53 jours en Argentine (page 1 de 3)

Discussion démarrée par Track le 6 mars 2017 à 17:25
40 réponses sur 3 pages  ·  8 participants  ·  6 348 affichages
Poster un carnet/texte Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2 3
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour à tous,

Nous nous sommes souvent servis des carnets de voyage postés ici pour préparer nos voyages ou simplement s'évader en lisant vos récits. A notre tour de vous racontez notre périple en Argentine.

Pour situer le contexte nous sommes un couple actuellement en tour du monde et après quelques jours en Uruguay l'Argentine est la première destination où nous sommes restés un petit moment.

Si vous êtes intéressé par notre aventure notre blog est: surlaroutedesflo
Vous pouvez également nous suivre à travers nos photos sur instagram: @surlaroutedesflo

Le Carnet va suivre chronologiquement notre séjour, soit:
- Buenos Aires
- San Ignacio
- Iguazu
- Corrientes
- Salta
- Roadtrip autour de Salta, d'abord le nord puis le sud de la région
- San Miguel de Tucuman
- Bariloche
- El Chalten
- El Calafate
- Ushuaïa
- et enfin le bilan.

Les textes et photos sont issus directement de notre blog.
Publicité invisible aux membres VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
PS: Les photos ont été redimensionnées en 2000 pixels pour respecter les règles voyageforum. Il y aura sans doute une perte de qualité par rapport aux photos du blog.

BUENOS AIRES

Nous avons décidé de rester 1 semaine à Buenos Aires afin de se poser à un endroit suffisamment longtemps pour préparer la suite de notre voyage.Nous avons donc réservé un appartement via AirBnb histoire d'avoir notre cuisine. Cela fait maintenant 3 jours que la réservation a été validé mais aucune nouvelle de la propriétaire depuis. Je la recontacte une n-ième fois avant de prendre le ferry en espérant avoir une réponse en arrivant en Argentine. Malheureusement ça ne sera pas le cas. Nous profitons du wifi dans le terminal d'arrivée pour contacter AirBnb. Ils nous demandent de patienter 1 heure pendant laquelle ils vont essayer de contacter la logeuse. Ils ne réussiront pas. Le remboursement nous est donc proposé. Nous voilà donc parti à la quête d'un hôtel. Nous y resterons 2 nuits avant de retourner dans un appartement où nous pourrons cuisiner. Et cette fois l'hôte se relèvera extrêmement sympa!


Après le calme Uruguayen se retrouver dans une capitale animée et bruyante comme Buenos Aires surprend! Au premier abord nous avons du mal à apprivoiser la ville qui est très étendue! Mais après quelques jours nous commençons à nous sentir plus à l'aise. Pour vous raconter notre découverte de la capitale nous découperons par quartier comme il est courant de le faire à Buenos Aires.

Puerto Madero

Notre hôtel étant situé entre le quartier de Puerto Madero et le centre historique de Buenos Aires nous commençons nos ballades dans ce coin là. Puerto Madero est un quartier moderne où les vieux docs réaménagés en restaurant assez chic font face aux grandes tours de bureaux. La chaleur est étouffante. On peut observer quelques vieux bateaux dont la frégate Sarmiento, un trois-mâts qui est maintenant reconverti en navire musée.


Mais ce que nous avons le plus apprécier dans le quartier c'est la réserve écologique. Ancienne zone en friche suite à l'abandon d'un projet d'extension de la ville, la nature y a repris ses droits et c'est maintenant une zone protégée. Même si Buenos Aires compte d'autres parcs, notamment dans le quartier de Palermo, la réserve est le seul endroit où on peut se sentir hors de la ville. On peut y observer de multiples oiseaux et autres animaux. Nous avons pu observer des rapaces que nous ne connaissions pas, au son assez intriguant, mais également des tortues et un cochon d'inde sauvage!



Microcentro

Ce n'est pas un quartier officiel mais un nom communément admis pour désigné le centre historique de Buenos Aires. Il est situé à cheval sur les quartiers de San Nicolas et Montserrat. En se promenant dans ce quartier on admire de nombreux édifice intéressants: siège de banques, bâtiments officiels ou encore églises. A ne pas manquer.

C'est ici que l'on trouve la Casa Rosalda, où se trouvent le bureau du président argentin. Son nom est du à sa couleur rose caractéristique. Elle se visite chaque week-end. Malheureusement nous n'aurons pas pu la visiter, n'ayant pas nos passeports avec nous ce jour là! Nous avons par contre visité le musée du bicentenaire, situé de l'autre côté de l'édifice. En sous-sol, il permet de voir les fondations du fort de Buenos Aires. D'anciens plans, peintures et photos permettent de comprendre l'évolution du lieu, du fort à l'actuelle Casa Rosalda. L'autre partie de l'exposition présente l'histoire du pays à travers les différents mandats présidentiels. Très instructif et très intéressant. Attention, commentaires et vidéos uniquement en espagnol.

La Casa Rosalda se trouve sur la plaza de Mayo (place de Mai), un lieu central de Buenos Aires. Chaque fois que nous y passons il y a une manifestation. Du coup, pour protéger le bureau présidentiel d'éventuel débordement des barrières anti-émeutes sont installées à demeures.


Autour de la place d'autres édifices importants sont présents. Outre la cathédrale avec son original façade à colonne, on trouve aussi le cabildo. Le cabildo était le lieu prenant en charge toute l'administration d'une ville. Il a été importé par les conquistadors espagnols.


La Boca

Quartier défavorisé depuis maintenant de nombreuses années, la Boca est connu principalement pour son équipe de foot et le stade qui va avec et pour le caminito, zone piétonne avec ses maisons peintes en couleurs vives. Il est fortement déconseillé de s'aventurer en dehors de ces zones là, les vols et agressions étant apparemment fréquents.


Nous n'avons que moyennement apprécié ce quartier, exclusivement touristique. Des rabatteurs en nombre, des gens habillés en danseur de tango pour poser avec vous en photo (contre rémunération) et des échoppes de babioles touristiques qui masquent finalement pas mal les maisons colorées. Nous y étions un dimanche, en semaine c'est peut-être plus calme?

Recoleta

Recoleta est un quartier aisé de Buenos Aires avec de nombreux bâtiments pouvant rappeler Paris. Nous sommes passés dans ce quartier à plusieurs reprises. L'un des points d'intérêts du quartier est son cimetière qui abrite des tombes de grandes familles du pays. C'est ici que repose notamment Eva Perón, épouse de l'ancien président argentin Juan Perón, qui participa activement à la vie politique argentine. Sa mort à 33 ans des suites d'un cancer ajouta un peu plus à son aura.


Le cimetière est exclusivement composés d'imposants caveaux. La visite est intéressante avec les nombreuses sépultures différentes, souvent très travaillées, et par la géographie, composé de nombreuses allées étroites entre les tombes.

C'est également dans ce quartier que se trouve la sculpture Floralis Genérica, œuvre de l'architecte Eduardo Catalano. Haute de 23 mètres, ses pétales s'ouvre chaque matin puis se referme progressivement jusqu'au coucher du soleil.


Balvanera

C'est dans ce quartier que se situe le palais du congrès de la nation argentine où siège les députés et les sénateurs. Il est possible de visiter le bâtiment en semaine lors de visites guidées. C'est ce que nous avons fait. Malheureusement les sénateurs travaillant ce jour là nous n'avons pu voir que la partie des députés et notamment l'hémicycle. La visite fut donc assez courte.


San Telmo

L'un des quartiers les plus anciens de la ville nous avons aimé notre promenade ici. Assez différent des autres quartiers, avec un charme certain il est agréable de s'y promener en arpentant les rues pavées. Les bâtiments sont relativement bas par rapport au reste de la ville et on y trouve encore d'anciennes maisons coloniales.


Retiro

Notre appartement était situé dans ce quartier, extrêmement varié. Comprenant la gare de train et la gare routière où se trouve la Villa 31, un bidonville, le quartier devient plus bourgeois en se rapprochant de la plaza San Martin qui offre une belle vue sur l'ex tour des anglais (torre de los ingleses) maintenant appelé torre monumental suite à la guerre des Malouines entre l'Argentine et le Royaume-Uni.


C'est également dans ce quartier que l'on trouve la grande rue commerçante piétonne de Buenos Aires, la calle Florida. Mais plus que les magasins nous retiendrons principalement les rabatteurs pour le change. En effet cette rue est connue pour son "blue market", marché de change parallèle au circuit officiel. Tous les 5 mètres un rabatteur dit "cambio cambio, casa di cambio". Heureusement ils ne sont pas insistants!

Les autres

Nous avons parcouru d'autre quartier. Palermo, où nous avons visité le jardin botanique, sympathique, surtout pour sa belle serre. L'espace cactus est également joli. Le quartier, plutôt résidentiel compte de grands parcs mais ceux que nous avons parcourus ne nous ont pas enchanté plus que ça. Coupés par de nombreuses routes le bruit de la ville reste bien trop présent. Et nous avons trouvé la capitale argentine bien bruyante!


Nous voulions également aller à Tigre, conseillé par notre hôte AirBnb. Le mercredi nous nous levons assez tôt pour prendre le train qui conduit à cette ville, situé au niveau du delta du Rio de la Plata. Après un départ avec un peu de retard sur l'horaire annoncé nous commençons à rouler dans un train moderne et sur-climatisé. On se les gèle carrément! Et le train s'immobilise à la deuxième station. Après de longues minutes à greloter dans le froid du train le conducteur nous informe qu'il y a eu un accident à la station suivante. Ça semble mal engagé. Au bout d'un moment, l'heure tournant nous décidons de renoncer à Tigre. Nous sommes encore dans Buenos Aires, dans le quartier de Belgrano. Petite visite du quartier chinois et on remonte vers le métro...pour trouver les grilles fermées. Il y a une grève et toutes les lignes sont arrêtées...Quand ça ne veut pas...

Quelques repères:

  • 1 carte de transport SUBE: 25 pesos. Pour le bus, le métro et le train de banlieue. Se recharge ensuite dans les kiosco ou directement dans le métro. Une pour deux suffit.

  • 1 trajet en métro: 7,50 pesos

  • 1 empanada (petit chausson fourré, souvent de viande): entre 15 et 20 pesos.
Les prix sont de décembre 2016. Devise: Pesos Argentin.

En bonus une petite vidéo:

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
AUTOUR DE SAN IGNACIO

Nous quittons Buenos Aires direction le nord de l'Argentine. Après avoir acheté nos billets à la gare routière de Retiro nous partons pour près de 14 heures de bus direction la province de Misiones et plus précisément le village de San Ignacio où nous allons rester 3 jours. C'est ici que se trouvent des ruines de missions jésuites. Si beaucoup conseillent de passer seulement la journée en s'arrêtant sur la route des chutes d'Iguazu nous préférons nous poser plus longtemps car cela nous évitera d'être aux chutes le week-end (en plus c'est un week-end long de 4 jours, le 8 décembre étant férié ici).


Nous sommes partis de Buenos Aires à 20 heures et il est environ 10 heures quand nous arrivons à San Ignacio. Le contraste avec Buenos Aires est saisissant. La végétation et la terre rouge nous plongent directement dans l'ambiance tropicale! La chaleur et la moiteur également! Le village semble calme et un peu hors du temps. La plupart des routes sont en terre et parcourus par une multitude de chiens errants, heureusement jamais agressifs.


La journée du vendredi sera passée à se reposer, la nuit dans le bus étant tout de même moins reposante que dans un vrai lit. On achète un petit en cas et on se promène dans le village et tentons sans succès d'aller se renseigner à l'office du tourisme. Avec la chaleur qu'il fait nous n'avons pas le courage d'en faire plus. Nous verrons tout de même les décorations de Noël locales, réalisées à partir de vieilles bouteilles! Le soir nous irons manger au restaurant d'une auberge de jeunesse trouvé grâce à Tripadvisor. On y retournera le lendemain, c'était pas cher, copieux et drôlement bon! Le plat du jour, un risotto aux légumes nous change agréablement des sandwichs et milanesa (escalope panées).


Samedi matin, nous filons à l'office du tourisme qui est cette fois ouvert pour nous renseigner sur les façon d'accéder aux ruines de Santa Ana et de Loreto. Comme celles de San Ignacio ces ruines sont classées au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco. Malheureusement le samedi le bus local ne passe que toutes les 2 heures ce qui compromet un peu la visite Loreto, les ruines étant situées à plusieurs kilomètres de la route principale. Pour Santa Ana on prend un des nombreux bus qui circulent entre Posadas, la capitale provinciale, et Iguazu. Celui-ci nous dépose à l'entrée du village de Santa Ana. On marche un petit quart d'heure sous une chaleur écrasante et nous arrivons sur le site de Santa Ana.


Les premières missions (ou réductions) sont fondées au XVIéme siècle. A la tête de chaque mission se trouvait 2 prêtes jésuites venus d'Europe. Les missionnaires, avec le consentement du roi d'Espagne, avaient pour objectif de christianiser la population locale, les guaranis, mais également de leur permettre d'échapper à l'esclavage pratiqué par les portugais. L'histoire est très intéressante et le guide présent sur le site de Santa Ana, très sympathique, nous a parfaitement expliqué le fonctionnement du village. Si vous voulez en savoir plus vous pouvez regarder sur le site de l'Unesco l'histoire des missions.


Nous sommes seuls sur le site. Les ruines de Santa Ana ont été laissé dans l'état de leur découverte ce qui rend un peu difficile la compréhension du plan des réductions jésuites (nous rencontrerons le guide à la fin). Mais l'ambiance "découverte d'une cité oubliée" est superbe. Notre seule compagnie est la présence de nombreux lézards profitant de la chaleur des pierres.


A côté de l'église se trouvait le cimetière. Nous sommes surpris par des tombes et des fleurissement assez récents. En fait le cimetière a été utilisé jusqu'en 1980. Ensuite l'Unesco a demandé qu'un nouveau cimetière soit construit dans le village de Santa Ana pour que le site puisse être classé.


La réduction sera totalement abandonné en 1817, les jésuites étant parties en 1768.
Nous avons adoré notre découverte de ces ruines. Le fait de les avoir eu pour nous tout seul a sans doute aidé à s’imprégner du lieu. Et les explications du guide à la fin étaient excellentes et sont à notre sens nécessaires pour bien saisir l'histoire du lieu. C'est en espagnol mais la personne parle lentement et distinctement.

Le lendemain, nous nous levons assez tôt pour aller découvrir les ruines de la réduction de San Ignacio Mini, les plus connues. Cette fois le site à été reconstruit en parti avec les pierres qui restaient sur le site. En effet, avant la prise de conscience de l'importance historique de ces ruines, les gens du coin se servaient des pierres comme matériau de construction.


Cette reconstruction permet notamment de mieux visualiser la taille de l'église avec ses portes et une partie de ses murs. Le plan est le même qu'à Santa Ana, avec l'église comme centre de la vie de la réduction. Les Guaranis vivaient eux dans de longues maisons de 60 mètres, chaque famille ayant une seule pièce. Avant de vivre dans les missions les Guaranis vivaient déjà dans de longues habitations mais sans pièces séparées. Les jésuites se sont donc inspirés de leur mode de vie pour créer le village. Par contre, afin d'éviter la polygamie qui était pratiquées par les autochtones, les prêtres ont donc divisé les maisons.


Il est environ 11 heures, nous avons fini de visiter le site et le petit musée qui se trouve à l'entrée. Les cars de touristes commencent à arriver. Contrairement à Santa Ana le site est nettement plus touristique. Visiter d'abord Santa Ana puis San Ignacio nous parait être intéressant, les ruines de San Ignacio étant plus impressionnantes suite à la reconstruction partielle mais l'ambiance de Santa Ana restera un excellent souvenir.

Pour ce dimanche après-midi, et sur la recommandation de l'office du tourisme nous partons randonner dans le parc de Teyú Cuaré. C'est du guarani et ça signifie en gros "cave du lézard". C'est donc parti pour 8 km de marche afin de rejoindre un rocher qui offre des points de vue sur le rio Parana et le Paraguay. Les 4 premiers kilomètres, sur un chemin large et un soleil de plomb sont un peu longuet.


Heureusement, ensuite le chemin se rétrécit un peu ce qui permet d'avoir un peu d'ombre. Nous apercevons quelques gros lézards (des Tégu Commun, jusqu'à 1,20 mètre de long), des oiseaux inconnus et nous arrivons à la cabane du garde. Très sympathique (nous avons trouvé les gens du coin très aimables), il nous indique les chemins possibles. Nous choisissons la boucle qui permet d'aller aux points de vues mais renonçons au sentier de la "casa Bormann", annoncé difficile, où selon le légende locale, un dignitaire nazi, Martin Bornmann, se serait caché 7 ans avant d'être arrêté. Il s'agirait à priori plus d'une construction effectuée par l'Allemagne nazie pour servir de lieu de planque en cas de débâcle. Personne n'y aurait jamais vécu.


Nous montons donc aux points de vues en suivant le sendero de la selva (sentier de la jungle). Effectivement la vue est belle. En bas, le rio Parana immense et en face le Paraguay. De nombreux vautours planent, certains passant même très près de nous. Mais même s'il fait chaud nous ne sommes pas mal, au point de leur servir de nourriture!


En se retournant nous apercevons un colibri. C'est la première fois que nous en voyons un dans la nature! Des animaux sauvages, une site naturel pour nous tout seul, inutile de préciser que nous avons aimé notre randonnée ici. Même si les 8 kilomètres du retour seront un peu difficile.

Nous ne regrettons pas d'être restés trois jours ici. Un jour de plus ne nous aurait pas déplu mais nous avons réservé une chambre à Puerto Iguazu. Il est temps de dire au revoir à San Ignacio et de reprendre un bus pour 4 heures 30 de route.


Quelques repères:

  • Billet de bus Buenos Aires - Iguazu: 885 pesos avec la compagnie Tigre Iguazu, en siège semi cama. A payer en liquide, en payant par carte le prix passe à 1265 pesos!

  • Entrée aux missions jésuites: 180 pesos, valable pour 4 sites et pendant 15 jours.

  • Bus San Ignacio - Santa Ana: 15 pesos l'aller.

  • Plat du jour et un dessert au restaurant Cicero: 85 pesos. Très bon, on recommande!
Les prix sont de décembre 2016 et par personne. Devise: Pesos Argentin.

Infos pratiques:

  • Pour le parc de Teyu Cuare on vous conseille les cartes Open Street Map. Google Maps et Here ne nous indiquaient rien, pas même le chemin carrossable pour aller à l'entrée du parc.
  • Il y a de l'eau potable et des sanitaires au niveau de la cabane du garde.
La suite bientôt...
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Et en bonus une petite vidéo de San Ignacio:

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
IGUAZU

Nous arrivons à Puerto Iguazu en début d'après midi ce lundi 12 décembre. Ce sera notre point de chute pour visiter le site des chutes d'Iguazu. Nous avons prévu 2 jours de visite. Le mardi du côté argentin et le mercredi côté brésilien. En effet les chutes sont à cheval sur les 2 pays, environ 80% se situant en Argentine. Le nom Iguazu vient du guarani et signifie "grandes eaux".


En attendant d'aller admirer ce spectacle de la nature nous nous promenons dans Puerto Iguazu. Cela change de San Ignacio. Une multitude de boutiques de souvenirs, quelques rabatteurs, la ville est très touristique et cela se sent! Nous continuons notre marche jusqu'au point dit des 3 frontières, le hito tres fronteras. D'ici on est en argentine et on peut voir le Paraguay et le Brésil!


Nous finirons la journée à manger une mauvaise pizza dans un attrape touriste avec beaucoup d'enfants qui passent faire la manche ou essayer de vendre des bibelots. On n'est pas emballé par la ville et Florine n'a même plus envie d'aller voir les chutes!

Mardi 13 décembre: visite côté argentin.

Après une nuit à se battre contre les moustiques dans notre chambre nous allons prendre le premier bus en direction des chutes. Il part à 7h20 ce qui nous permet d'arriver pile à l'ouverture du parc à 8h00. Nous avons un peu l'impression d'entrée dans un parc d'attraction avec de larges allées pavées et de nombreuses boutiques. Les visiteurs se pressent tous vers le train qui permet d'aller directement au départ des circuits de visites et à la fameuse garganta del diablo. Nous optons donc pour un sentier qui passe dans les bois et qui rejoint le premier arrêt de train. Cela nous permet de voir notre deuxième animal de la journée avec un cochon d'inde. Le deuxième? Et oui, dans le bus nous avons pu voir une sorte de cervidé peu avant l'arrivée.

Il y a deux chemins qui permettent d'admirer les cascades: le circuit inférieur et le circuit supérieur. Il y a encore peu de monde et les personnes devant nous optent pour le passage supérieur. Nous commençons donc par le circuit inférieur. Après quelques minutes de marche le bruit de l'eau s'accentue et rapidement nous débouchons sur une vue d'une bonne partie des chutes. C'est magnifique. Florine ne peut retenir son émotion et quelques larmes.


Nous regardons pendant un moment le panorama profitant du fait d'être encore seul et continuons le parcours. Il y aurait environ 275 cascades sur le site et même les moins impressionnantes seraient des attractions en un autre lieu.
Le sentier est totalement aménagé et nous marchons sur des passerelles mais cela n'enlève rien à la magie du lieu.


Nous retournons vers le début du chemin et nous apercevons nos premiers coatis. C'est une espèce proche du raton laveur. Dans le parc ils sont surtout connus pour ne pas hésiter à venir voler la nourriture des touristes, jusque dans les sacs. Des panneaux demandent de ne pas les nourrir ni d'essayer de s'en approcher car ils peuvent mordre.


Nous continuons la découverte avec le circuit supérieur. Comme son nom l'indique il permet d'observer les cascades d'en haut. Nous sommes un peu moins tranquille, la foule commençant à arriver même si ça reste largement vivable.


Le circuit supérieur est assez court. Une fois terminé nous voulons redescendre vers le circuit inférieur pour essayer d'aller sur l'île San Martin. Malheureusement le service de bateau ne fonctionne pas aujourd'hui, le niveau d'eau est trop haut ce qui empêche les embarcations d'accoster sur l'île. Dommage mais nous profitons tout de même d'un autre point de vue. Et sur le chemin nous voyons un toucan ainsi que quelques singes.


Après une pause déjeuner en compagnie d'un gros lézard nous allons prendre le train qui permet d'accéder à la garganta del diablo (gorge du diable), la chute la plus impressionnante. Il faut marcher sur une longue passerelle au dessus du rio Iguazu avant d'accéder au promontoire surplombant la cascade. Et arrivé au bout la claque. C'est effectivement très impressionnant. Le bruit, les projections d'eau, on reste bouche bée et on est trempé. Mais vu la chaleur c'est plutôt agréable. Nous restons de longues minutes à observer l'eau qui tombent comme hypnotisés. Avec toute l'eau en suspension cela ne donne rien sur les photos, il faut y aller.

Le parc fermant à 18 heures nous profitons de notre dernière heure pour se refaire un petit coup de circuit inférieur. Le monde commence à partir, nous nous retrouvons à nouveau bien tranquille. Sur le chemin un des gardes du parc nous montre un tatou dans la jungle. Et nous voyons également un caïman tranquillement posé dans un endroit peu profond. Nous sommes en hauteur donc nous ne privons pas pour l'observer. C'est quand même mieux qu'au zoo!


Il est l'heure de reprendre un bus pour rejoindre la ville de Puerto Iguazu. Nous avons adoré cette journée. Les chutes sont magnifiques et avoir pu observer de nombreux animaux a encore rendu ce moment plus extraordinaire.


Mercredi 14 décembre: côté brésilien.

Nous optons pour la facilité et prenons un bus qui va directement aux chutes d'Iguazu côté brésilien sans passer par la ville de Foz de Iguaçu, l'équivalent brésilien de Puerto Iguazu. Le premier bus part un peu tard à notre goût, 8h30, ce qui ajouté au décalage d'une heure avec les danseurs de samba nous fera arriver sur le site au mieux vers 10h. Mais nous avons lu que le côté brésilien se visitait beaucoup plus rapidement.
Après un passage de frontière sans trop de problème (même si l'agent d'immigration argentine mettra un tampon d'entrée au lieu de sortie à Florian) nous arrivons au parque nacional do Iguaçu (au brésil le z est remplacé par un ç). Et cette fois point de train mais des bus qui nous amènent au départ du circuit (le seul). Au départ nous sommes nettement plus éloigné des cascades que hier ce qui permet d'avoir une vue d'ensemble. Nous remarquons que l'eau est marron contrairement à hier. Il a du pleuvoir en amont.


Le gros problème c'est le sentier unique, assez étroit. Avec le monde on se retrouve à faire la queue pour accéder à un point de vue. Nous continuons donc le chemin et nous le referons plus trad, en sens inverse quand les gens commenceront à partir.
A la fin du sentier il y a une passerelle qui permet de s'approcher des chutes. Comme hier nous finissons trempés mais quelle expérience de sentir la puissance de l'eau!


Nous profitons encore une fois longtemps du spectacle grandiose qu'offre le lieu. Avec les projections d'eau et le soleil des arcs en ciel sont visibles assez fréquemment.


Comme prévu une fois arrivés au bout du chemin les gens repartent. Ce n'est que le début d'après-midi mais déjà nous sentons qu'il y a moins de monde. Nous reprenons donc le chemin et pouvons cette fois profiter des points de vues. Nous repartons encore une fois conquis.

Quel côté choisir?

Nous avons préféré le côté argentin, nettement plus grand, notamment pour son côté nature qui permet d'observer les animaux. Les chutes sont également plus proches de ce côté là. Mais venir jusqu'à Iguazu sans prendre le temps de faire les 2 côtés et pour nous vraiment dommage. Quitte à faire plus de 1200km depuis Buenos Aires autant en profiter! En effet le côté brésilien offre plus de recul pour admirer l'étendue du site. Il est donc complémentaire.


Quelques repères:

  • Billet d'entrée pour le côté argentin: 330 pesos

  • Billet d'entrée pour le côté brésilien: 63,3 réals brésilien (changement de pays, changement de devise). On peut payer en carte donc pas besoin de faire du change.

  • Billet de bus Puerto Iguazu - Parque Nacional Iguazú (argentin): 130 pesos aller/retour.

  • Billet de bus Puerto Iguazu - Parque Nacional do Iguaçu (brésilien): 80 pesos aller/retour.
Infos Pratiques:

  • Allez y tôt! En y étant à 8 heures soit pile à l'ouverture nous avons profité de presque 2 heures seuls.

  • Commencez par le circuit inférieur ou supérieur. Les gens vont d'abord à la garganta del diablo. En plus vous garderez le plus impressionnant pour la fin.

  • Il est possible d'emmener son pique-nique. Et il y a des endroits pour recharger ses bouteilles avec de l'eau fraiche.

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
CORRIENTES

En arrivant à Puerto Iguazu l'étape suivante n'était pas encore totalement défini. Après avoir étudier différentes options nous choisissons d'aller directement à Salta, ne trouvant pas d'étape intermédiaire nous faisant vraiment envie. Hélas, en passant à la gare routière réserver nos billets de bus, nous apprenons que les bus pour Salta sont complets. Nous ferons donc étape à Corrientes pendant 1 journée, entre 2 bus de nuit.


Capitale de la province du même nom, Corrientes est une assez grande ville avec plus de 300 000 habitants. Nous arrivons à 7h30 sur place après une nuit de bus, assez agitée au début avec contrôle de gendarmerie puis de multiples arrêts dans des villages. Nous allons directement aux guichets pour acheter nos billets de bus pour Salta. Le départ sera à 18 heures. Voilà qui nous laisse quelques heures pour visiter une ville où ne nous ne savons pas du tout ce qu'il y a faire, les informations sur internet étant assez faible. Heureusement un petit kiosque touristique à la gare routière nous fourni un plan de la ville et nous indique rapidement où aller.
Le centre ville se trouve assez loin du terminal de bus et le trajet n'est pas très intéressant. Heureusement nous avons fait garder nos sacs au guichet de la compagnie de bus ce qui nous évite d'être trop chargés.

En arrivant dans le centre ville nous tombons sur la rue commerçante piétonne, déjà très animée alors qu'il est seulement 9 heures. Nous cherchons à petit-déjeuner dans un endroit avec des toilettes car pour l'instant elles sont totalement absentes. Mais les petits (et même les plus grands) endroits servant le petit-dèj n'en ont pas plus! Florine commence à désespérer mais nous trouvons des toilettes publiques sur une petite place. Nous pouvons maintenant prendre notre café. Après avoir rempli nos estomacs nous recommençons notre ballade et arrivons sur la plaza 25 de Mayo.


Cette place est entourée de nombreux beaux bâtiments, avec une église (Iglesia nuestra señora de la merced), l'école Sarmiento et des édifices publics comme la casa de gobierno.


Nous sommes agréablement surpris par la ville. L'architecture est belle, l'atmosphère agréable et il n'y a aucun touriste. Par rapport à Puerto Iguazu où nous entendions parler français toutes les 2 minutes cela change.


Nous nous dirigeons maintenant vers le rio Parana. La ville se situe en effet sur une rive de ce grand fleuve que nous avons déjà vu plusieurs fois lors de notre passage dans la province de Missiones. Un pont (puente general Manuel Belgrano) long de 1700 mètres relie l'autre rive et permet de rejoindre la province de Chaco.


Le long du fleuve une promenade a été aménagé. Celle-ci est agréable et dispose de plusieurs espaces pour se poser et observer la vie locale et le fleuve. Nous remarquons qu'il y a de grands alignements de deux-roues garés en épi et serrés les uns comme les autres. Pour un peu on se croirait en Asie.
Nous mangeons dans une des nombreuses "roulottes" qui se trouvent le long de la promenade et arrivons vers les plages. Avec le beau temps et la chaleur nous regrettons de na pas avoir pris les maillots!


Après avoir farniente quelques temps nous retournons dans le centre que nous trouvons désert! Il est 15 heures et la rue piétonne est vide, tous les magasins sont fermés. La vie ne reprendra qu'à 17 heures.

Nous serions bien restés plus longtemps dans cette ville notamment à profiter des plages. Mais les billets pour Salta sont réservés. C'est reparti pour une nuit en bus!


Quelques repères:

  • Bus Puerto Iguazu - Corrientes: 527 pesos
Les prix sont de décembre 2016 et par personne. Devise: Pesos Argentin.

Infos pratiques:

  • Les bus utilisent la carte SUBE comme à Buenos Aires.
  • Il faut se loger près du centre et pas près de la gare routière si on veut pleinement profiter de la ville.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour et merci pour ce carnet complet et rempli de belles photos, ça me rappelle de beaux souvenirs !!!
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Merci pour le compliment. Il faut que je prenne le temps pour poster la suite.

Si la tenue du blog prend (beaucoup) de temps on essaye de garder la motivation car on sait qu'une fois rentré cela fera d'excellents souvenirs.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Salut !

Très beau carnet et superbes photos, ça donne envie Sourire

Hâte de voir la suite Sourire
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Superbe carnet, les photos des chutes d'Iguazu donnent franchement envie d'y aller.
Merci pour le partage
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour,

Merci pour ce carnet que je vais suivre. Il m'aidera à préparer notre voyage de l'année prochaine.

Bons Voyages
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Merci pour vos commentaires et désolé pour le retard pour la suite du carnet. Pas facile avec les connexion internet boliviennes.

SALTA

Nous arrivons à Salta après une nouvelle nuit de bus un samedi matin. Pour une fois nous n'avons pas réservé de logement. Après un petit déjeuner au café de la gare routière nous nous dirigeons vers une auberge que nous avions repéré sur internet. Malheureusement en arrivant on nous indique qu'il n'y a plus de place. Même chose pour une autre auberge situé un peu plus loin. Nous essayons donc un hôtel. Il reste de la place mais le tarif est bien trop élevé pour nous. On en profite pour récupérer le mot de passe qui est affiché à l'accueil et on regarde sur internet quels endroits ont de la disponibilité dans nos tarifs. On finit par trouver une posada pour une nuit. Ensuite nous réservons un appartement pour 5 nuits. Cela va nous permettre de préparer le road-trip que nous voulons faire dans la région.


Nous visiterons ainsi tranquillement la ville en nous fixant au rythme local: sortie le matin puis déjeuner, ensuite on reste au frais à l'appartement et on ressort vers 17-18 heures avant de manger.

Le centre ville de Salta possède trois très belles églises colorées: la Cathédrale, la Iglesia San Francisco et la Iglesia de la Viña (ou Iglesia de la Virgen de la Candeleria). L'intérieur des ces églises est également très beau et coloré.


L'Iglesia de la Viña se situe tout près de notre appartement ce qui nous permet de l'admirer chaque jour. En observant les gens on peut se rendre compte que nombreux sont ceux qui se signent en passant devant un lieu de culte. Restez quelques minutes devant la cathédrale et vous verrez les gens à pied, en vélo, en scooter ou en voiture se signer lorsqu'ils approchent du lieu saint.



La Cathédrale se situe sur l'incontournable place centrale des villes coloniales espagnoles, ici baptisée plaza 9 de Julio. On trouve sur cette place le traditionnel cabildo ainsi que le musée d'archéologie de haute montagne (MAAM). Nous avons visité ce musée pour voir l'une des 3 momies découvertes en haut du volcan Llullaillaco (6739m) et qui nous sont parvenues dans un état de conservation remarquable grâce au froid et l'air sec du sommet. Il s'agit de 3 enfants qui furent sacrifiés lors d'une cérémonie Inca. Les photos ne sont pas autorisées. Nous avons vu la première à gauche, la niña del Rayo. En effet une seule momie est exposée à la fois.

A Salta la nourriture de rue classique est le super pancho. C'est une sorte de hot-dog avec des chips broyées par dessus les saucisses et la sauce. Pour 10$ c'est clairement imbattable et c'était souvent notre choix pour déjeuner. Nous mangerons également au marché couvert. Si Salta est très touristique ici bizarrement il n'y a que des locaux. Nous testerons les humitas et tamales, plats locaux à base de maïs, typique du nord-ouest argentin. Ce ne sera pas un coup de cœur, on trouve ça un peu fade.


Un matin nous montons au Cerro San Bernado. Pour y aller 2 solutions: un téléphérique ou bien les jambes pour une heure de montée. On optera pour cette solution. En arrivant en haut on profite d'une vue sur la ville.


Pour visiter la région de Salta et Jujuy nous souhaitons louer une voiture pour être libre de nous arrêter quand bon nous semble. C'est donc parti pour un tour des agences de location pour comparer les prix. Heureusement la plupart sont concentrées dans un rayon restreint ce qui rend l'exercice facile. Après avoir hésité avec une agence locale mais qui demande un paiement en cash et Avis avec un paiement en carte nous optons pour la grande enseigne. En effet en payant en carte nous bénéficierons des assurances de celle-ci. Le prix était identique une fois pris en compte les frais de retrait dans les distributeurs. Seule différence le kilométrage: il est limité à 1600 kilomètres chez Avis contre illimité ailleurs mais le vendeur nous rassure en nous disant que c'est largement suffisant. On verra si c'était le bon choix.


Nous avons trouvé la ville de Salta sympathique malgré les trottoirs un peu trop étroits pour se promener sereinement lorsque la circulation déboule. Nous sommes restés 6 jours ici, principalement pour préparer un peu la suite de notre voyage, mais 2 jours pleins suffisent pour visiter.


Quelques repères:

  • Bus Corrientes - Salta: 1104 pesos (compagnie El Norte Bis)

  • Super Pancho: 10 pesos dans la rue. Entre 20 et 30 pesos dans les boui-boui.

  • Entrée au MAAM: 100 pesos. Le musée est petit mais l'histoire de ces enfants sacrifiés il y a 500 ans est passionnante. Il y a une autre momie moins bien conservée de visible également.
Les prix sont de décembre 2016 et par personne. Devise: Pesos Argentin.

Info Pratique:

  • Pour aller au Cerro San Bernado à pied on peut soit longer la route, ce qui est peu agréable surtout au début avec pas mal de circulation. On peut également monté par des escaliers dans les bois, beaucoup plus sympa (1021 marches). Le chemin part derrière le monument au Général Güemes juste à coté du musée anthropologique.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour,

tes photos sont superbes et nous font déjà rêver à cette destination. En fait je la prépare pour l'année prochaine et j'aurai surement des questions à te poser.

Merci et bravo pour ton courage à écrire ce carnet, du chaud en live, c'est précieux pour les autres
Bons Voyages
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Super sympa ton carnet qui me rappelle pas mal de souvenirs (qui commencent à tiédir, juillet 2016Tire la langue). Tu sembles avoir mieux apprécier Salta que moi... J'ai trouvé cette ville sans plus, juste un bon spot pour partir découvrir un NOA, quant à lui, des plus magnifiques.

Bon voyage!
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Superbes photos !
10 pesos le super pancho, c'est vraiment pas cher Surpris
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Merci encore pour les commentaires.

Jaunesoleil n'hésite pas si tu as des questions.

Aujourd'hui on prend la route pour découvrir ce qui est communément appelé le nord-ouest argentin. On commence par le nord de Salta, à cheval sur les provinces de Salta et Jujuy.

NOA - Partie 1. Au nord de Salta.

NOA pour Nord-Ouest Argentin. Nous avons décidé d'explorer une petit bout de cette région en louant une voiture pour profiter de la liberté de s'arrêter quand on veut et admirer les paysages. Nous commencerons par le nord de Salta avant de descendre explorer le sud.
Notre monture pour cette semaine: une Chevrolet Classic (en gros une Corsa B 4 portes). Ici c'est la voiture de location par excellence.


Vendredi 23 décembre: Salta - San Antonio de Los Cobres

Nous récupérons la voiture chez le loueur et quittons Salta et sa circulation. Après Campo Quijano nous prenons la route 51 qui n'est plus goudronnée. C'est parti pour de nombreux kilomètres de piste.
Après une pause pique-nique on se fait contrôler par la gendarmerie. On a l'impression que c'est surtout parce qu'ils s’embêtaient un peu. 5 minutes plus tard et après un bon foutage de gueule sur la photo de permis de Florian (il faut préciser qu'il a l'air d'avoir 10 ans), on repart. Les paysages sont très jolis et la route, redevenue goudronnée, est peu fréquentée. C'est agréable.
On s'arrête pour visiter les ruines de Tastil. Malheureusement le site est fermé, les congés de Noël ont commencé. On continue la route qui commence à monter un peu plus sérieusement. On arrive à Abra Blanca, le col situé à 4080 mètres d'altitude. Au sommet on observe quelques minutes un orage au loin.


On arrive à San Antonio de los Cobres un peu après 15 heures. On se met à la recherche d'un hébergement. Une fois l'histoire de la chambre réglée on va voir le viaduc de la Polvorilla. En chemin une zone avec des couleurs étonnantes et des restes de constructions. Il s'agit des ruines des thermes de Pompeya et après un test gustatif de Florine il s'avère que tout ce qui est blanc est du sel.


Après cette petite pause on arrive au viaduc. Sur ce pont passe le train touristique, le tren de las nubes mais le service a l'air suspendu.


Nous sommes à 4200 mètres et la montée sur le viaduc nous fera sentir le manque d'oxygène! La nuit passée à San Antonio, 3700 mètres, nous confirmera que l'oxygène commence à se faire rare mais heureusement le mal des montagnes nous ignorera.

Hébergement: Amenecer Andino. Correct, grande chambre avec salle de bain privative. Petit déjeuner un peu léger.
Samedi 24 décembre: San Antonio de Los Cobres - Tilcara

Mauvaise surprise en nous réveillant. Notre voiture a été visité par des voleurs. Heureusement on avait rien laissé à l'intérieur. Seul manque à l'appel un bouton de l'autoradio. Moins de chance pour un autre client de l'auberge, une de ses vitres a été fracturé.
On prend la piste direction les salinas grande. A la sortie du village on prend en stop un argentin. C'est un musicien de Cordoba qui va au Chili. On l'avancera jusqu'à la route 52. En chemin on aperçoit des lamas, des vigognes et un renard.


Le paysages est magnifique, une immense plaine entouré de montagne. L'impression de voyager dans de grands espaces est enivrante.

Au loin on aperçoit une grande tache blanche: les salinas grande. Notre premier salar! Après pas mal de route on repère un chemin qui va en direction du désert salé. Malheureusement au bout d'un moment on est stoppé par une barrière. Il s'agit d'un accès pour une entreprise qui exploite le sel. Notre copain autostoppeur récupère du sel aggloméré en forme de pic et on repart en espérant trouver un autre moyen d'accéder au salar. Sur le plan la route 52 semble traverser les salinas. Malheureusement en y passant pas de blanc mais du marron. Où est donc passé le sel? Mystère! Pour aller sur la partie vraiment blanche il faut payer (200 pesos par voiture) se faire accompagner par un guide avec la possibilité de rester entre 40 minutes et 1 heure sur place. Ça nous énerve, on mange une tortilla sur le bord de la route et on laisse notre autostoppeur prendre son bus pour le Chili. De notre côté on prend la direction de Pumamarca, dans la province de Jujuy.


Avant d'arriver au village on passe d'abord par un col et on entame une descente avec de nombreux lacets: la Cuesta de Lipan.


Arrivés à Pumamarca, célèbre pour sa colline au sept couleurs, on se retrouve dans un village très touristique avec beaucoup de vendeur de souvenirs. Il y a même plus de vendeurs que de touristes. On fait le tour de la colline par le Paseo de los Colorados. On a du mal à voir les sept couleurs. Mais les paysages autour sont très beaux avec des monts rouges qui semblent sortis de nulle part.


On reprend la route pour notre auberge à Tilcara. En chemin on passe à Maimara et sa palette du peintre, encore une montagne colorée. Bref, aujourd'hui on en a pris plein les yeux!

A minuit, alors que l'on est couché c'est le festival des pétards et feux d'artifice. C'est apparemment la façon de fêter Noël ici!

Hébergement: Casa los molles. Ambiance auberge espagnole. Tout le monde nous dit bonjour quand on arrive. Belle vue depuis la terrasse.

Dimanche 25 décembre: Tilcara - Humahuaca

En ce jour de Noël nous remontons vers le nord et faisons un premier stop dans le village d'Uquia. On regarde l'église un petit moment puis on se dirige vers la quebrada de los señoritas. C'est magnifique. Les roches rouges se détachent du beau ciel bleu.


La chaleur commence à devenir importante quand nous reprenons la route. Nous filons maintenant en direction du village d'Iruya situé au fond d'une vallée et accessible après près de 3 heures de piste. La dernière partie, une fois que l'on commence la descente vers le village, est magnifique.


Ici la nature semble à l'échelle 2, tout est immense et on se sent tout petit. Après cette bonne descente on aperçoit l'église jaune d'Iruya, mais le temps se couvre rapidement.


On ne restera pas très longtemps à Iruya. l'après-midi étant déjà bien avancé. Le village est charmant avec son côté isolé entre les montagnes. C'est reparti pour plus de 2 heures de piste en plus ou moins bon état. Sur le chemin on prend 1 villageois puis 2 autres par la suite. Aujourd'hui c'est Noël et le bus ne circule pas. On les emmène donc à Humahuaca, notre destination.
Une fois arrivé on veut aller voir le fameux hornocal, la montagne aux 14 couleurs qui est parait-il magnifique. Pour y accéder il faut prendre une piste à partir du village d'Humahuaca. En montant le ciel devient très menaçant et on entend le tonnerre gronder. Quelques instants plus tard ce sont les éclairs qui frappent la montagne que nous observons. On décide quand même de continuer. On arrive sur le site un peu après 18 heures. Normalement l'accès est payant mais à cette heure il n'y a plus personne.
Et là déception! Il fait tellement sombre avec l'orage que la montagne semble grise. On patiente 1 heure dans la voiture en espérant que le soleil ressorte un petit peu. Nous sommes seul à 4250 mètres d'altitude avec les éclairs et la grêle comme compagnons. Heureusement le ciel s'éclaircira un petit peu vers 19h30. Mais on est un peu déçu par le site. Les photos que l'on avait vu avant de venir semble avoir été retouchées très fortement. Certes c'est beau mais le contraste entre les images affichés sur internet et la réalité nous laisse sur notre faim.



Mais à force on commence à apprécier le paysage pour ce qu'il est vraiment mais la nuit qui tombe nous fait reprendre la route d'Humahuaca.

Hébergement: El Sol Hostel. Chambre double avec salle de bain commune. Chambre pas top (et bataille avec les moustiques pendant la nuit) mais bon petit déjeuner.

Lundi 26 décembre: Humahuaca - Tilcara

Aujourd'hui on repart vers Tilcara où on a déjà passé une nuit. On fait un rapide tour d'Humahuaca et notamment son cimetière avec ses couronnes de fleurs. Cela crée une atmosphère assez joyeuse avec toutes ces couleurs.


A Tilcara on visite la Pucara de Tilcara. Il s'agit de ruines d'un village précolombien. Plusieurs bâtiments on été reconstruit. Pas très authentique mais cela permet de se rendre un peu mieux compte du site. En plus la fraicheur qui règne à l'intérieur de ces constructions est très appréciable.


Il y a beaucoup de cactus sur le site. Situé sur une petite colline la vue est en plus sympathique. Cerise sur la gâteau le lundi c'est gratuit! Pas un indispensable si votre temps est compté mais une sortie bien agréable.

Pour déjeuner on décide d'aller au marché couvert. On a bien fait! On s'enfilera chacun une brochette de poulet avec frites et salade pour 40 pesos par personne. Bon et copieux, rapport qualité prix imbattable! Ensuite on va poser nos sacs à l'auberge. Un orage commence du coup on traine 2 heures à lire sous le patio. Une petite pause qui fait du bien.
On décide ensuite de retourner à Pumamarca pour essayer un autre point de vue sur la colline aux 7 couleurs. Malheureusement c'est en plein contre-jour. On y repassera demain. Du coup on profite à nouveau de la palette du peintre à Maimara avant de rentrer manger des tortillas à Tilcara.


Hébergement
: Villa Nanin. Chambre double avec salle de bain commune. Beau jardin, extérieur agréable. La personne qui nous a accueilli était très gentille. Petit déjeuner correct.
Mardi 27 décembre: Tilcara - Cafayate

Aujourd'hui pas mal de route nous attend. En effet on file au sud de Salta. Le temps est très couvert quand on se lève. On va quand même essayer de voir la colline aux 7 couleurs avec le point de vue que l'on a repéré en regardant certaines photos. En plus le sentier est indiqué sur le GPS (OsmAnd). Pour y accéder il faut traverser la route et la rivière puis monter pendant environ 10 minutes. Et arrivé en haut la vue est nettement mieux que ce que l'on voit depuis le village. Avec du soleil cela doit être magnifique (il faut y aller la matin sinon c'est en plein contre-jour).


La suite de la route ce sera de la pluie et encore de la pluie. Heureusement la partie entre San Salavador de Jujuy et Salta par la route 9 se prête bien à ce temps avec presque une ambiance"rainforest". Cela nous change de l'aridité et des paysages désertiques que l'on traverse depuis le début du roadtrip.

A suivre, la partie Sud...
Signaler Répondre
Ces couleurs sont magnifiques Surpris
On passera par la pour rejoindre le Chili (surement la route 52) lors de notre voyage, ça me donne envie d'explorer cette région Sourire
Signaler Répondre
Oui c'est une très belle région, on a les yeux écarquillé en permanence.

On continue la découverte de la région par le Sud de Salta.

Mercredi 28 décembre: Cafayate

Aujourd'hui on ne change pas de logement, on reste la journée autour de Cafayate. Le matin, après un bon petit-déjeuner on part voir la quebrada de las conchas que nous avons traversé en vitesse hier.


Situé sur la route 68 entre Salta et Cafayate, la zone présente des paysages étonnants avec des pierres rouges et des formes particulières sculptées par l'érosion. Il y a plusieurs points d'intérêts indiqués sur la route où sont censées se trouver des roches représentant soit un crapaud, un moine, un amphithéâtre ou bien des châteaux. Pour être honnête ce n'est pas ce que nous avons préféré dans la quebrada, il y a d'autres endroits plus jolis.


Toute la matinée nous ferons de très nombreux arrêts photos pour admirer le paysage.


Mais l'heure tourne, Florine a faim, il est temps de retourner à Cafayate.


Après quelques empanadas nous allons dans une bodega pour une dégustation de vin. En effet Cafayate et la région possède de nombreuses vignes avec notamment un cépage typique de l'endroit, le Torrontés, qui donne un vin blanc assez réputé et parait-il légèrement sucré. Comme on aime bien les vins blancs sucrés on attend avec impatience la dégustation. Mais avant cela il y a une petite visite des installations de la bodega Domingo Hermanos. Pas facile de tout saisir avec la visite en espagnol mais on se débrouille. Vient le moment de la dégustation et on commence avec le Torrontés! La guide nous donne un verre où le vin n'a pas été aéré en le faisant tourner dans le verre et un autre où ce rituel a été fait. La différence d'odeur est impressionnante! Le vin non aéré ne sent rien en comparaison de l'autre. Vient le moment de gouter et...on est un peu déçu. Il n'est pas vraiment sucré, on s'attendait à quelque chose de plus doux. Une fois la surprise passé on découvre un vin pas désagréable finalement. Ensuite on pourra gouter à 3 vins rouges: 2 Malbec et 1 Tannat. Nous avons préféré les Malbec, particulièrement la version primeur.


Vu qu'il reste un peu de temps on se dirige vers la bodega Nanni pour une autre dégustation. Même programme, 1 blanc Torrontés et 3 rouges avec cette fois au programme Malbec, Cabernet Sauvignon et Tannat. Autant vous dire qu'on était d'humeur joyeuse en cette fin d'après-midi! Heureusement que tout peut se faire à pied depuis notre logement.

Hébergement: Hostal del Suri. Chambre double avec salle de bain privée dans une sorte de cabane en bois. Super petit déjeuner et accueil très sympa.

Jeudi 29 décembre: Cafayate - Molinos

On reprend la route pour une étape assez courte entre Cafayate et Molinos. On en profite pour aller voir des peintures rupestres sur les hauteurs de Cafayate. La visite est effectué par le paysan du coin, c'est assez rapide mais pas inintéressant. Les peintures représentent des animaux (puma, lama...) ou des symboles abstraits et auraient environ 1000 ans. On profite de la visite pour poser des questions sur les plantes qui jalonnent la montagne.


Ensuite direction la route 40, qui deviendra rapidement une piste après le village de San Carlos. On roule dans de grands espaces semi aride avant d'arriver à la quebrada de las flechas.


Le décor devient maintenant totalement désertique et la forme des roches peut faire penser à des pointes de flèches, d'où le nom du lieu. Là encore on en prend plein les yeux.


A la fin de la quebrada on ré-aperçoit un peu de vert, notre escapade dans le désert se termine.


On fait un micro détour par le village de Angastaco pour voir la traditionnelle église et on tombe sur la maison des télétubbies version terre.


On arrive à Molinos à 17 heures. On se repose un petit peu à l'auberge et on va faire un tour du village à pied. On passe devant l'église San Pedro Nolasco construite en 1639.


Le village est calme, on aime bien l'ambiance.


Les maisons sont en adobe avec les toits en terre.


Hébergement: El Rancho de Manolo. Correct, petit patio sympa. Bon petit-déjeuner. Possibilité de manger le soir.
Vendredi 30 décembre: Molinos - Salta

Dernier jour en compagnie de notre bolide avec un retour à Salta. Première étape Cachi, petit village mais qui nous semble bien animé par rapport à Molinos. On prend de la hauteur et on tombe sur une piste d'atterrissage. Et rien d'autre. Du coup on s'amuse un peu dessus avec la voiture puis on va voir le cimetière, situé en face.


Un petit tour vers la place principale, on achète notre casse-croute et on repart.


On arrive rapidement sur la recta de Tin Tin, un longue ligne droite (rien à voir avec le personnage de BD). C'est une ancienne route Inca parfaitement rectiligne sur des kilomètres et qui traverse le parque nacional los cardones (parc des cactus). Visuellement ce n'est pas plus impressionnant que beaucoup de routes sur lesquelles nous avons roulé toute cette semaine.


La route monte ensuite progressivement jusqu'au mirador de Piedra del Molino (3348 mètres). On voit de nombreux guanacos. Ensuite la route redescend en passant par la cuesta del Obisbo.


C'est parti pour une bonne descente de col, moitié route moitié piste. En bas on s'arrête manger au bord de la route. A peine arrêté des poules et un chien viennent nous tenir compagnie.
Il est maintenant temps de rendre la voiture. Fin de cette semaine où on aura apprécier de retrouver la liberté procurée par une voiture.

Quelques repères:

  • Location de voiture: 6381 pesos avec 2 conducteurs et 1600 km. A refaire on choisirai un kilométrage illimité. On a terminé avec 1580 kilomètres! Et en faisant attention à ne pas faire énormément de détour. Pour le bouton de l'autoradio, bricolage de fortune par Florine avec un bouchon de bouteille de vin et du scotch d'électricien. Ni vu ni connu.
  • 1 litre d'essence: entre 17 et 21 pesos en fonction des villes.
  • 6 empanadas au bord de la route : 45 pesos. Les meilleures depuis notre début de tour du monde.
  • 1 tortilla jambon-fromage dans la rue: entre 20 et 25 pesos.
  • Dégustation de vin: 35 pesos dans la première bodega, 40 pesos dans la seconde.
  • 1 locro (soupe andine): 100 pesos dans un restaurant de Cafayate.
Les prix sont de décembre 2016 et par personne. Devise: Pesos Argentin.
Signaler Répondre
Alala ces routes mi piste mi goudronnée Rire
Puis celles qui descendent en lacets jusqu'au fond de la vallée, j'adore ça Sourire

Vous avez croisé du monde sur les routes ? Tu pense qu'en stop c'est réalisable ?
Signaler Répondre
Sur les axes principaux il y a pas mal de voitures (par exemple entre Salta et Cafayate ou sur la route qui remonte à Humahuaca). Dès qu'on sort de ces grands axes par contre il y a beaucoup moins de circulation. Environ la moitié sont des voitures de location conduite par des touristes mais parfois on ne croisait personne pendant 1 heure. Dans ces endroits là je conseillerais de commencer le stop assez tôt le matin.

Mais ça doit bien se faire, il y avait pas mal de monde qui en faisait.
Poster un carnet/texte Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2 3
Publicité invisible aux membres VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Carnets similaires sur l'Argentine:
  Titre de la discussion Premier message Réponses Dernier message 
60 jours, de Santiago à Ushuaïa
16 photos
De retour de Patagonie depuis 1mois, je profite d'une grippe me clouant au lit pour faire ce retour. Je sais que la Patagonie est devenue depuis longtemps un classique mainte fois raconté ici et ailleurs mais des nouvelles fraiches et parfois originales ne feront...
Carnets de voyage > Chili
2 mars 2016 à 14:37
de
Moruto
18 10 déc. 2016 à 13:28
de Moruto »
Carnet de voyage: l'Argentine, seule pendant 2 mois à 18 ans
17 photos
Aujourd'hui j'ai décidé de vous raconter dans les grandes lignes, mon tout premier voyage en solitaire. Je vous l'accorde ça date un peu (2010) mais comme ce voyage a été un des plus beaux que j'ai vécu, je souhaite le partager. Peut-être que certain (e)s aventurier...
Carnets de voyage > Argentine
8 août 2017 à 15:14
de
Karah
13 16 oct. 2017 à 21:25
de Karah »
3 semaines en solo en octobre dans le Nord-Ouest argentin
192 photos
Environ 5 000 Km qui m’emmèneront de Salta à La Quiaca, puis à San Antonio de los Cobres via Casabindo et Susques, à Belen via Tolar Grande, Antofalla, Antafagosta de la Sierra, en enfin Salta via Abra del Acay Dimanche 9 et lundi 10 novembre Arrivé à Buenos Aires...
Carnets de voyage > Argentine
6 nov. 2016 à 13:55
de
Olivier30130
43 8 juin 2017 à 21:43
de Lacoulee »
Santiago et Buenos Aires septembre 2014
5 photos
En janvier dernier, mes plans de voyage sont faits, je pars pour la Russie. Après 3 reports pour différentes raisons, c'est l'année... jusqu'à ce que le moteur de chaufferette de ma Volvo rende l'âme en pleine vague de froid. 800 $ de moins pour le budget voyage...
Carnets de voyage > Chili
15 oct. 2014 à 3:25
de
Sicnarf1978
1 16 oct. 2014 à 3:32
de Sicnarf1978 »
Patagonie argentine en août 2010
66 photos
Je suis en patagonie depuis 10 jours (el calafate, el chaten, las torres del paine). A tous ceux qui rêvent de visiter la patagonie argentine et chikienne en hiver, n'hésitez surtout pas. Certes, il fait froid, mais rien qu'une martiniquaise comme moi ne puisse...
Carnets de voyage > Argentine
16 août 2010 à 21:19
de
Diamina
40 1 déc. 2012 à 22:52
de Diamina »
Plus de carnets similaires à «53 jours en Argentine»
Heure du site: 14:25 (11/12/2017)
Tous les droits réservés © 2002-2017 VoyageRéseau Inc.
3 742 visiteurs en ligne depuis une heure!