Un an de vie en Inde, récits d'excursions depuis New Delhi (page 1 de 3)

Discussion démarrée par Myrms le 6 février 2018 à 19:10
41 réponses sur 3 pages  ·  19 participants  ·  5 291 affichages
Poster un carnet/texte Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2 3
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour à tous,

Il y a 4 ans, je découvrais l'Inde pour la première fois (petite dédicace à mon premier récit: voyageforum.com/...ntense%20inde%20nord), et l'envie d'y retourner m'a fait y rechercher un travail... Chose à présent faite: après 1 an et demi de candidatures, j'ai trouvé un VIE (Volontariat International en Entreprise), le graal pour une expatriation à la fin des études (pour toute destination loin de la France).

Habitant à Greater Noida, banlieue industrielle sans grand (voire aucun) intérêt à 40 kms au sud-est de New Delhi, je passe une grande partie de mes week-ends à découvrir les environs, en utilisant les transports en commun uniquement.

C'est donc ce que je propose de vous raconter sous la forme d'un "carnet de voyage", agrémentés de quelques commentaires sur le fait de vivre dans ce pays fascinant (mais également fatiguant par moment!).

Les transports en bus sont en effet très pratiques et simples pour les trajets "courts" (en quelques centaines de kilomètres) : les départs sont très fréquents, on peut arriver sans réservation et avoir (en général) un bus partant dans les 30 minutes qui suivent.
Il suffit juste d'être patient sur le trajet, la vitesse moyenne observée sur mes trajets étant de 50 km / heure.

Le train est un peu plus rapide et plus confortable, mais moins flexible (départs moins fréquents, réservation souvent nécessaire) et avec plus de risques de retards majeurs.
Je le privilégie donc uniquement pour les longs trajets de nuit.

Quasiment aucune réservation d'hôtel à l'avance, et la plupart du temps ils sont vraiment sous-occupés.

Voilà pour l'introduction, et n'hésitez pas si vous avez des questions ou commentaires !

WE de Noël, 3 jours au sud de Delhi

Pour ce 1er week-end, je décide de prendre un bus pour Mathura depuis ma ville de Greater Noida, située au début de la récente autoroute "Yamuna Expressway" reliant Delhi à Agra.
Le bus cherche à faire le plein avant de partir, et certains passagers crient pour le pousser à partir "à l'heure".
Avec tous les passagers ramassés le long de l'autoroute, le bus est finalement plein à craquer. Le système est bien rodé pour tous les villages dans les environ de l'autoroute: le bus reste sur l'autoroute et s'arrête fréquemment pour prendre / déposer des passagers, qui rejoignent leur village à pied ou en moto avec ceux venant les chercher.
Très pratique est assez rapide - enfin jusqu'à ce que je comprenne que, lorsqu'on m'a confirmé que le bus allait à Mathura, c'est plutôt qu'il dépose le long de l'autoroute à 10 km du centre ville. Pour une arrivée à 22h, ça ne me parait pas envisageable et je continue donc jusqu'à Agra. Je peux y compter sur les rickshaws, qui se font un plaisir de m'amener à un hôtel bon marché et toucher leur commission (mais à cette heure-ci c'est appréciable).

Bus depuis Idgah Bus Stand pour Mathura le lendemain pour revenir à mon plan initial.
Après m'être installé à l'entrée de la vieille ville dans un hôtel "de base" (c'est à dire toilettes turques, draps probablement non lavés et laisser-aller généralisé - alors que ça ne manque pas de personnelf!), je peux donc commencer ma visite de cette ville sainte, "lieu de naissance de Krishna" pour les hindous.
J'étais étonné par le concept de "naissance" d'un dieu. En fait (et en version simplifiée) l'essentiel des dieux hindous sont des avatars du / des dieux principaux (ça dépend des courants...) d'où le fait qu'un dieu puisse naître.

La rue qui mène de Holi Gate jusqu'à la Yamuna est très intéressante, avec un grand nombre de vieux bâtiments (qui tombent en ruine pour la plupart), et une circulation automobile limitée par l'étroitesse de la rue, ça fait du bien aux oreilles !


Les ghats sont assez peu impressionnants, et il règle un sentiment d'abandon sur l'essentiel de la longueur. Heureusement que les singes sont là pour donner un peu de vie.


Mais l'abandon a du bon: on peut, en cherchant un peu, monter dans certains bâtiments et ainsi avoir une vue panoramique sur les ghats.


En continuant la balade dans la vielle ville en direction du fameux lieu de naissance de Krishna, on passe devant la Jama Masjid, puis on tombe sur une belle mosquée du style moghol habituel. La surprise commence à la marche d'approche : il y a 2 barrières tenus par des militaires, et la mosquée est entourée de barbelés et de miradors... Juste à côté on voit le temple hindou pour lequel la ville est connue. La visite se fait rapidement, accompagné d'un militaire et après avoir indiqué son identité à l'entrée.
Impossible d'en savoir plus par les militaires, mais une recherche Google (grâce à la 4G indienne très efficace et pas cher!) donne la réponse:
La mosquée fait partie des 3 sites que les extrémistes hindous appellent à la destruction, en se basant sur le fait que celles-ci sont construites elles-mêmes sur les ruines d'un temple hindou rasé il y a 300 ans, pendant le règne d'Aurangzeb, l'empereur moghol ayant rompu avec la tolérance de ses prédécesseurs.
C'est d'ailleurs ce qu'ils ont fait à Ayodhya en 1992 en démolissant la Babri Masjid - celle de Mathura fait donc partie des restantes sur la liste (avec une autre à Varanasi).

Intéressant de tomber par hasard sur un de ces lieux cristallisant les tensions communautaires (c'est un sujet qui m'intéressait déjà, et qui en Inde du Nord est récurrent voire omniprésent).
Difficile pour un étranger comme moi d'avoir un avis sur ce qui est juste ou non, à part dire que sur le plan artistique le temple hindou reconstruit juste à côté ne peut pas rivaliser avec la grâce de l'architecture moghole.

Visite du temple hindou sans grand intérêt. A un endroit, on se trouve à 3 mètres de l'arrière de la mosquée ! Aucune photo pour représenter cette juxtaposition, comme les contrôles sont stricts.

Coucher de bonne heure, l'Inde appartient à ceux qui se lèvent tôt !
__

Bus pour Deeg, à travers la campagne des grandes plaines du Nord qui est assez monotone: des petits champs parsemés d'arbres et avec comme seul relief des grands pylônes électriques et des grandes cheminées pour les fours à briques.
Les villages quant à eux sont sans intérêt en terme "paysager" (constructions en brique recouverte de plâtre), mais voir la paisible vie locale est intéressant.
Il est également appréciable de voir les beaux saris des campagnardes, qui arrivent malgré le travail des champs à être bien plus élégantes qu'une grande partie de la classe moyenne urbaine que je vois au quotidien, qui a cédé à la tenue pull-jean-basket.

Après un trajet bien lent, arrivée dans la petite ville de Deeg. En voyant tous ces regards curieux, on imagine qu'ils ne voient pas beaucoup de touristes marcher dans leur ville.
Visite du Deeg Palace, très beau palais entourant un agréable jardin.
Mais dont la plus belle vue se trouve depuis le grand bassin juste à l'ouest du palais.


On peut se poser tranquillement sur les marches et admirer la vue, avec une lumière de plus en plus belle avec la journée qui passe.

Et aussi voir les lavandières (appelée "Dhobi", j'imagine d'ailleurs que le nom du personnage d'Harry Potter vient de là) au travail - et profiter du zoom pour ne pas se faire remarquer.


Me voyant m'éterniser sur les marches, un saddhu vient m'aborder. Conversation sympa où je peux pratiquer mes quelques mots d'hindi, jusqu'au moment où il se met à demander avec insistance des sous. Je finis donc par partir, j'avais déjà presque passé une heure autour du bassin.

Dans la rue je vois un bus rouler vers moi, et qui ralentit un peu: "Bharatpur?" auquel le conducteur répond par un hochement de tête positif : très pratique !

Arrivée en fin de journée à Bharatpur, juste à temps pour voir le très imposant Lohagarh Qila avec le soleil couchant.


Ce que j'adore avec ce pays, c'est que même des sites considérés "mineurs" d'un point de vue touristique, sont vraiment intéressants! On gagne donc à s'éloigner des sites principaux, et pouvoir apprécier l'absence de harcèlement touristique, et la générosité des habitants, puisque je me fais inviter à prendre le thé chez une famille habitant juste face au fort. Quasiment toute la famille élargie (oncles, grand-mère...) habitent dans les maisons voisines et passent donc dire bonjour!

Arrivée tardive au Saras Circle, près du sanctuaire pour oiseaux Keoladeo Ghana.
__

Départ matinal pour le sanctuaire, des vélo-rickshaws font déjà la queue depuis longtemps pour pouvoir rentrer dans le parc. Je prend des sortes de patates sautées à l'entrée, que le gars essaie de me faire payer 50rs... Je sors un "Aloo hai" ("C'est des patates") et paie 20rs, ce qui est déjà trop... On sent bien là l'influence du tourisme !

A 8 heures du matin, tous les vélos de location sont déjà pris... En insistant un peu, j'arrive à récupérer un vélo qui était en réparation, ça sera donc en danseuse !

Je n'ai rien d'un grand amateur d'oiseaux, mais l'idée de trouver un refuge contre l'agitation urbaine (surtout ces klaxons incessants qui tapent sur les nerfs) était très attirante. La visite est agréable, en voyant des biches, singes, chauve-souris, martin-pécheurs, hérons... et des grues Saras, apparemment l'attraction principale.


Le parc semble très appréciée par la classe aisée, à en juger par le comportement et le fait qu'ils parlent anglais notamment à leurs enfants.

Je retrouve la famille de la veille pour discuter tranquillement sur les chaises qu'ils installent devant la maison, face au fort et ses douves. Vers 15h, ils insistent sur le fait qu'il est temps que je rentre chez moi. Et ils ont raison comme il me faudra 7h30 pour arriver chez moi (pourtant à 200km), entre le bus pris dans les bouchons et le trajet jusqu'à ma banlieue lointaine.
Mais tout ça en vaut le coup :)
Publicité invisible aux membres VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
WE du Nouvel An - Ajmer et Pushkar

Au programme de ce week-end une "étude comparative" de 2 lieux-saints importants (qui ont la bonne idée de se trouver à 10 km l'un de l'autre) : Pushkar et son lac sacré pour les hindous, et Ajmer où se trouve le mausolée du fondateur de l'ordre soufi le plus important pour les musulmans d'Asie du Sud.

Aller en train "Shatabdi", la catégorie supérieure censée être plus confortable et surtout plus rapide (avec priorité sur les autres trains en cas de retard de ce que j'ai compris) - 7h de trajet pour 400 km quand même...
Un peu fiévreux, je décide de m'installer à Pushkar pour plus de tranquillité.
Je suis pour ma part très rapidement déçu par l'ambiance: beaucoup de harcèlement touristique (pour forcer des dons, déposer des fleurs sur le lac etc). Beaucoup de touristes également, notamment de style "hippies", avec le cortège de magasins / restaurants visant spécifiquement les étrangers. Beaucoup de tentative d'arnaque également, avec des prix pour manger jusqu'à 5 fois supérieurs au "vrai prix". Mais ils ne m'auront pas !
Même s'il s'agit de quelques dizaines de roupies, insister pour payer ce vrai prix est important par "respect" envers tous ceux qui essaient de gagner leur vie honnêtement, et pour éviter aussi que ce genre de pratique se propage. (Vivre dans le pays ça aide évidemment)

L'ambiance me rappelle donc Varanasi, qui avait été l'unique déception de mon 1er voyage en Inde.

Quelques temples intéressants dans la ville, même si l'intérieur reste fermé aux non-hindous.


__

Au petit matin, retourner sur les bords du lac au moment des ablutions.


Des groupes de villageois semblent être venus de loin pour cela. Heureusement que les femmes sont là pour porter tous les bagages...

Bus pour Ajmer, en le prenant en passage. Approche du Dargah (mausolée) par une rue piétonne bondée. Changement radical d'ambiance!


Rapides contrôles à l'entrée (il y a eu un attentat en 2007), mais ils sont totalement débordés par la foule.
L'ambiance d'un dargah soufi est très différente d'une mosquée classique: pas de séparation homme/femme, des chants (Qawalis) très beaux, et des offrandes en continu (fleurs, ficelles à accrocher sur le tombeau etc).
Le résultat est que l'on s'éloigne beaucoup de la simplicité/pureté des pratiques "traditionnelles", et que ça laisse place à beaucoup de superstition (offrandes pour avoir les faveurs du saint, un peu comme les rites hindous).
Aucun harcèlement touristique (ni quasiment aucun touriste).
Je ressors pour visiter la ville, et y revenir en fin de journée.

Je prends un chicken biryani (riz au poulet cuit dans une grande marmite), l'incontournable de tous les quartiers musulmans en Inde.

Visite de la mosquée Dhai Din Ka Jhonpra, construite dans un style pré-moghol (comme le complexe du Qutb Minar).


Le site est à présent plus un lieu de détente comme un parc, malgré l'intendant qui essaie de faire respecter l'appel à la prière en faisant sortir tout le monde.
Rapide balade dans le quartier musulman alentour, on ne peut pas s'y tromper entre les habits bien différents, les mini-boucheries et les étendards musulmans sur les maisons.
Il est en effet courant par ici d'afficher son appartenance politique / communautaire sur sa maison, et dans beaucoup d'endroits on alterne entre les croissants de lune musulmans et la fleur de lotus du BJP (nationalistes hindous au pouvoir).

J'entends des taxis collectifs partir pour Taragarh, autre dargah situé en haut de la montagne (que j'avais repéré grâce à Google Maps, un super guide de voyage!).
Je monte dans un, et on m'explique le principe bien rodé: aller et retour avec une heure au sommet pour 150rs.
L'ascension, et les murailles au sommet sont impressionnantes, dommage que le smog / brouillard d'hiver masque beaucoup la vue.
Surprenante ambiance d'un petit village musulman perché sur montagne.

Certains sont même prêts à reproduire l'épopée moghole !


Ils ont dû être attirés par le haut-parleur au volume maximum répétant la publicité pour cette prise de photo. Ca gâche quelque peu le meilleur point de vue, mais je dois être le seul ici à penser ça, les Indiens ayant une tolérance au bruit impressionnante !

Je reviens donc au Dargah à la fin de journée.


La foule est encore plus dense, les gens venant notamment pour les qawalis du soir (ceux en journée ayant tendance à avoir la voix un peu cassé, j'imagine qu'ils gardent les meilleurs pour le soir). Les chants sont vraiment captivants.


J'imagine qu'il y a quelques années, prendre des photos en tant que touriste était interdit ou au moins mal vu (il est toujours écrit dans le dargah de Nizamuddin à Delhi que "Prendre des photos est interdit par la sharia").
Mais à présent, comme tout le monde prend des selfies / vidéos, c'est devenu totalement anodin, et je ne m'en prive donc pas !
En tout cas cette frénésie du selfie et du partage sur les réseaux sociaux semble être le facteur commun qui unit le plus l'humanité, plus que Hollywood ou le foot en tout cas (qui ici n'ont pas beaucoup d'emprise).

Ensuite, ce sont les distributions de nourriture (du riz biryani - what else?) à tous ceux qui en ont besoin.
Les gens mangent par terre en rang bien ordonnés, les hommes d'abord, puis les femmes.

Après plusieurs heures passées ici, retour de nuit à Pushkar.
Plusieurs bars de la ville ont les sonos à fond pour ce 31 décembre (j'avais presque oublié), surprenant pour une ville sainte...

En tout cas vous l'aurez compris, je penche totalement en faveur d'Ajmer sur ce "duel" !

Par contre le 1er janvier fut à oublier entièrement, avec une fièvre reprenant et un retard de train de plus de 6 heures me forçant à rentrer en bus, soit 10h de trajet jusqu'à Delhi...
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
bonsoir Vincent
c'est sympa de nous raconter tes week-end en dehors des sites touristiques.Assister aux qawalis c'est super je suis allée une fois à Delhi et ça m'avait beaucoup impressionné, cette année j'espérais revivre ça à Gulbarga mais malheureusement je n'y étais pas le bon jour mais il y régnait tout de même une bonne ambiance.
Au prochain week-end !! mon sac est déjà prêtSourire
merci
mariejo
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour,

j'avais lu tes " dix jours en solo bien intenses en Inde du Nord "...et te revoilou.

Tes week-ends ont l'air bien intenses eux aussi, et déjà très intéressants.

C'est bien vrai qu'en Inde, des tas d'endroits peu ou pas connus sont très intéressants, et surtout peuvent être visités en toute tranquillité. Il faudra encore beaucoup de temps avant que le tourisme de masse n'envahisse tout. Quelle chance Tire la langue.....
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
superbes carnets vincent, la suite vite...
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
WE à Fatehpur Sikri

Pour ce week-end, visite d'un des classiques touristiques de l'Inde, et expérience donc bien différente des précédents week-ends.

Je reprends ce si pratique Yamuna Expressway Bus depuis ma banlieue pour rejoindre Agra.
Je regarde le film de Bollywood diffusé sur une petite télé, comme les sonos à fond rendent difficile toute autre activité.
Il est frappant de voir le contraste entre ces films où danses de filles assez légèrement vêtues et des scènes de drague se succèdent, avec le certain conservatisme et la distance entre les sexes que l'on observe au quotidien.
Frappant aussi le contraste entre ces acteurs grands et à la peau toute claire, et l'immense majorité des Indiens, petits et à la peau bien plus foncée - à croire presque qu'il s'agit de 2 peuples différents...
Ce fameux idéal de la peau claire (pour les filles en particulier), que l'on retrouve dans quasiment toute l'Asie, et crée de nombreux complexes et stéréotypes, ainsi qu'un énorme marché pour les marques de cosmétiques...

Arrivée à Agra, et visite "au passage" de l'intéressante vieille ville autour de la Jama Masjid. On retrouve les vieux immeubles à encorbellement et aux balcons soignés qui sont courant dans la région, bien mal entretenus.


Il semble que même en dehors des fameux monuments ou régions spécifiques comme le Shekhawati, il fut un temps où il était courant d'avoir une architecture civile soignée.
A présent les constructions sont essentiellement des gigantesques centres commerciaux, des quartiers de briques construits anarchiquement ou des "society", en gros le rêve des classes moyennes et aisées qui ressemblent fortement à nos grands ensembles / cités de chez nous, mais avec des gardiens à l'entrée, piscine privée, salle de sport etc...

Bus bien lent jusqu'à Fatehpur Sikri, qui me dépose juste à côté de l'entrée de la grande mosquée.
Plus que partout où je suis passé à présent, c'est dans ce village que l'on ressent le plus le harcèlement touristique. Il est quasiment impossible d'avoir 2 minutes tranquilles dans la mosquée, entre les enfants demandant des stylos / pièces, les vendeurs et les propositions de "guides". Même les chanteurs de qawalis (puisqu'il y a un mausolée soufi dans la cour de la mosquée) passent leur temps à faire signe aux touristes de poser avec eux pour les photos, et ainsi récupérer des sous. Et leurs chants n'arrivent pas à la cheville de ceux d'Ajmer...

En sortant mes quelques mots d'hindi, je finis par avoir une conversation désintéressée avec quelques vendeurs.
Et j'ai le droit au récurrent discours schizophrène (ou hypocrite, ça doit dépendre des cas), consistant à critiquer des filles s'habillant "sans respect" alors que nos conversations "de mecs" ici arrivent très rapidement sur le sujet de la liberté sexuelle des occidentaux, qui les fait beaucoup fantasmer.

Avec la tombée du jour, la foule diminue et l'on peut enfin trouver du calme. Et apprécier la beauté de l'éclairage:


Diner de "street food", avec quelques tentatives d'arnaques près de la station de bus là où sont les hôtels, mais dès qu'on s'avance un peu dans la rue commerçante on retrouve des vendeurs gagnant honnêtement leur vie, en vendant des samosas à 5rs pièces.
C'est en considérant à quel point il est difficile pour l'Indien moyen de gagner sa vie que l'on comprend à quel point il peut être dommageable de donner aux enfants qui mendient auprès des touristes... et qui risquent de comprendre tardivement (ou jamais) l'intérêt d'étudier et de travailler dur.
__

Retour à la mosquée au lever du jour, et profiter de la superbe lumière, et du site quasiment désert.


Les vendeurs et les enfants arrivent progressivement, mais me laissent tranquille au début (ils ne travaillent pas en dehors des horaires!).
Si l'on n'est pas pressé, rester dormir ici est donc une très bonne solution pour profiter du lieu, chose quasiment impossible en journée.

Puis visite très intéressante du palais, à l'architecture vraiment unique.


Ensuite, je me dirige vers le curieux Hiran Minar et voir un petit bout de campagne.


Ce que la photo ne montre pas, c'est que pour arriver à cet endroit, en passant derrière la mosquée on tombe sur une grande décharge sauvage, servant aussi de toilettes publiques.
On peut d'ailleurs voir (tôt le matin en tout cas) le curieux spectacle de ces hommes se baladant avec leur bouteille d'eau à la main (pas de papier toilette pour les Indiens) pour se chercher un coin tranquille.

Pour rester sur cette touche pleine de classe: quand j'ai fini par faire comprendre à un ado très insistant que je ne souhaitait pas sa visite guidée, il m'a tendu la main gauche que j'ai bêtement serrée. C'est un geste vraiment non naturel, et je pense qu'il s'agit surtout pour lui de se "venger" en transmettant ses impuretés (symboliquement voire au sens propre) - pour rappel si besoin, on s'essuie ici avec la main gauche, et le savon n'est pas vraiment courant.
Une fois après avoir réalisé cela j'ai lavé plusieurs fois mes mains plein de dégoût...
Si l'on vous fait pareil, je vous conseille donc de ne pas répondre au geste !

En tout cas, ce fut une très belle visite malgré tous ces désagréments que peuvent créer l'affluence de touristes dans un petit village, grâce notamment au fait de rester dormir sur place.

Retour en bus bondé, à 3 passagers sur 2 sièges, à se sourire (à défaut de pouvoir communiquer) à chaque fois qu'un dos-d'âne particulièrement marqué nous fait décoller du siège.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Rhooo oui merci Vincent.
Comment je me régale, moi qui suis tjs avide de découvrir de nouveaux lieux à explorer dans ce pays.
L'accueil reçu dans un endroit est pour moi bien plus important que les monuments à y voir, ton post va donc devenir une référence pour moi et je vais le suivre avec beaucoup d’intérêt.
Et puis le fait que tu vives dans le pays apporte bien sûr des éclairages bien différents du touriste de passage (dont je fais partie Fou)
Au plaisir de lire la suite
Christelle
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Vincent et bienvenue au club !
En voilà un carnet de voyage intéressant !!!
Je suis très surpris de constater que notre différence de génération ne nous fait pas voir les choses différemment. En lisant certaines de vos remarques je crois retrouver ce que j'ai écrit moi-même ailleurs. et qui parfois a pu sembler exagéré ou choquant.
Et oui, quand on vit en Inde, qu'on a du temps, qu'on côtoie différemment les gens, des fenêtres s'ouvrent sur la réalité de l'Inde.
J'aime aussi beaucoup les photos.
J'ai visité ces mêmes lieux et je me suis aussi fait les mêmes remarques. C'est rigolo... : j'ai adoré Ajmer où je suis retourné plusieurs fois, ainsi que Bharatpur, Deeg que j'avais adoré pour sa tranquillité, le parc ornithologique, Fathepur Sikri etc etc...
Je me retrouve aussi dans vos remarques concernant les méfaits du tourisme et les conversations des mecs qui arrivent très vite à la sexualité et qui dévoilent leurs immenses frustrations... Ainsi que le double discours sur la question...
A bientôt
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Il est également appréciable de voir les beaux saris des campagnardes, qui arrivent malgré le travail des champs à être bien plus élégantes qu'une grande partie de la classe moyenne urbaine que je vois au quotidien, qui a cédé à la tenue pull-jean-basket.

Oui, bien sûr je suis d'accord. Mais les crinolines aussi c'était très beau...
J'espère que vous admettrez quand même que le sari n'est pas la tenue la plus adaptée à la vie moderne et que c'est bien plus pratique pour une fille de nos jours de porter jean's et baskett.
En plus, ici, chez moi, au Kérala j'ai noté que le port systématique et revendiqué, voire obligatoire, du sari est associé à une sorte de non pas respect de la culture et des traditions, mais une certaine étroitesse d'esprit, un refus de l'évolution des moeurs entre autres, un certain esprit "réac ". Et la domination du mâle qui, lui, s'autorise à se vêtir à l'occidentale sans que ça dérange qui que ce soit.
J'adore les femmes en sari, c'est sûr, mais je me réjouis chaque fois que je croise une minette qui brave l'interdit et le qu'en dira-t-on en se baladant en jean's, en short, bermuda ou minijupe. Je ne sais pas si vous ou d'autres lecteurs comprennez ce que je veux exprimer par là.
Mais j'ai fait aussi une constatation. Il m'est arrivé assez souvent de voir des indiennes ainsi vêtues mais qui avec leurs trais, leurs cheveux, leur physique semblaient aussi déguisées que les françaises qui veulent porter le sari. Quand on est une grande, blonde, très blanche, fine comme une liane... et qu'en plus on ne sait pas le draper ni marcher avec...
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Il est frappant de voir le contraste entre ces films où danses de filles assez légèrement vêtues et des scènes de drague se succèdent, avec le certain conservatisme et la distance entre les sexes que l'on observe au quotidien.

Sans compter ceux qui se roulent d'énormes pelles sur les affiches... quand il est inadmissible de se tenir par la main dans la vie réelle.

Frappant aussi le contraste entre ces acteurs grands et à la peau toute claire, et l'immense majorité des Indiens, petits et à la peau bien plus foncée - à croire presque qu'il s'agit de 2 peuples différents...

Mais ce sont deux peuples et surtout DEUX MONDES différents.

nos conversations "de mecs" ici arrivent très rapidement sur le sujet de la liberté sexuelle des occidentaux, qui les fait beaucoup fantasmer.

Nos femmes sont toutes des Messaline et nous Messieurs des...étalons... qui avons le privilège de bien savoir faire l'amour... Un jour, tu verras, si tu arrives à pousser le bouchon un peu plus loin, on te demandera des conseils et tu tomberas des nues en entendant les trucs aberrants qu'ils vont te sortir...
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Vincent et bienvenue au club !

Bonjour Jean-Marie, j'ai vu aussi vu ta discussion très intéressante [je me permets de tutoyer, c'est plus simple !] - les lecteurs de Voyageforum intéressés par l'Inde auront de quoi lire Angélique

A tous, merci pour ces petits commentaires, voilà de quoi me donner une raison supplémentaire de continuer mes excursions Tire la langue
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Oui, bien sûr je suis d'accord. Mais les crinolines aussi c'était très beau...

J'ai dû chercher sur internet ce qu'est une crinoline - c'est dire si nos habits traditionnels à nous sont bien lointains - sûrement une question de "différence de génération" comme tu le mentionnais!

En plus, ici, chez moi, au Kérala j'ai noté que le port systématique et revendiqué, voire obligatoire, du sari est associé à une sorte de non pas respect de la culture et des traditions, mais une certaine étroitesse d'esprit, un refus de l'évolution des moeurs entre autres, un certain esprit "réac ". Et la domination du mâle qui, lui, s'autorise à se vêtir à l'occidentale sans que ça dérange qui que ce soit.

Je n'avais jamais interprété le fait que l'homme puisse s'habiller à l'occidentale et non la femme, à une relation de domination - intéressant comme perspective.
C'est vrai que dans un bon nombre de cultures on exige des femmes qu'elles respectent beaucoup de traditions (vestimentaire ou aussi en termes de comportement, de mœurs...), exigence souvent mois forte pour les garçons.
Et les attentes au niveau de l'apparence physique sont généralement plus élevées envers les femmes que les garçons dans quasiment toutes les cultures - exception éventuellement faite pour celles de la communauté musulmane qui portent le voile intégral, assez répandu par ici.

J'adore les femmes en sari, c'est sûr, mais je me réjouis chaque fois que je croise une minette qui brave l'interdit et le qu'en dira-t-on en se baladant en jean's, en short, bermuda ou minijupe. Je ne sais pas si vous ou d'autres lecteurs comprennez ce que je veux exprimer par là.

Je vois bien ce que tu veux dire, même si dans le Nord (en hiver en tout cas, mais je doute que l'été soit très différent), ça n'ira pas plus loin que le jean en terme de "transgression".
Après il ne faut pas non plus braver le danger en bravant trop l'interdit - mais ça j'imagine que les filles des environs de New Delhi en sont pleinement conscientes...
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Meerut

Après un weekend très touristique comme à Fatehpur Sikri, j'ai tenté la sortie totale des sentiers battus (du tout terrain même Tire la langue) en me rendant à Meerut, ville de 1.3 millions d'habitants au nord-est de Delhi.

J'avais auparavant fait un repérage rapide sur Google Maps et internet.
Il est d'ailleurs frappant à quel point il faut se méfier de ce qu'on trouve sur internet en Inde. Il existe en effet une grande quantité de sites de voyage ou de sites tenus par l'administration locale n'hésitant pas à se décrire comme "the next major tourism destination in India" ou autres commentaires élogieux, en utilisant même parfois des fausses photos !

Comme on pouvait s'y attendre, il n'y avait rien de bien marquant, à part la vie locale qui se déroule tranquillement au milieu des klaxons et de la foule.
Petite remarque sur l'urbanisation en Inde: la densité de population ne sent pas particulièrement au niveau du bâti, c'est à dire qu'il y a peu de bâtiments de hauteur (rarement plus de deux étages en dehors de New Delhi) et les villes ne sont pas si étendues que ça. En revanche, la densité à l'intérieur de ces habitations semble très élevées, avec plusieurs générations sous un même toit, voire dans la même pièce.
Cela s'applique aussi aux campagnes : les habitations étant toutes regroupées en villages très denses, on ne ressent pas du tout une omniprésence de constructions humaines - alors que les plaines du nord sont l'une des régions les peuplées du monde.

En se baladant au petit matin, il est néanmoins intéressant de voir se dérouler l'industrie laitière urbaine - toutes ces vaches que l'on croise en ville ont bien une utilité!
Après avoir laissé ses vaches vadrouiller la journée pour manger tout ce qu'elles trouvent parmi les tas d'ordures, le berger (en tout cas celui qui s'occupe d'elle, je ne sais pas si elles lui appartiennent) les rassemble, et effectue la traite, dans une baraque en brique ou à même la rue. On voit ensuite les commerçants et les habitants du quartier aller chercher leur approvisionnement avec des petits bidons métalliques dédiés.
En combinant recyclage des ordures, approvisionnements de très forte proximité et contenants réutilisables, cette industrie laitière est donc à la pointe en terme écologique !
Et visiblement l'alimentation "douteuse" des vaches n'affecte en rien le goût du lait, en tout cas cela ne se sent pas dans leur chay (thé au lait).

Ici plus qu'ailleurs, on devine un clivage communautaire très marqué, notamment entre les différents quartiers affichant ostensiblement leur appartenance politico-communautaire, le lotus du BJP contre le croissant de lune musulman comme je le racontais précédemment.
C'est que l'Uttar Pradesh (UP, "Youpi" comme on dit ici) et ses 200 millions d'habitants, concentre une grande partie des récents épisodes de violences communautaires, et en particulier dans cette région du Western UP où les musulmans représentent près d'un tiers de la population, chiffre abondamment commenté par le BJP et ses sympatisants critiquant notamment leur taux de natalité bien plus haut que la moyenne. [c'est peut-être ce genre de débats très clivant que l'on évite en interdisant les statistiques ethniques en France - à tort ou à raison]
Néanmoins, on peut cependant remarquer avec soulagement qu'il n'existe pas ici de petite délinquance (tags, vandalisme...) visant à détériorer les sites de l'autre religion, alors qu'il existe une multitude de minuscules temples hindous ou tombe musulmane à portée de main, ni de tensions perceptibles dans la vie quotidienne.
Par contre quand ça explose, la violence va très loin - mais ça je n'en ai pas été témoin.

Pour en revenir à la visite, on y voit notamment des vestiges historiques des 2 précédents occupants:
Le mausolée moghol de Shahpeer, construit selon le style habituel, mais avec la particularité d'avoir le toit ouvert.


Et plus récent, la "Clock Tower" construite par les britanniques à l'une des entrées de la vieille ville.


Le reste de la ville étant sans grand intérêt, et les habitants pas particulièrement accueillants, je repars rapidement pour Delhi.

Sur le très lent retour en bus, j'assiste à l'industrie d'un autre ingrédient de base pour le thé indien: le sucre. Les grandes canne à sucre sont acheminées jusqu'aux usines le long de la route par camions mais aussi par charrettes à buffle pour les paysans moins privilégiés.
J'ai malheureusement raté la photo d'une longue file d'attende de charrettes remplies de cannes, attendant à l'entrée de l'usine pour vendre la récolte.

Puis à l'approche de Delhi par le nord est, on passe à travers des petits bidonvilles et surtout d'immenses quartiers auto-construits en briques, paysage urbain que je n'ai pas l'habitude de voir - le sud de la région de Delhi étant globalement bien plus riche, et plus planifié avec ses villes satellites comme Gurgaon, Noida ou ma charmante ville de Greater Noida.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Deux idées de week end un peu plus loin, mais pas tant que cela, Narnaul en Haryana et des belles tombes, Alwar avec palais decati mais joli et un musée intéressant, cenotaphe, beau plan d'eau avec ghats et une vieille ville dans son jus. Sympa et pas touristique, je me demande toujours pourquoi. L'un et l'autre à 3 h 30 de Delhi

Christine
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Après avoir laissé ses vaches vadrouiller la journée pour manger tout ce qu'elles trouvent parmi les tas d'ordures, le berger (en tout cas celui qui s'occupe d'elle, je ne sais pas si elles lui appartiennent) les rassemble, et effectue la traite, dans une baraque en brique ou à même la rue. On voit ensuite les commerçants et les habitants du quartier aller chercher leur approvisionnement avec des petits bidons métalliques dédiés.
En combinant recyclage des ordures, approvisionnements de très forte proximité et contenants réutilisables, cette industrie laitière est donc à la pointe en terme écologique !

BonjourVincent, Merci de nous faire participer une nouvelle fois à ta découverte de l'Inde.Je voulais juste ajouter que, d'après ce que j'ai compris, la vie de la vache malgré les apparences de liberté et de toute puissance (par exemple dans le trafic routier) n'est pas idyllique. En fait les vaches qui donnent du lait sont nourries et soignées matin et soir et ne mangent donc pas réellement n'importe quoi. Mais les vaches inutiles (vieilles, stériles, malades, moins productives, etc...), si on ne se permet pas de les tuer ou de les maltraiter ne sont pas nourries et meurent de faim, d'ingestion des déchets inassimilables qu'elles n'ont pas le choix de ne pas manger, ce qui explique qu'on en voit si souvent mortes le long des routes, le ventre gonflé par trop de sacs plastiques ou de morceaux d'argile, jusqu'à 25 kilos dans certains cas…Ce sont elles les éboueurs.J'attends avec impatience la suite des week-ends.
Amicalement
Christiane
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour,

J'ajoute a ces explications que les vaches que nous voyons dans les rues et appartiennent a quelqu'un ne sont qu'un aspect de l'industrie laitière. Ces vaches ont encore pas mal de liberté, plus en tout cas que les autres, celles qui se retrouvent dans les élevages industriels du même genre que ceux d'occident.
Les vaches sacrées existent encore, mais toutes les vaches indiennes ne le sont plus.
Dans les grands élevages, elles souffrent beaucoup, au point que des mouvements de défense animale font maintenant campagne pour elles.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
BONJOUR et un grand merci pour vos recits !
nous sommes un couple de 74 ans mais actifs :j organise chaque annee des raids en catamaran de sport type Hobbie cat dans un magnifique parc marin / ANG THONG en Thailande 60 kms a l ouest de KOH SAMUI ON PART UNE SEMAINE pas d hotels on couche sous tente...
ceci dit notre reve est de visiter le THAJ MAHAL.ON A PREVU une arrivee a DELHI vers le 27/28.12.2018. peux etre deux /TROIS nuits puis direction TAHJ MAHAL.
pourquoi pas avec un bus ou un train voir meme un taxi si c est pas trop cher quoique..
retour vers 06.01
on n aime pas trop la foule (ah ANGKOR et ses nuees de touristes!) mais on s attend a ne pas etre seuls pour visiter notre objectif!! mal necessaire!!
bien sur decouvrir la vie quotidienne, paysages monuments nous interresse
merci pour votre reponse
gerard
Image attachée:

Photo postée par Gerard Launay (membre Voileux).
Signaler Répondre
Bonjour Moushika,
Ah les vaches ! (je parle des quadrupèdes) : un poème en Inde, tout un symbole.
Sans doute le meilleur symbole pour représenter l'Inde, à vrai dire. Historiquement labellisé puisque Gandhiji faisait de ce ruminant la mère universelle, qui donne son lait etc..
L'Inde, telle Cervantes, caracole au sommet de son mouvement brownien, altière et nonchalante, la merde sur et sous elle et le XXIème siècle lui sortant du trou du cul, cette ère de plastique nauséabond qui pollue tout, pollution désormais universelle, qui ne l'épargne pas (l'Inde).
On observe parfois ces animaux avec un sac supermarché à moitié sorti du fondement et sans doute certaines en meurent elles, bien sur.
Personnellement, je ne gouterais même pas le lait de telles vaches. Quant à la viande, il faut la chercher à la petite cuiller.
Ce qu'on sait moins, c'est que la nuit, dans les grandes villes, des services viennent les ramasser et les emmènent au loin dans la campagne. Il y a aussi en Inde une industrie alimentaire à base de "vache" : on en mange. Souvent sans trop le savoir. De l'autre coté, on la laisse avancer en équilibre instable dans de nombreux lieux, sur les routes, où elles emmerdent tout le monde.
L'Inde avance... à la vitesse des vaches errantes. Comme l'éclair quoi. Incertain
Signaler Répondre
Bonjour,
A combien revient une telle semaine svp ?
Note : vous avez sans doute 74 ans à tous les deux ! et vous mettez du vent dans les voiles, c'est sur.
Signaler Répondre
750e
Poster un carnet/texte Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2 3
Carnets similaires sur l'Inde:
  Titre de la discussion Premier message Réponses Dernier message 
Quelques anecdotes de ma vie quotidienne, en Inde en général, et au Kerala en particulier
41 photos
Vous avez été nombreux à me dire que vous aimiez particulièrement quand j'introduisais dans mon récit des tranches de ma vie quotidienne. Je pensais bien écrire un nouveau récit de voyage, cependant je me suis fixé un autre but qui me prend beaucoup de temps. Mais...
Carnets de voyage > Inde
26 oct. 2017 à 13:50
de
Marien33
506 20 fév. 2018 à 0:46
de Sarina »
21 jours en Inde de Delhi à Varanasi
104 photos
Mardi, mon mari et moi, partons en Inde pour 21 jours, avec Air India. (1161€ pour 2) Après deux jours à Delhi, direction Mandawa, Bikaner, Jaisalmer, Jodhpur, Ranakpur et Kumbhalgarh, Udaipur, Chittorgarh et Bundi, Ranthambhore, Jaipur, Agra, Varanasi et retour...
Carnets de voyage > Inde
12 oct. 2013 à 15:53
de
72chris72
80 6 nov. 2013 à 17:15
de Corbeil »
En direct d'Inde - Acte I (Rajasthan & Delhi)
Ca y est me voila a Delhi... je vais faire bref pour profiter au maximum de tout ca... juste une impression: arrivee tardive hier soir, toutes ces vaches sur la route vu du taxi, et encore plus nombreux, les rickshaws wallahs qui dorment dans leur gagne pain.....
Carnets de voyage > Inde
22 août 2004 à 7:42
de
Phil64
89 1 déc. 2010 à 15:34
de Thevert7 »
Back to India, août 2010
Une photo
Amis voyageurs! Ceci est mon premier "Carnet de voyages" sur ce forum! Je vais essayer de transmettre un peu de ma passion pour ce pays, de donner des infos pratiques et précises, bref de partager une expérience avec vous! Merci d'avance pour votre indulgence si...
Carnets de voyage > Inde
25 sep. 2010 à 18:18
de
Nathindia
4 15 août 2011 à 18:40
de Fragglec »
La bande des quatre en pays Rajpoute (Inde)
4 photos
Prologue Ce carnet de voyage a comme simple prétention de vous conter notre périple de trois semaines au Rajasthan. Depuis plusieurs années nous avons pris le parti de faire découvrir à nos enfants quelques contrées proches ou éloignées à défaut de bronzer sur...
Carnets de voyage > Inde
15 août 2012 à 18:46
de
Martinval
4 16 jan. 2013 à 12:23
de Gwenn02 »
Plus de carnets similaires à «Un an de vie en Inde, récits d'excursions depuis New Delhi»
Heure du site: 12:43 (25/02/2018)
Tous les droits réservés © 2002-2018 VoyageRéseau Inc.
3 791 visiteurs en ligne depuis une heure!