esprit
Marcher dans les boulevards d’arbres
et respirer l’odeur de la mousse
Marcher sous la pluie et sentir sa fraîcheur sur le visage
Marcher près d'un ravin et sentir le froid piquant.
Marcher hors des sentiers battus et t'isoler du réel
Marcher… aller à la recherche du moi
…Aller à la recherche du Soi!
Haut de la page
Anima52
France

3 messages
Inscrite le 16 avr. 2009
À: Anima52  18 avril 2009 à 4:19

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

7 de 65 messages · 7 785 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
reciao,
tes souvenirs sont bons.......quelle mémoire!...pour une seule entrevue de quelques minutes......partir, pour moi, c'est pas évident....... je me contente des randonnées locales......
j'te traduirai le poème quand j'aurai un peu de temps...... mais va falloir qu't'amégliores ton italien......
Les abruzzes?....plus les années passent plus j'en ai la nostalgie, même si j'en suis partie à tout juste 7 ans.
Mais je suppose que c'est courant, en vieillissant, désirer retourner aux sources....
J'y suis allée le mois dernier. Habituellement j'y vais l'été, tout est sec. Cette fois j'ai été surprise et émerveillée par le vert tendre du blé poussant sur les collines décorées d'olivier alignés. Toutes ces collines verdoyantes entre la blancheur des sommets encore enneigés et le bleu de la mer..sous le soleil printanier..... c'était un régal pour les yeux et une sensation de paradis perdu pour moi qui ai passé le reste du temps à Villerupt entre les cheminées des hauts fourneaux et les murs gris des citées ouvrières........( doit-on dire, heureusement ou malheureusement aujourd'hui disparus.)......et le vent du nord....
Là_bas.... la terre se réveille de temps en temps pour nous rappeler notre impuissance........
Fais le meilleur choix possible pour la suite de ton chemin...........arrivederci
Lil
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Anima52  18 avril 2009 à 4:37

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

8 de 65 messages · 7 782 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
ciao liliana,

je vois que tu prends plaisir à m'accompagner en pensée sur le trek dont nous avions rêvé ensemble. Ce sera peut-être réel pour toi une autre fois. J'ai posé mon sac quelques jours avant de franchir la frontière italienne, désespéré de savoir la via aurelia définitivement sous le goudron en Ligurie.
Je potasse activement les guides de voyage pour me donner la solution:
"alta via dei monti luguri" ?("liguri.net")
"via francigena"?(www.compostelle-paca-corse-info/chemin/Resources/Schema_PACA.gif)
"sentier du littoral ligure entre Ventimilia et Sarzana"?
je n'ai pas encore pris de décision, mais mon carnet de voyage te tiendra au courant, si tu me lis...
Depuis que j'ai vu "Villa AMALIA" de Benoit Jacquot, j'envisage de plus en plus de pousser jusqu'à ISCHIA, superbe ile dans la baie de Naples...

 ….de marche ??…..ou encore de repos ?? 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."
Haut de la page
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Anima52  19 avril 2009 à 1:56

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

9 de 65 messages · 7 746 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
13ième étape : l’abbaye du village du peuple étrange (virtuelle) :
extrait d’un carnet de voyage du vefistan

alors que je suis en pause technique et surtout physique, mettant sur le net le propre de mes carnets de voyage, errant sur la toile entre Grasse et Vintimilia, je tombe sur un site étrange, clone d’un forum de voyage dans lequel j’ai souvent mes habitudes, une sorte d’abbaye de Thélème électronique… une sœur tourière, des règles, un sas d’entrée pour les nouveaux ou les arrivants, un questionnaire sur vos intentions et vos origines, des petits oiseaux dans le cloître, des complies de bonheur simple et de joie quotidienne.
Je suis rentré dans leur narthex électronique, ai signé leur livre d’or, et puis j’ai repris mon chemin.
Voiçi des extraits de ce que j’ai laissé dans leur livre d’or :

« chère sœur frédérique, devrai-je plutôt vous appeler « tourière » ? quel bonheur et quel silence dans votre narthex(seuil obligatoire imposé aux pélerins-randonneurs dans certaines églises ou certains monastères de pèlerinage) je me présente : je ne suis pas un « petit nouveau », je viens du vfistan où j’ai eu l’occasion de partager parfois vos offices. Je découvre, après le Thoronet, abbaye cistercienne sur mon chemin entre Brignoles et Fréjus, votre jeune établissement « régulier » électronique et je me pause un instant dans votre « sas » narthex, avec le bonheur du pèlerin-randonneur.

Derrière les rubriques et sous-rubriques de votre jeune monastère, j’ai entrevu la trentaine de sœurs converses et régulières, ainsi que deux ou trois moines que vous avez eu la bonté d’introduire, en leur demandant de s’appliquer à eux-mêmes les règles que vous vous imposez. J’ai cru reconnaître plusieurs révérendes-mères, un père-abbé voyageur au long cours, et quelques jeunes nonnes énervées venues expier dans la fraîcheur de votre cloître, les débordements sentimentaux dus sans doute à leur excès d’hormones.

Quand on lit les complies, les matines et les couplets chantés par vos officiantes, on pense à sainte claire et à saint francois. Derrière l’ordinaire des propos quotidiens et des tâches humbles de votre couvent, règne une atmosphère d’amour et de tendresse partagés qui est loin de la qualification de « secte » que vous avez prêtée un instant à votre établissement.

Certes il s’apparente plus à la règle de saint benoît, séculière, qu’à la régulière et austère règle solesmienne, un tiers de repos, un tiers de travail, un tiers d’adoration.

Dans votre monastère, les nonnes vont et viennent, mais l’on devine une solidarité de tous les instants. Certaines poursuivent leurs délires romancés à l’ombre de leur cellule, mais l’on vous sent vigilantes entre vous.
Ne serait-ce l’obligation de reprendre ma route, un instant détournée par votre « village », et l’ardente morale qui me pousse à expier sur le chemin les errements commis sans doute dans d’autres existences, j’aurais passé d’agréables moments dans les rubriques, sous-rubriques, thèmes et sous-thèmes de vos échanges électroniques, chère sœur tourière.
Alors nous avons désormais deux modérateurs : sœur frédérique et frère francois, qu’ils restent longtemps dans leur pratique de tolèrance et de non-censure dans leurs forums respectifs, et que les révérendes-mères de vos couvents laissent à leurs nonnes l’épanouissement de leur âge…

 fais le meilleur choix possible pour la suite de ton chemin... 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Martinenego  21 avril 2009 à 4:07 (modifié le 16 mai 2009 à 12:08)

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

10 de 65 messages · 7 704 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Pause technique : le coût de l’hébergement sur un trek au long cours tel que le via aurelia :

Plusieurs correspondants m’ont interrogé sur le coût de l’hébergement sur un trek au long cours comme celui de la via aurelia, que ce soit sur le net ou sur vf.
Une bonne information, mais qui demeure à vérifier, car elle date de 2007, est la liste des gîtes, refuges, hotels et autres hébergements que l’on trouve sur le site compostelle-paca.

Dans mon cas, après la première partie francaise, Arles-Grasse-Vintimilia, les premières observations que j’en tire sont très hétérogènes. Je ne suis pas « tente sur le dos et bivouac », pour moi la fatigue de 24 à 32 kms par jour ne se dilue que sous une bonne douche, et avec un minimum de confort, au moins pour le lit et la douche.

La consommation en énergie du marcheur au long cours frisant les 3500 calories, je ne saurais trop recommandé aux amateurs de ces treks au moins un repas complet par jour, même si le repas tiré du sac fait faire des économies de temps et d’argent, il est essentiel de choisir un bon petit restaurant, équilibré et pas cher, le midi ou le soir qu’importe, pour compléter les fruits secs, les barres de chocolats, les biscuits secs et autres barres vitaminés de complément.

Je m’étais fixé un budget hotelier de 45 euros par jour, à ne pas dépasser. En France, il est difficile, surtout en Provence de jongler avec un tel budget.
La plupart des hotels 2 étoiles, les I étoile, vaut mieux ne pas en parler, sont encore en basse ou moyenne saisons : il est encore facile de dénicher des deux étoiles à 40 euros.(St Martin de Crau-Salon de Provence)
Eviter le I étoile à 35 euros, souvent les toilettes sont au bout du couloir, et la douche, dont le pommeau est déchiré, est à l’étage en dessous(Fréjus)
La solution idéale est de réserver la veille de l’office de tourisme du village précédent : cette marge d’autonomie vous évite de passer par des centrales de réservation de gîtes et chambres d’hôtes départementales…
Si bien sûr, vous avez oublié de réserver la veille, ces centrales sont très utiles, mais lorsque vous annoncez les limites supérieures de votre budget, sont assez dubitatives sur leur résultat : elles vous proposent alors des chambres d’hôtes ou des gîtes.

Cette formule est excellente, à condition que le loueur ne soit pas trop gourmand : à saint Maximin, pour 45 euros, j’ai bénéficié d’une chambre 4 étoiles dans une villa avec piscine, chambre donnant sur la piscine, hotesse venue me chercher à l’office de tourisme, et m’accompagnant de sept à huit dans mon petit déjeuner…le repos du guerrier assuré.

Parfois de rudes surprises, quand dans l’Estérel, au bout de 22 kilomètres de marche, vous tombez sur un camping qui ne loue des mobil-home que pour deux jours minimum(en basse-saison, le camping est vide, mais on n’a pas besoin de travailler…) ou que, dans le même village vous n’avez le choix qu’entre un hotel 4 étoiles et un trois étoiles… va pour le 3 étoiles à 77 euros…

Le budget en prend un coup, mais le bonheur du marcheur, c’est la vfiste qui vous héberge au prix de son seul sourire et du vôtre aussi ( le lendemain) alors vous trouvez du plaisir à remettre votre budget en équilibre et à apprécier ce mode d’hébergement et vous récidivez, quelle chance le lendemain…

Dans les grandes agglomérations, les auberges de jeunesse( 17 euros) acceptent jeunes et moins jeunes( l’une m’a répondu que leur seul critère d’accueil est d’avoir les capacités de grimper le lit à étage et d’arriver avant I7 heures 30)

Un dernier conseil : la morale de Paul Bowles : » l’improvisation est le sel du voyage » est la meilleure formule d’hébergement…donc pas de règles, ni de budget, partir, le nez en l’air, les poings dans ses poches crevés…comme Rimbaud, le voyage à pied réconcilie avec Stevenson,
Lanzman et Chatwin et tous les autres, les coûts des hébergements passent au second plan.

 à quand les prochaines nouilles poelees? 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."

Image attachée:

FH000012.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Tomas3  23 avril 2009 à 5:11 (modifié le 16 mai 2009 à 12:07)

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

11 de 65 messages · 7 286 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
bonjour Liliana,

des nouvelles du trek que tu suis désormais en Italie et en Italien(re-départ le 26 avril de San Miniato Basso)

Pause technique : les horizons d’attente de la côte ligure :

On ne franchit pas la frontière italienne sans fantasme ou a-priori, souvent ceux-çi sont très personnels. Dans mon cas, les premières images que j’ai de cette côte « ligurienne » sont liés à des films récents (Bordighiera, dans le Premier cercle avec Jean Reno) (Gênes, dans un Eté italien de Michael Winterbottom, avec le beau Colin Firth) (sur les écrans actuellement)
Plus lointain, la fin tragique de Luigi Tenco, le second amant suicidé de Dalida, au Festival de San Remo.
Puis historiquement, la période gênoise de Antoine Van Dyck, première étape de son long séjour en Italie, (1621-1627)
Parti d’Anvers, sa ville natale, pour le célèbre « tour italien », il se posa à Gênes d’où il rayonna bien sûr sur Turin et Palerme où il séjourna pour étudier les grands maîtres de l’antiquité et de la Renaissance.
Mais sa période gênoise fut la plus féconde. On lui doit un grand nombre de portraits de la société génoise de l’époque et des familles bourgeoises de la ville, les Brignole-Sale, les Adorno, les Cattaneo, portraits qui m’ont longtemps fait rêver : mon fantasme aurait été de les retrouver sur les lieux de leur création. Hélas, même une rétrospective des portraits du peintre de Charles Ier au Musée Jacquemard André à Paris cet hiver ne les collationna pas…

ah, la dame gênoise, ah, le sénateur gênois, ah, les enfants Cattaneo et leur mère, Elena Grimaldi, ah, le cardinal Bentivoglio, ah, la robe de la marquise Balbi, ah, le dédain et la laideur de Poléxéna Spinola, première marquise de Leganes, tous aujourd’hui dispersés au Prado à Madrid, à l’Hermitage à saint Pétersbourg, à la National Gallery de Washington, à la Gemaldegalerie de Berlin, au Palais Pitti de Florence…

Mais revenons à notre raid, il est temps de reprendre ses Vibram et de régler les sangles du sac de 10 kilogs(eau et nourritures du jour comprises)

La côte ligure (Vintimilia-Genova 200 kms) et Genova- La Spezia(250 kms) ont été découpées en douze étapes, qui pour des raisons de négociation, comme on va le voir plus loin, ont été reportées pour privilégier dans le temps la TOSCANE-OMBRIE sur les traces des légions romaines ou des pélerins romans, c’est selon (Via Emilia ou Via Francigena).

En effet, une pélerine a bien voulu rejoindre le randonneur au long cours, mais ses horaires exigeants ne pouvaient contenir qu’une partie du raid, et encore, dans sa partie la plus belle et la plus riche : de San Miniato Basso à Siena, sur les traces de Duccio, de Simone martini, de Pinturrichio, de Donatello, de Bernardino Mei…et surtout de Lorenzetti…

Il reste encore 420 kms pour arriver à Rome(arrivée prévue le 10 mai) nous suivrez-vous ?

 amichevolmente 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."

Image attachée:

FH000011.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Anima52  24 avril 2009 à 17:28

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

12 de 65 messages · 7 240 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Via francigena : épisode 3 : programme toscan :

Pour Yogito, Martinenego, Anima52, Manu69, Bouli54, Raymond44, Annie73, Asun, Piet, Else, Sandrine et manu, qui suivez derrière vos écrans, avec envie et sadisme, votre héros transpirant, courbatu, souffrant du dos, les muscles échauffés et tiraillés, ne sachant plus où donner de la météo, tant celle-çi, qui d’habitude sèche le sud et mouille le Nord, a décidé du contraire cette année et particulièrement ce mois d’avril, voilà l’itinéraire approximatif des 14 prochaines étapes.

Rome au bout du voyage, si les italiens, les ampoules, les tendinites, sainte Rita, Saint Roch laissent au pèlerin l’espoir de voir le bout de son chemin.

La Toscane du Nord et de l’Ouest :
San Miniato Basso –Castelfiorantino (I4 kms)Castelfiorantino – San Gimignano (23 kms)San Gimignano – Monteriggioni ((25 kms)Monteriggioni – Siena (14 kms)Siena – Monteroni d’arbia (23 kms)Ponte d’arbia –San Quirico d’orcia ( 21 kms)san quirico d’orcia – Radicofani (29 kms)

La Toscane du Sud:
Radicofani-Acquapendente (24 kms)Acquapendente – Bolsena (20 kms)Bolsena –Viterbo (31 kms)

Le latium :
Viterbo-Capranica (25 kms) Capranica – Campagno di Roma(27 kms)Campagno di roma – La Storta (24 kms)La Storta – Roma (14 kms)

bien entendu, j’essaierai de vous dire au jour le jour, en fonction de ma wifi, de mon crayon à papier, des conditions d’hébergement, comment on transforme une randonnée francaise en randonnée italienne, et sans avoir la prétention d’Arrigo Bayle dans son « Voyage en Italie », de vous donner des touches de couleur du pays qui vit naître les couleurs…

 va falloir que t'amegliores ton italien... 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."
Haut de la page
Haut de la page
Anima52
France

3 messages
Inscrite le 16 avr. 2009
À: Tomas3  24 avril 2009 à 19:07

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

13 de 65 messages · 7 234 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Bonjour Jean Claude......
“Quelque chose avant sa venue le pressent.
Quelque chose après sa venue se souvient de lui.
La Beauté sur la terre est ce quelque chose.
La beauté du visible est faite de l’invisible tremblement des atomes déplacés par son corps en marche. (…)
Et il marche. Sans arrêt.
On dirait que le repos lui est interdit.
Ce qu’on sait de lui, on le tient d’un livre.
Avec l’oreille un peu plus fine, nous pourrions nous passer de ce livre et recevoir de ses nouvelles en écoutant le chant des particules de sable, soulevées par ses pieds nus.
Rien ne se remet de son passage et son passage n’en finit pas. (…)
Il va tête nue.
La mort, le vent, l’injure, il reçoit tout de face, sans jamais ralentir son pas.
A croire que ce qui le tourmente n’est rien en regard de ce qu’il espère.
A croire que la mort n’est guère plus qu’un vent de sable.
A croire que vivre est comme il marche - sans fin (…)
L’homme qui marche (extrait)

je marcherai peut-être dimanche à Haucourt, s'il ne pleut pas trop......!! eh oui !! ici aussi la pluie est annoncée..
Bonne route.....
Lil...ps: toujours rien en italien!?
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Anima52  25 avril 2009 à 4:51 (modifié le 16 mai 2009 à 12:06)

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

14 de 65 messages · 7 217 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
bonjour Lil,

quel beau poème(tu nous donnes l'auteur?) j'aime bien quand tes messages collent à ce que je vis. Les paysages d'Harcourt doivent ressembler à ceux de Manderen, tu m'en enverras l'itinéraire ?(de Sierck à Toul par exemple)
ciao et le petit texte du jour..

Trekké seul ou accompagné, avantages et inconvénients

Quelques observations avant, pendant un trek seul ou accompagné, sur la documentation.
Autant il est facile de partir seul, trekké le nez en l’air, « les poings dans ses poches crevées », autant partir accompagné, et surtout d’une « nana », nécessite un maximum de préparations…
La plupart des « nanas » s’en remettent au « mec »(qu’il s’agisse déjà des trucs en « eur » concernant le véhicule ou des numéros de clés quand elles sont « à pipe »…) alors quand il s’agit de randonner, surtout à l’étranger…vous n’y pensez pas…
Ne faisons pas de généralité, mais c’est bien souvent le cas.
Ainsi, en matière de documentation, le « mâle » va se farcir trois librairies, six rayonnages de guides sur l’Italie du Nord, la Toscane-Ombrie, le latium, 50 sites sur le net, plusieurs publications spécialisées sur « les merveilles qu’il faut voir avant de mourir idiot en Toscane-Ombrie », pour entendre dire de sa compagne de marche :
« au fait, as-tu pensé à prendre de la crème- protection 50 ? »
il est bien entendu que les hommes viennent de Mars, et que ces pauvres petites viennent de Venus…
revenons à notre doc, sur les dix guides patentés et dument estampillés « Toscane-Ombrie » je n’en conseillerai aucun, même si j’en privilégie 2 ( en fonction 1) du commentaire, 2) des réservations hotelières)
Certes Google est merveilleux, avec les défauts de ses richesses : trop de perte de temps à chercher l’improbable hotel autour de san miniato, où l’embranchement de la via francigena entre siena et ponte d’arbia…trop d’informations nuit à l’information précise, ne parlons pas de Google Earth, dont les italiens raffolent(le moindre hotel a un lien au site…)
Quant aux spams de pub, n’en parlons pas, je viens de détruire un A-R pour Rome à 57 euros le 26 juin, un A-R pour New-York à 235 euros dans les mêmes dates, et un Baden-Baden –Rome AR gratuit( je ne sais pas si l’utilisation des toilettes est payante sur cette compagnie…)

Pour en revenir à un trek à deux sur ce parcours aussi hétérogène et long, il s’agit de ne pas louper l’atterrissage de la copine-marcheuse : elles sont souvent délicates à la mise en route : le couvent de bénédictines aléatoire, le GE(gîte d’étapes) n’ayant pas de douche privative, l’AC(à votre bon cœur) ne lui conviendront certainement pas.

Je me résigne à jalonner l’itinéraire de réservations hotelières( au cas où d’aventure le couvent des nonnes bénédictines serait trop loin, trop exigu, trop calme, trop ceci, trop cela..) réservations que j’activerai en fonction des lieux et de l’ambiance.

Ca risque d’être la ruine de mon budget de pèlerin-randonneur : elle arrive demain sur mon chemin !!! il va falloir composer avec les kilomètres, les crèmes anti-rides(surcharges de sac…) les protections 14, les eaux minérales(vérifiées et labellisées par des pharmaciens DPLG) une tendinite reconnue en 2006, mais susceptible de se redéclencher en 2009, bref la vie de couple en Toscane-Ombrie, entre un Donatello et un des frères Lorenzetti.
Heureusement, cette pélerine a un œil artistique incroyable, et dans ces cas-là, deux paires d’yeux valent mieux qu’une, c’est bien connu(proverbe auvergnat)

le 28 avril, c’est la sainte Soupente, patronne des causes perdues, un peu comme Sainte Rita.(cf. »la légende dorée de Jacques de Voragine)
Je vais profiter de ma dernière journée de « poor lone some walker »
Je sens déjà que le rendu de mon pseudo-trek n’aura pas le même piment :
« ce que femme veut, dieu le veut »
aurai-je au moins le temps de jeter quelques mots sur VF, je ne sais.
« Of course que je suis conscient de mon inconscience » vouloir marcher avec une pélerine, c’est perdre toute notion de liberté, mais aimer l’Italie, c’est aussi aimer l’amour, et le vin et les huitres décadentes…

 toujours rien en italien?

tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."

Image attachée:

FH000013.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
Haut de la page
Mamina64
Sud-Ouest, France

Photo/image personnelle du membre Mamina64.
Description: Le Bayon - Angkor


359 messages
Inscrite le 29 sep. 2004
À: Tomas3  25 avril 2009 à 18:16

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

15 de 65 messages · 7 186 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Ainsi donc tu attends ta pélerine...
Pardon de te dire que si tu l'as choisie, tu la supportes... et avec galanterie s'il-te-plait !Clin d'oeil

Parce-que des filles qui bronzent au naturel y'en a encore, des filles qui s'en fichent d'avoir les WC au bout du couloir et le pommeau de douche déglingué y'en a aussi, des filles qui organisent leurs randos et lisent les guides avant j'en connais plein, des nanas qui n'ont pas besoin de mecs ni de mâles pour voyager y'en a à la pelle, qui ne se plaignent pas plus de leur tendinite de 2006 (et la tienne de 2007 ?) que de mener les hommes par le bout du nez... pas intéressant !
Tu vas perdre ta liberté ? Tu avais pourtant le choix sur VF ! Surpris
Même à une vieille révérente-mère tu ne la feras pas !!! Tire la langue

Chouette récit et bon voyage !
La liberté, c'est un cadeau qu'on se fait à soi-même - (L.Gauthier)

mon blog : http://lesvoyagesdemamina.blogspot.com/
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Mamina64  25 avril 2009 à 21:09

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

16 de 65 messages · 7 125 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Révérende-mère ou chère Lara Croft, selon le post que l'on choisit,

les 21 premières lignes du post précédent était un pastiche des correspondances lues par hasard ou par curiosité au réfectoire d'une abbaye électronique traversée...

les nonnes en étaient à lire les prospectus que la soeur portière leur laissait pour éplucher les légumes...
tu penses bien que le portrait de la pélerine que je fais n'existe que dans mon imagination: l'intéressée l'a d'ailleurs lu et çà l'a fait bien rire.

Pour des nonnes qui liraient plus que le supplément de grandes surfaces ou leur poids en six semaines en pâtes à papier(pensons "vert") voici deux romans parus cette semaine qui devraient faire partie des rayons obligés de la bibliothèque du couvent:

"un temps fou" de Laurence TARDIEU aux Editions STOCK (17 euros) Elkabach s'est fait un plaisir de chat à la mettre sur le grill à la Bibliothèque Mazarine, elle mérite mieux que çà.

"FAKE" de Giulio MINGHINI, le premier roman d'un jeune auteur italien, qui, Anima52 appréciera, écrit superbement en français... roman sur les dangers de la compulsion électronique(trop d'écran peut détruire la personnalité de quelqu'un)

pour mémoire, "QUI A TUE L'AYATOLLAH KANUNI" d'une jeune iranienne exilée à Paris, Nairi NAHAPETIAN, ce roman nécessite, je crois, une connaissance approfondie de l'Iran et de ses moeurs actuelles.

 tu ne le fais pas à une révérende-mère...
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."
Haut de la page
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Anima52  2 mai 2009 à 9:13 (modifié le 15 mai 2009 à 15:50)

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

17 de 65 messages · 7 040 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
bon liliana,

toujours rien en italien ?

la réception de la pélerine

où l'on vérifie que trekker à deux n'est pas trekker tout seul. La Toscane sous la pluie n'est pas un cadeau pour un accueil-pélerin : elle arrive par avion à Florence : elle me rejoint en bus à san Miniato Alto: pour un site à démarrer la via francigena, j'avais fait en sorte qu'elle se pète très vite un "syndrome de Stendhal" : elle se fit péter le syndrome de "Donato' à la cantina del fondo...

La carne bovina pisana de qualita certificata nelle mense scolastiche des commune de San Miniato avait organisé un concert de jazz dans la boucherie (sic) entre deux jambons des abruzzes et 250 vins de chianti: l'ambiance n'était pas possible... Tout était gratuit, mais, le degré de chianti aidant, mon italien pas fameux, on a décidé d'aller dîner chez Donato... à la cantina del Fondo...

on était parti pour boire deux chianti locaux, on a terminé chez Donato qui nous a offert non seulement le repas, mais une bouteille dédicacée: Antica cantina del fondo, vino de Toscana...

Il a remis dans ma main les billets tout froissés de l'addition en me faisant comprendre que nous êtions ses invités.

J'ai parfois honte d'être français, finalement nous ne sommes que des "italiens tristes" et même les amarotti du Bar cantini n'arrivent pas à nous dérider...

Il y a des couples d'amoureux sous les arcades de tous les palais de san Miniato Alto et nous rentrons doucement à la Dimora del Griffo, 31 via Battestini (san miniato-demoradelgriffo@yahoo.it) palais renaissance digne de deux pélerins...je ne vous raconterai pas la suite, sinon l'itinéraire de demain: san Miniato-Alto-Castelfiorentino.

 toujours rien en italien? 
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."

Image attachée:

FH000018.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
Haut de la page
Arrawak
bormes les mimosas, France

Photo/image personnelle du membre Arrawak.
Description: Il ne racontera jamais tout ce qu'il a vu. il continuera à traverser les siècles muet comme la tombe


2 293 messages
Inscrit le 18 mai 2007
À: Tomas3  4 mai 2009 à 13:28

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

18 de 65 messages · 6 977 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Clin d'oeiltomas tu nous a fait un roman.

Quel courage toute cette marche à pied.

Bon, dès que j'aurai fini de galèrer avec mes 1800 vidéos enfin téléchargées sur l'ordi, mais qui ne veulent pas être gravées, je commencerai mes carnets de voyage.

Quelques bribes par ci par là, avec des photos rubrique Croisières et squatte sur le carnet de Pataugas, je vais prendre exemple sur ton talent épistolaire, et me lancer dans des récits.

Tiens, en plein Pacifique, un oiseau migrateur est venu se reposer au bord de la piscine, tranquille, on l'a laissé dormir, et au petit matin, le lendemain, il a repris son périple.
Donc, un paquebot ne sert pas uniquement au plaisir des vacanciers, j'en suis ravi, il peut aussi venir en aide aux oiseaux essouflés......................

A bientôt Tomas, continue tes récits qui nous font rêver de marche à pied,

tu marches pieds nus????? LOL

Au fait qui peut me dire si un DVDR+ est plus pratique pour graver qu'un ordinaire R-
J'ai un ACER ASPIRE WLMI.
Tous les conseils seront les bienvenus.
Merci par avance.
Tout vient à point pour qui sait attendre

Bonjour à tous ARRAWAK
Haut de la page
Cléo40
paris, France

Photo/image personnelle du membre Cléo40.


4 messages
Inscrite le 4 mai 2009
À: Tomas3  4 mai 2009 à 13:46

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

19 de 65 messages · 6 973 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
Tes commentaires sur ta pélerine m'ont aussi provoqué une montée d'adrénaline féministe... bravo en tout cas pour tes talents de macho fictionné, c'est très réaliste !
Ceci dit, cher pape du chemin de Saint Jacques, la pélerine que je suis et qui prépare son voyage estival hésite... et te demande conseil : le chemin de Ferréol, dit des Anglais, m'intéresse et je crois que tu l'as déjà pratiqué. Est-il chouette, balisé, parsemé d'auberges comme on les aime ?
Bon courage pour la Toscane sous la pluie, je suis tes aventures pas à pas.
Bizzzz
Sandrine
Sand
Haut de la page
Tomas3
Belgique

Photo/image personnelle du membre Tomas3.
Description: maïoliques à la Gaudi (Blankenberge)


982 messages
Inscrit le 14 nov. 2005
À: Cléo40  5 mai 2009 à 8:40 (modifié le 15 mai 2009 à 15:51)

Re: De Arles à Rome par la Via Aurelia

20 de 65 messages · 6 946 affichages · Partager 

  Répondre   Signaler
 
bonjour sandrine,

sur le chemin des anglais, je t'en parle en mp. Restons sur notre francigena, je te livre mon petit billet d'"humour"(à prendre au deuxième degré pour certaines lecrices trop rapides..)
San Miniato-Alto- Castelfiorentino-San Gimignano:

Foresteria del Monasterio di san girolamo:

Je cite le routard "une bonne occasion de découvrir la vie monastique sans porter le voile ! tenu par des soeurs adorables...derrière les lourdes portes, on découvre des installations modernes et fonctionnelles ainsi qu'une dizaine de chambres austères, mais confortables et impeccables..." Foi de guide du R....
j'ai eu cependant l'occasion de discuter avec une nonne, sympa au demeurant, gaie et primesautière, "shootée à la vie drôle", et à qui on devinait un joli minois derrière le vole.
Elle se plaignait de la dure vie des "épluchures" sur des journaux venant de l'extérieur (particulièrement celui d'un Giovanni Danielo) où certaines lectrices devaient reconnaître, à travers un quizz, les niveaux d'extase et d'expectase qu'elles atteignaient avec les pratiques diverses de san Ignacio ou de san domenico, voire avec celles de san francisco...
Elles devaient choisir le niveau d'extase obtenue selon la règle choisie.
La petite nonne me dit que les révérendes-mères, à qui elle en parlait, lui avait dit que çà n'existait pas et que la recherche d'extase était une épreuve propre au noviciat, noviciat qui durait 9 neuf ans...
avant d'atteindre le statut apaisé de révérende-mère...
Entre deux rires et deux épluchures, la petite nonne m'a confié qu'elle pensait bien trouver l'extase de san Ignacio avant d'arriver à l'âge canonique des révérendes-mères...
Les repas du soir au réfectoire avec les frangins (frères convers) ne lui permettaient pas de rêver de l'avoir dans les murs du couvent.
Elle parlait souvent d'un monastère de Reggio Emilia où les monniales étaient moins austères et la règle moins lourde...
J'ai eu l'impression d'un petit oiseau en cage à qui l'on avait dit que le bonheur existe, il est en toi "reste ce que tu es ", c'est dans les épluchures et les travaux quotidiens que l'on se réalise...
La pauvre moniale ne savait pas que sur le chemin, il y avait des donato, des albergo del fondo...

Je garde un bon souvenir de ce monastère
(monasterosangirolamo.it)

Pour les historiens d'art, archéologues, passionnés de XII ième, XIIIième et XIV ième siècles, le chemin (via francigena) vaut le détour: un conseil modeste: les sites traversés sont tellement riches qu'il faut doubler les étapes, les hotels-renaissance confortables, voire les petites nonnes adorables...
tomas
"il ne faut pas avoir peur du bonheur...c'est seulement un bon moment à passer..."

Image attachée:

FH000021.JPG - De Arles à Rome par la Via Aurelia
Image postée par le membre Tomas3 dans la discussion «De Arles à Rome par la Via Aurelia».
Haut de la page
Suivre cette discussion   Suivre cette discussion Partager Similaires Imprimer Première page Page précédente 1 2 3 4 Page suivante Dernière page
Haut de la page

Carnets ayant des similitudes avec le carnet ci-haut:
Titre de la discussion Premier message Réponses Dernier message
Discussion avec des réponses
Rome la deuxième fois
Carnets > Italie
25 jan. 2014 à 18:16
de Halo
11 5 mars 2014 à 16:11
de Halo »
Discussion avec des réponses
4 jours à Rome
Carnets > Italie
20 fév. 2014 à 10:07
de Barast73
33 11 sep. 2014 à 10:21
de Asquarii »
Discussion avec des réponses
Trois jours à Rome
Carnets > Italie
5 mai 2013 à 13:33
de Gagaprovence
18 30 juin 2013 à 16:26
de Babboo »
Discussion avec des réponses
De retour d'une petite semaine à Rome
Carnets > Italie
6 mai 2011 à 8:23
de Dice
3 10 mai 2011 à 2:49
de Dice »
Discussion avec des réponses
Si Rome m'était contée...
Carnets > Italie
19 sep. 2013 à 12:35
de Mavn
9 25 sep. 2013 à 11:14
de Gjb »
Discussion sans réponse
Week end à Rome
Carnets > Italie
20 août 2005 à 11:16
de Taratroyes
0 20 août 2005 à 11:16
de Taratroyes »
Discussion avec des réponses
City trip à Rome
Carnets > Italie
31 août 2003 à 18:07
de Simba
3 29 jui. 2008 à 15:24
de Simba »
Discussion avec des réponses
Carnet de voyage: Rome et Naples
Carnets > Italie
2 nov. 2010 à 14:24
de Johndoex3x
10 21 fév. 2011 à 12:48
de Emsi1234 »
Discussion avec des réponses
Mon voyage à Venise et à Rome (août 2008)
Carnets > Italie
22 oct. 2008 à 14:11
de Libellud
4 12 mars 2009 à 19:58
de Loulou01 »
Discussion avec des réponses
City trip à Rome (bis)
Carnets > Italie
9 oct. 2003 à 16:07
de Simba
5 4 déc. 2003 à 11:47
de Simba »
Plus de discussions similaires à la discussion ci-haut »
4 094 visiteurs en ligne depuis une heure!
491 000 discussions · 4,8 millions de messages
billets avion Vols Hôtels Voyages
De: Vers:
Date de départ:
  

Date de retour:
  

options