Photographier dans les chemins de traverse en voyage (page 1 de 6)

Discussion démarrée par Douz le 5 mars 2017 à 19:06
113 réponses sur 6 pages  ·  15 participants  ·  6 917 affichages
Démarrer une discussion Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2 3 4 5 6
Douz

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour

En voyage, que celui qui n’a jamais pesté contre une horde de touristes vous pourrissant une séance photos me jette la première pierre. Vous aviez pourtant pris la précaution de vous lever aux aurores espérant être seul, ne serait-ce que quelques heures, sur ce site fréquenté chaque année par des millions de visiteurs. C’était perdu d’avance. Les adaptes du voyage collectif organisé ont eux aussi pris l’habitude de se lever tôt pour commettre leurs selfies sur le moindre mètre carré de la planète. C’est leur droit !

Le Taj Mahal, le Machu Pichu où les temples d’Angkor pour n’en citer que trois, sont d’excellents exemples du développement touristique de ces dernière années. Ceux qui ont trainé leurs chaussures de marche en ces lieux ne me contrediront pas. Et je ne parle pas des embouteillages de 4X4 dans les parcs nationaux africains ou du Sri-Lanka (voir photos ci-dessous). Là, on réalise combien cette activité économique est devenue une véritable industrie. C’est même la première source de revenus pour certains pays.

Sans se lancer dans une discussion -ce n’est pas le propos- sur les bénéfices tirés par les populations locales en comparaison à la fragilisation liée à la surfréquentation de ces joyaux de l’humanité, il faut bien dire que le photographe Amateur, lui, ne s’y retrouve plus. A moins de travailler sur le tourisme à travers le monde.

Devant ce constat, j’ai décidé d’organiser mes propres périples, comme je l’avais toujours fait. Mais cette fois, le plus loin possible des hauts lieux du tourisme mondial. Une quête effrénée d’authenticité ?

Au-delà du nombre croissant de touristes ou voyageurs dans le moindre recoin du monde, il faut bien admettre que même au prix de lourdes et onéreuses expéditions, la mondialisation est bien là. Impossible d’y échapper. Même dans l’Himalaya, notamment dans un petit village perdu que j’ai fréquenté ces trente dernières années, tout le monde à désormais son téléphone portable. Il y a dix ans avoir un petit poste de radio ici, était un luxe incroyable.

Il a donc fallu que je révise ma définition du mot authenticité. Car la modernité fait désormais partie du quotidien des lieux les plus reculés.

Une dimension que tout voyageur, photographe ou non, doit intégrer une bonne fois pour toute à travers l’omniprésence du T shirt, des jean’s et désormais des smartphones...

Le regard du photographe doit s’adapter à cette nouvelle réalité visuelle. Il faut définitivement abandonner l’idée de de trouver un tribu coupée du monde depuis la préhistoire. Au mieux, les soi-disant indigènes revêtiront leurs parures ou costumes traditionnels pour monnayer une photo. Eux aussi ont appris à vivre avec leur temps.

Je dois reconnaître que j’ai été un temps déboussolé par ces mutations du monde. Je ne retrouvais plus, et ne me retrouvais plus dans cette mondialisation que l’on dit bénéfique pour tous.
Bref tout me semblait devenu fade. Je n’avais plus le goût de faire des photos.

Et puis je me suis souvenu que, souvent, mes meilleures photos avaient été prises dans les chemins de traverse.
En voyage, il y a longtemps que je ne fréquente que très rarement les sites classés au Patrimoine mondial de l’humanité. Sans me l’interdire pour autant, il ne faut pas mourir idiot.

Mais là, je sais -sauf coup de chance extraordinaire- que ce n’est pas ici que je ferai les images que j’affectionne. Je choisis plutôt les petites villes, à fortiori les villages repérés sur une carte routière que les guides ne mentionnent pas. Au petit bonheur la chance.

Là, avec les oubliés de la croissance, vous êtes accueillis sans arrière pensée par la population locale. Souvent, ce sont eux qui vous demandent de les prendre en photo.

Je ne parle pas de l’Inde où cette demande est systématique. Non, je parle de petites villes côtières de Thaïlande par exemple, uniquement fréquentées le week-end par les touristes venus de Bangkok. Même chose au Sri-Lanka ou en Indonésie, destinations pourtant sacrifiées aujourd’hui sur l’autel du tourisme, où j’ai pourtant -en faisant un pas de côté- trouvé des coins oubliés des circuits obligés.

Et que dire de Madagascar où le moindre hameau sur le bord d’une route m’a permis de faire de merveilleuses rencontres. Et pour cause, ici, personne ne s’arrête, il n’y a rien à y faire. Au mieux on achète un paquet de gâteaux, une bouteille d’eau et on reprend la route. C’est là que j’ai réalisé mes meilleurs clichés sur la vie quotidienne Malgache en m’y attardant une journée entière. C'est un belle lumière qui m'a incité à faire une halte prolongée pour photographier les arbres fruitiers en fleurs sur fond de maisons colorées. Les rencontres ont suivies dans la gargote locale

Mais voyager sans but précis hormis la rencontre et la photo, n’est pas pour autant la condition sine qua non pour faire de bonnes photos.Malgré ce que je viens d’écrire plus haut et au risque d'avoir l'air de me contredire, les lieux fréquentés par le tourisme de masse peuvent être l'occasion de bonnes images. Mais ils faut s’écarter du site convoité par les voyageurs. Le photographe aura toujours de bonnes surprises en fouinant dans les arrières cours.

Trois exemples parmi des dizaines que me reviennent en mémoire :
Le Marché aux zébus d’Ambalavao à Madagascar. Il se tient deux fois par semaine. Les touristes arrivent en pleine nuit à l’hôtel et se rendent tôt le matin, avec leur guide, sur le marché aux bovins.
Ils repartent en début d’après-midi vers d’autres aventures. C’est le rituel.

Moi, je suis arrivé vingt-quatre heures avant pour repérer les lieux. Finalement j’y suis resté quatre jours. J’ai pu ainsi découvrir la quiétude de ce petit village et d’autres marchés uniquement fréquentés par la population locale. Et là, c’est moi qui suis devenu l’attraction du moment. L’occasion de sympathiques rencontres et d’amicales séances photos. quand je suis reparti, toute le monde m'appelait par mon prénom.

Au Sri-Lanka, Négombo ville balnéaire située à une quinzaine de kilomètres de l’aéroport international de Colombo. Les touristes préfèrent cette ville côtière à la capitale pour arriver et repartir du pays. Et ils ont bien raison. Là, tous les matins des dizaines de bateaux à voile unique reviennent de la pêche. Et tous les matins à même le sable, sur six à huit-cents mètres linéaires de plage, les familles des pêcheurs s’activent pour réceptionner, saler, conditionner et expédier poissons et calamars.

Une visite obligée pour les touristes de passage. Le car arrive. Cinquante touristes en descendent. Quelques photos et on repart. Il faut dire que l’odeur de poisson mort qui règne ici, n’incite guère à la flânerie pour les nez sensibles.

Moi, j’y suis revenu trois jours de suite en y passant toutes mes matinées. Et dès le deuxième jours, j’étais invité chez les pêcheurs.

Ultime exemple, en décembre dernier à Agra. On ne présente plus cette ville indienne. Mon troisième séjours dans ce haut lieux du tourisme indien. Ce n’était qu’une étape sur mon retour vers New-Delhi. Je ne devais y passer qu’une nuit et reprendre le train tôt le matin. Comme j’étais arrivé en milieu d’après-midi et que je n’avais pas l’intention de visiter une fois de plus le Taj Mahal, je me suis volontairement perdu dans les quartiers qui jouxtent le Mausolée. Et là, à moins de cent mètres du monument, je me suis retrouvé de façon inattendues dans de véritables quartiers-villages. Les cochons se baladaient librement dans les rues pour assurer le nettoyage de la voirie. Un monde insoupçonné que les touristes venus visiter le Taj ne verront probablement jamais. Moi-même ces quartiers m’avaient échappés lors de mes précédents passages.
Résultat, sacrifiant le shopping prévu à Delhi, j’y suis resté deux jours supplémentaires pour arpenter ces lieux en attendant une belle lumière qui n’est jamais venue. Ce qui ne m’a pas empêché de réaliser quelques unes de mes meilleures images de ce bref périple indien d’une quinzaine de jours. Je pense y retourner un de ces jours pour y trouver une lumière plus propice à la photographie.

Pour résumer, lorsque la photo est le vecteur du voyage -comme je tente de le faire en immortalisant des instants de la vie quotidienne des pays visités-, il faut savoir s’affranchir des circuits imposés et se risquer à faire ces fameux pas de côté.

Je reconnais que le voyage sans mes boîtiers n’est pas concevable. C’est mon fil rouge. Mais cette approche photographique est pour moi un véritable vecteur de rencontres, comme d’autres découvrent un pays à travers sa gastronomie ou son architecture. Le numérique -je l’ai déjà écrit sur ce forum- à singulièrement facilité ma démarche, grâce au monitor de contrôle qui permet de montrer le résultat aux personnes photographiées. Même si je n’aime pas le terme d’échange, trop galvaudé ; c’est bien de cela dont il s’agit.

Comme la fonction “ajouter une légende” ne fonctionne pas sur mon ordinateur, je précise que les photos ci-dessous ont été prises au Sri Lanka.
Les deux premières au Lion Rock à Sigiriya. Les deux autres dans la petite réserve d’éléphants de Minneriya.
Images attachées:

Photo postée par Jean-Luc Drouin (membre Douz).
Photo postée par Jean-Luc Drouin (membre Douz).
Photo postée par Jean-Luc Drouin (membre Douz).
Photo postée par Jean-Luc Drouin (membre Douz).
Publicité invisible aux membres VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Jean-Luc,

Je suis d'accord avec la quasi-totalité de ce que tu as écrit. Moi, aussi, les débiles avec leurs perches à selfie m'énervent, de même que ceux qui pensent qu'un monument ou un paysage sera amélioré par leur présence au premier plan. Pour ne rien dire de ceux qui vont et viennent paisiblement dans ton cadre pendant de longues minutes... Comment peuvent-ils ne pas voir/comprendre que tu attends qu'ils dégagent pour faire ta photo? Sont-ils tellement auto-centrés qu'ils n'ont pas la moindre conscience de ce qui les entoure? Ou choisissent-ils délibérément d'ignorer les autres, jusqu'à ce qu'à bout d'agacement, on vienne directement leur demander de bien vouloir avoir l'infinie bonté de pousser leurs popotins de devant notre objectif?

Moi, je fais toujours attention, et je ne prends pas une seconde de plus que je n'en ai strictement besoin, car j'imagine bien qu'il y en a d'autres qui, eux aussi, attendent pour faire leur photo en paix...

Heureusement, il y a des trucs techniques qui permettent de “virer” les touristes indélicats.

D'abord, si, si, se lever tôt marche encore —parfois. Par exemple, en plein mois d'août 2014, en entrant sur le site d'Éphèse parmi les tous premiers, puis en marchant vivement à contre-sens (c'était ça, l'astuce) du circuit habituel, j'ai pu arriver devant la somptueuse façade dite de la bibliothèque de Celsus en étant quasiment tout seul pendant presque 20 minutes... J'admets que quelques nuisibles se sont incrustés sous les voûtes vers la fin, il m'a fallu jouer du tampon et du "content aware" dans Photoshop pour m'en débarrasser.. Tiens, d'ailleurs, en passant et pour rappel d'une autre discussion en cours sur VF en ce moment, ces photos ont été faites avec un X Pro 1...


À part "se lever tôt", il y a aussi la technique des expositions multiples à combiner ensuite dans Photoshop pour faire disparaître les importuns, mais bien sûr, il faut un trépied, ce qui n'est pas toujours autorisé sur les grands sites très fréquentés (et c'est compréhensible, on risque déjà de se faire éborgner par les perches à selfie, autant d'éviter de se casser la figure en trébuchant sur une jambe de trépied).

Donc, sans même entrer dans le débat (subjectif, et donc affaire de goût personnel et matière à discussions ad nauseam) de ce qui est authentique ou pas, j'approuve tout-à-fait l'approche “chemins de traverse”, que j'aime pratiquer et dont je bénéficie souvent des bienfaits. Pour continuer avec l'exemple turc, nous sommes tombés ce même été, par le plus grand des hasards, sur le site antique de Laodikeia, qui n'était signalé sur aucun guide majeur, et sur lequel, en plein après-midi d'août, nous avons absolument et magnifiquement seuls... Un souvenir inoubliable, dont témoignent les quelques images ci-dessous:

Mathews

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
bonsoir,

pour ce qui est d'éviter les "hordes de touristes" en prenant des chemins de traverse n'est-ce pas cependant un peu un signe de snobisme voire d'égoïsme ?

Même dans l’Himalaya, notamment dans un petit village perdu que j’ai fréquenté ces trente dernières années, tout le monde à désormais son téléphone portable. Il y a dix ans avoir un petit poste de radio ici, était un luxe incroyable.

j'ai constaté exactement la même chose en retournant à Bario au centre de Bornéo ; avant ce n'était accessible que par avion et maintenant il y a une route tracée dans la forêt

Résultat, sacrifiant le shopping prévu à Delhi, j’y suis resté deux jours supplémentaires pour arpenter ces lieux en attendant une belle lumière qui n’est jamais venue.

ça c'est le piège des Tropiques... (attention grosse discussion à venir Clin d'oeil)

les Tropiques sont un mauvais endroit pour prendre des photos avec une bonne lumière car soit les contrastes sont trop marqués soit c'est la pleine lumière; contrairement à nos latitudes tempérées où la lumière du jour permet une multitude de niveaux de gris et de couleurs.
Ensuite reste le coucher ou le lever du soleil mais au niveau des Tropiques l'amplitude est trop faible et la périodicité trop courte.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Pour ce qui est d'éviter les "hordes de touristes" en prenant des chemins de traverse n'est-ce pas cependant un peu un signe de snobisme voire d'égoïsme ?

Je laisse Douz répondre mais de mon point de vue, non, cela n'a rien à voir. Et quand ce serait, je préférerais mille fois cela plutôt que de se résigner à s'entasser avec le vulgum pecus, juste histoire de voyager égalitaire. Je ne suis pas pour l'égalitarisme. Je suis pour l'élitisme et je l'assume pleinement.

j'ai constaté exactement la même chose en retournant à Bario au centre de Bornéo ; avant ce n'était accessible que par avion et maintenant il y a une route tracée dans la forêt

“En y retournant”? Ce qui signifie que, toi, tu y étais déjà allé... en avion, donc... Devrait-on voir là... comment disais-tu, déjà? “un signe de snobisme, voire d'égoïsme”? Angélique

les Tropiques sont un mauvais endroit pour prendre des photos avec une bonne lumière car soit les contrastes sont trop marqués soit c'est la pleine lumière; contrairement à nos latitudes tempérées où la lumière du jour permet une multitude de niveaux de gris et de couleurs.
Ensuite reste le coucher ou le lever du soleil mais au niveau des Tropiques l'amplitude est trop faible et la périodicité trop courte.

Eh bien, je vais devoir une nouvelle fois ne pas être d'accord: les tropiques sont un merveilleux endroit où faire des photos en bénéficiant d'une lumière magnifique... Non seulement il y a les aubes et les crépuscules, et là, même s'ils sont plus brefs que sous nos latitudes, il appartient aux photographes d'être préparés pour saisir ces moments uniques... mais de plus, il y a aussi des lumières grandioses le matin, puis en fin d'après-midi. En définitive, à part quelques heures aux alentours du déjeuner, puis à l'heure de la sieste (ça tombe bien), il n'y a pas grand-chose à jeter sous les tropiques, où nous sont offertes des lumières tellement plus dynamiques et vitaminées que ce que nous avons chez nous!
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
que celui qui n’a jamais pesté contre une horde de touristes vous pourrissant une séance photos me jette la première pierre

Je ne peste plus en voyage, je suis devenu "philosophe" avec le temps, face aux misères du monde !
(concernant ce que je constate au quotidien en photo, je devrais plutôt dire "fataliste" !Incertain)

Mon seul principe pour faire de la bonne photo en voyage :
"Un monument ou un paysage, ça s'observe et ça se visite, une pizza ça se mange, et une photo... ça se construit !"

Donc, lorsque le site est envahi de casquettes Ricard, de T-Shirts Nike ou de perches à selfies, je garde sagement le matériel au chaud dans le sac, en attendant de vraies opportunités de bonne photographie, qui viendront tôt ou tard, si on sait bien observer son environnement !...

Dans le doute, abstiens toi !

Pour les monuments ou sites dans des lieux très fréquentés (et même si ce n'est pas mon style de photos préféré, et que je suis assez médiocre dans ce domaine Incertain), j'applique néanmoins quelques petites astuces simples :

1 / Se lever tôt (ça marche encore, comme le signale Blue 439, à condition de faire une croix sur le petit déjeuner, si on veut avoir encore sa chance)

Exemple : Venise en matinée


2 / Travailler en pose longue au filtre ND (plus technique et nécessite un bon trépied très stable)

Exemple : Pise avec une pose de 30 secondes en une seule prise et sans post-traitement...
Il y avait pourtant foule sur l'esplanade malgré l'heure tardive (21h20) !


3 / Privilégier les détails architecturaux et la contre plongée, qui élimine toutes les têtes parasites
(Exemple : Pise encore)


4 / Fuir le troupeau et l'utiliser astucieusement pour en faire un motif graphique
(Ex / Florence... Foule contemplant le coucher de soleil / Pont sur l'Arno)

Douz

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Mathews

Je ne pense pas faire preuve de snobisme en ne voulant pas m'associer à des gens qui ne fonctionnent pas comme moi. J'apprécie les individus, mais pas la foule. Avec le temps je deviens même agoraphobe. Chez moi, c'est plus un choix qu'une réelle pathologie.
Quand je pars au bout du monde ce n'est pas pour me retrouver dans le métro aux heures de pointeMalin
Je ne vois pas pourquoi je devrais m'imposer un voyage organisé pour démontrer que je ne suis pas snob, ni égoïste. Même si c'est vrai qu'avec le temps j'ai tendance à cultiver une certaine différence et pour affirmer ma personnalité. Ce n'est pas un crime je pense ?!Gêné
Je ne suis pas non plus élitiste, mais je mets toujours la barre très haut. C'est la seule façon de progresser.

Sinon, pour le tourisme de masse, je pense sincèrement qu'il dénature tout sur son passage. La nature et les mentalités pour faire simple. Il n'y a aucun élitisme dans mon propos, mais un simple et triste constat.

Quant à la lumière "sous les tropiques" ou ailleurs, c'est la même chose. Il y a des heures où elle est photogénique. A d'autres moments de la journée, il faut s'abstenir.
En Inde par exemple, pays aux lumières réputées difficiles, je photographie très tôt le matin et en fin de journée. L'amplitude horaire peut varier si on se trouve en bord de mer par exemple où l'eau fait office de diffuseur. De toute façon, les belles lumières appartiennent à ceux qui se lèvent tôt.
Douz

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
On est d'accord ! Le petit déj on peut toujours le prendre plus tard... Mais il y a des lieux où même en se privant de viennoiseries et de café noir, des groupes de touristes auront fait le même choix.
Pour les photos au pied et la pause longue, ça fait des images sympas, je l'admets, mais c'est ça ne correspond pas mon regard. J'ai vite abandonné.
Je reste attaché à la dimension humaine sur mes photos.... Mais pas à la foule vous l'aurez compris. Sauf si je suis dans une manif.

Tout peut être sujet à photographie. L'important est de se sentir inspiré. Et on ne peut pas être inspiré par tout. Personnellement, je reste assez distant vis à vis de la photo d'architecture. Ce qui ne m'empêche pas d'apprécier les photos des autres quand elles sont de qualité. Tout est une question d'univers dans lequel on aime -ou pas- évoluer.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Tout peut être sujet à photographie. L'important est de se sentir inspiré. Et on ne peut pas être inspiré par tout. Personnellement, je reste assez distant vis à vis de la photo d'architecture

100% d'accord avec toi, et j'éprouve aussi assez peu de plaisir à photographier des monuments ou des paysages en voyage (sachant qu'on trouve déjà des milliers de photos identiques sur Google ou dans des livres, si on veut à tout prix se rappeler le souvenir desdits sites six mois après !)
Je ne dis pas que c'est inutile, mais une ou deux photos souvenir sans prétention d'être bonnes, donc tant pis pour les touristes qui y apparaissent, et qu'on ne montrera pas forcément à tous, donc pas publiées sur le Net, suffit en général à mon bonheur... Ce que j'appelle les photos "intimes" de mon voyage...

Ma réponse était exclusivement orientée sur ce type de photos "carte postale" (ce n'est pas péjoratif quand c'est bien construit), et généralement prises au grand angle.
Lorsqu'on veut vraiment les soigner pour produire de la vraie bonne photo, il faut en éliminer impérativement toute "pollution visuelle"...

En revanche, pour le portrait ou la photo de rues, tenter d'isoler un personnage local intéressant, au milieu d'une foule bigarrée de touristes indisciplinée est un autre exercice beaucoup plus délicat !

Dans ce cas, il faut, comme tu l'as écrit plus haut, sortir un peu des sentiers battus et des sites les plus connus, et surtout travailler avec une focale suffisamment courte pour garder le contact avec le modèle mais suffisamment longue pour pouvoir flouter l'arrière plan à grande ouverture

J'aime bien le 85/1.4 pour ça !

Malgré cela ce n'est pas toujours gagné car on a parfois des "parasites" qui passent dans le champ au moment du déclenchement, mais le tri ultérieur des photos, sans concession, est fait pour ça !

P.S. Dans des environnements très chaotiques (foule, marchés) il m'arrive même de viser avec l'œil droit (comme d'habitude, c'est mon œil directeur) mais de garder l'œil gauche ouvert pour surveiller en continu les mouvements autour du cadre.. C'est peu académique (on ne trouve jamais ça dans les ouvrages photo !) et c'est un exercice mental parfois délicat car il faut faire clignoter l'œil gauche pour ne pas perdre sa concentration sur la composition d'image, mais avec un peu d'expérience, on y arrive assez bien...
Attila

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Pour visiter des endroits sans autres touristes que soi même, il suffit de prendre un guide de voyage ou un catalogue de TO et de n'aller dans aucun des endroits y figurant...

Ceci ne fonctionne pas pour l'Inde, l ' autochtone, très nombreux, adorant désormais voyager dans son propre pays.
Où va t on ?

Sinon, pour les photographes friands de portraitiser les derniers représentants d'un monde révolu, il me semble que le rendez vous à ne pas louper avait lieu hier au Trocadero...

(Je ne sais pas où tu es allé chercher tes foules dans les parcs et pays africains mais, hormis certains lieux précis du Kruger, pas là où je vais.)
Attila

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Visiter Ephese en août, c'est vraiment chercher l'allemand, le nordique ou le français en maillot de bain...

En plein mois de décembre, un jour pluvieux, on doit être peinard, non ? Rire
Douz

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Les deux yeux grands ouverts ! c'est vrai, maintenant que tu l'écris, ce n'est pas dans les bouquins. En tout cas je ne me souviens pas avoir lu quelque chose là dessus.
Pourtant c'est ce que je fais avec mon réflexe. En réalité je cligne de l'oeil gauche (non directeur), sinon je ne peux pas me concentrer pleinement sur mon cadre.
Une technique qui m'est venue il y a longtemps avec mon Leica M3, puis mon pote le M6. La visée télémétrique a cet avantage de présenter 120 % (je crois) du cadre. On peut donc voir dans le viseur si un sujet parasite va arriver ou s'il sera un élément pouvant entrer et renforcer dans la composition de l'image.
Donc à l'époque j'ai pris l'habitude de viser avec les deux yeux. Mais c'est vrai que ça demande une certaine habitude et qu'au début on a tendance à loucher rapidement et foirer ses photos. C'est comme un muscle, ça s'entraine.

Sinon, sur l'autre sujet que tu développes, personnellement je n'ai pas le complexe de la carte postale. Mais en générale, ces photos sont mes images intimes pour reprendre ton expression. Il m'est cependant arrivé d'en déposer en agences que j'ai retrouvées sur les calendriers de La Poste. La consécration Gêné

Pour un portrait dans une foule bigarrée, c'est un exercice que j'affectionne particulièrement. Là, je m'empare de mon 80/200 mm, priorité à l'ouverture (2,8-4) -à 4 on a intérêt à travailler au 200 mm - et souvent ce qui pouvait apparaitre comme une pollution visuelle (la foule à l'arrière plan) devient un magnifique flou coloré, mettant le portrait en valeur.

PS : iI m'arrive aussi de faire quelques photos de monuments ou d'architecture... Malheureusement -sauf si j'ai un sujet humain qui devient l'objet principal de ma photo- c'est toujours à c... ! Et ça se termine toujours par un effacement agacé. Quand on n'est pas inspiré...
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Les deux yeux grands ouverts ! c'est vrai, maintenant que tu l'écris, ce n'est pas dans les bouquins. En tout cas je ne me souviens pas avoir lu quelque chose là dessus.
Pourtant c'est ce que je fais avec mon réflexe

P... ! Je pensais avoir inventé le "concept" lors d'une séance de prise de vues aux 24 Heures du Mans, où je déclenchais toujours au moment où la voiture, qui venait de la gauche, apparaissait dans mon œil gauche, car je savais que le temps de réaction d'un petit dixième de seconde de mon cerveau et de mon index me permettrait d'avoir la voiture plein cadre sans motorisation !
Et ça fonctionnait plutôt bien !
Même technique pour ce type de photo (prise à Vienne / Autriche) où le déclenchement "instinctif" est bien plus efficace que toutes les motorisations :


Très déçu de ne pas en avoir eu l'idée le premier !...
Encore un truc que je ne vais pas pouvoir breveter et que je ne laisserai pas à la postérité !
Il va falloir que je me mette au travail dès demain pour inventer autre chose de plus intelligent ! Tire la langue
Douz

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Tu déposes le brevet à ton nom et on fait 50/50 Clin d'oeil

L'histoire de la création et de l'invention n'est qu'une succession de plagiatsRire
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Je n'ai jamais eu l'ambition de passer à la postérité et j'espère bien que mes photos ne me survivront pas, donc pas d'inquiétude ! Rire
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
on a intérêt à travailler au 200 mm - et souvent ce qui pouvait apparaitre comme une pollution visuelle (la foule à l'arrière plan) devient un magnifique flou coloré, mettant le portrait en valeur

Je rebondis sur cette remarque (que je trouve un peu étrange de ta part, au vu de tes bonnes prestations au Fuji X Pro) car je n'aime plus trop le 200 mm pour les portraits en voyage
D'abord parce qu'il faut avoir la main ferme pour ne pas faire de flou de bougé sans trépied, surtout en faible lumière...
Ensuite, parce qu'on perd très vite le contact avec la personne photographiée quand on use (et abuse) des longues focales...
Plus je vieillis, et plus j'essaie de communiquer avec mes "cibles" avant de les photographier...
Communiquer ne veut pas dire passer une journée avec les modèles photographiés pour qu'ils finissent par oublier que vous les photographiez (ce qui serait probablement l'idéal, mais le tourisme "rapide" ne le permet hélas que trop rarement) mais au moins échanger deux ou trois regards, un sourire, ou deux ou trois paroles rassurantes, qui vont permettre de mettre en confiance le modèle, afin qu'il ne ressente pas l'objectif comme une agression à sa vie privée...
Au-delà de 105 mm, c'est toujours assez difficile à faire !
35-105 reste pour moi la meilleure fourchette de focale pour le reportage avec réelle immersion du photographe dans son sujet...
Douz

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Ah, je m'attendais à cette remarque Clin d'oeil
En fait c'est vrai que je suis plus un adepte du grand angle que du télé. 90 % de mes photos sont prises avec une focale avec mon 24/70 mm f : 2,8 pour mon Nikon et mon 18/55 mm f : 2,8-4 chez Fuji.
Mais quand j'utilise le télé c'est pour tasser les perspectives en essayant d'avoir une plage de netteté importante (F 11 ou 16). Je ne dis pas que je l'utilise comme un grand angle mais presque.
Je vais essayer de reproduire un tirage fait en Roumanie pour illustrer mon propos.

En revanche pour du portrait serré, avec une grande ouverture (2,8) je cherche à faire disparaitre le fond. Quasiment impossible avec les zooms de courtes focales évoqués plus haut.

Mais je suis toujours à la distance relativement courte du sujet : 1 mètre environ. On est encore loin de la technique animalière. Bon, je ne suis pas toujours au 200 mm. Je travaille beaucoup plus avec le 80 mm. Et dans 99% des cas j'ai l'accord de la personne. L'usage du télé est un outil parmi d'autres pour traduire ce que j'ai en tête. Et malgré son usage, je ne perds jamais le contact avec les personnes photographiées.

En revanche comme je ne fais jamais de photos au télé dans la pénombre, je n'ai pas de problème de tenue en main. J'ai abandonné le D 800 pour ça notamment. Il fallait être au minimum au 250 è pour ne pas risquer le flou. Ca limite son usage. Avec le D 750 je parviens à conserver la netteté au 60è/s. Il faut dire qu'un réflex me change de ma caméra Bétacam de 12 kilos.

Et puis, je n'ai jamais confondu un mon 80/200 avec un télescopeRire
Signaler Répondre
Bonjour,
Je suis passionnée de voyages et de photo moi aussi et je fréquente notamment l'Asie du sud Est depuis 25 ans. A l'automne 2016, j'ai eu l'agréable surprise de rencontrer dans les somptueux paysages du Nord Vietnam, une ethnie dont les femmes portaient encore des vêtements entièrement faits main: coton filé, tissé, teinté à l'indigo et brodé. C'était au bout d'une route interminable mais belle, qui avait dû être bitumée récemment, Une guesthouse était en construction...les motos et smartphones seront bientôt là et les Chinois, qui sont tout près (et tout prêts aussi!) leur feront des copies de leurs costumes en polyester avec fausses broderies imprimées...


comme pour les Hmongs et autres ethnies habillés maintenant par les usines chinoises.


Même si les costumes ne sont plus ce qu'ils étaient, la vie quotidienne dans les montagnes du nord Vietnam, et les paysages grandioses ont encore de quoi inspirer quelques photos...même avec un temps anormalement pluvieux


En Thaïlande aussi au début de cette année, j'ai retrouvé "le pays du sourire" dans le Nord Est, dans les campagnes et sur les plages fréquentées par les Thaïs.
Et même à Chiang Mai ou à Bangkok, on peut arriver à faire des photos sans touristes si on a de la patience...même si je n'ai pas votre niveau.
Le forum permet justement de trouver des infos sur ces chemins de traverse qui correspondent à nos attentes. Essayons d'être optimistes!
Mathews

Signaler Répondre
“En y retournant”? Ce qui signifie que, toi, tu y étais déjà allé... en avion, donc... Devrait-on voir là... comment disais-tu, déjà? “un signe de snobisme, voire d'égoïsme”? Angélique

oui je sais bien mais je vais pas aller en Malaisie à la voile ou en train que je sache.
Signaler Répondre
Si tu privilégies le 200 mm exclusivement pour sa plus faible profondeur de champ et pas pour mettre de la distance avec le sujet, tu es pardonné ! Sourire

Autour de moi, tous ceux qui ont investi dans le 80-200 Nikon n'en disent que du bien (optiquement parlant car, côté poids et discrétion, c'est plus discutable)

Reste que les longues focales ne sont pas trop ma tasse de thé mais, comme tu le dis très justement plus haut, en vieillissant on cultive sa différence et sa personnalité à la fois voyageuse et photographique... et c'est tant mieux, car un monde uniforme "facebooké" serait trop triste ! Clin d'oeil

Quoique tu sembles en penser, un 85/1.4 produit d'excellents flous de profondeur de champ, sans défauts optiques majeurs à partir de 1.8...
Mathews

Signaler Répondre
Je ne vois pas pourquoi je devrais m'imposer un voyage organisé pour démontrer que je ne suis pas snob, ni égoïste..

bonjour Douz, je comprends bien mais après tout chacun ici de ce forum est un touriste comme les autres non ?
Je crois que c'est Sartre qui affirmait qu'il n'y a pas de sentiment plus commun que de vouloir être différent.

Sinon j'apprécie énormément les très belles photos notamment celles de mr Christian G
Démarrer une discussion Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2 3 4 5 6
Publicité invisible aux membres VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Nos annonceurs
Voici leurs offres...

Ajouter mon annonce
Circuit photos au Laos
Asie-online.com
Améliorez votre pratique de la photo au cours d'un voyage surprenant.
Voyager mieux, moins cher
Travelcoach.fr
Votre voyage préparé par un coach, 20% à 30% moins cher qu'une agence
Séjour humanitaire
Ventdest.org
Venez vivre la superbe aventure d'un chantier solidaire en Moldavie
Circuits Découverte Adeo
Adeo-voyages.com
Découvrez le monde autrement et à petit prix avec Adeo
?
Discussions similaires:
  Titre de la discussion Premier message Réponses Dernier message 
Télécharger des photos en chemin
Je pars 5 mois en voyage et j'emporte mon appareil numérique. je compte acheter des cartes sur place, mais combien faut il que j'en prévois? sinon est ce que je peux prévoir de télécharger mes photos dans les cyber café au fur et à mesure? merci d'avance...
Photographie et vidéo en voyage
25 jui. 2006 à 17:53
de
Zabou14
12 1 août 2006 à 9:43
de Viclautrip »
Vidéo du chemin de Compostelle
Hola a todos, Nous avons parcouru le Chemin de Compostelle à VTT voici un an, et nous avons réalisé une vidéo présentant autant les moments difficiles que les joies du parcours. La voici donc : www.youtube.com/... Si vous avez des conseils, nous sommes toujours...
Photographie et vidéo en voyage > Espagne
25 juin 2016 à 12:09
de
DiabloRubio
6 29 jui. 2016 à 16:08
de Mimi48 »
Madagascar: paysages traversés sur la route nationale 7 (vidéo)
Un petit apercu des paysages traversés par la nationale 7... tuléar -fiana, un voyage de 10 heures, 500 km, 5 euros... usant mais "grandiose"...
Photographie et vidéo en voyage > Madagascar
3 oct. 2009 à 18:55
de
Guevarrec56
12 13 oct. 2009 à 16:53
de Tamerlan95 »
Photos en couleurs ou photos en noir et blanc
Voilà je vois trop souvent sur certains blogs ou sites personnels de photos (pas trop sur Vf) des photos couleurs qui seraient plus jolies en noir et blancs et des photos en noir et blanc plus jolies en couleurs Maintenant on peut modifier facilement nos photos...
Photographie et vidéo en voyage
1 oct. 2009 à 12:15
de
Lahaut
7 4 oct. 2009 à 11:23
de Stef2Mars »
Où se trouve cette photo?
J'ai vu sur un site une personne dire que cet endroit se trouvait au Maroc, quelqu'un sait il où c'est ? Je doute, ça ressemble plutôt à un paysage beaucoup plus saharien (Hoggar ?) que marocain... A votre avis ?
Photographie et vidéo en voyage > Afrique du Nord
20 août 2016 à 22:19
de
Voyageur2500
6 21 août 2016 à 10:33
de Elhine »
Plus de discussions similaires à «Photographier dans les chemins de traverse en voyage»
À découvrir aussi sur VoyageForum:
Photo postée par le membre Blue439.
Photo postée par le membre Blue439.
Photo postée par le membre Blue439.
Photo postée par le membre Blue439.
Photo postée par le membre Christiang.
Photo postée par le membre Christiang.
Photo postée par le membre Christiang.
Photo postée par le membre Christiang.
Photo postée par le membre Christiang.
Photo postée par le membre Gaura.
Photo postée par le membre Gaura.
Photo postée par le membre Gaura.
Photo postée par le membre Gaura.
Photo postée par le membre Gaura.
Photo postée par le membre Gaura.
Photo postée par le membre Gaura.
Photo postée par le membre Gaura.
Heure du site: 9:41 (20/09/2017)
Tous les droits réservés © 2002-2017 VoyageRéseau Inc.
Devenir membre de VF !
Me connecter
2 879 visiteurs en ligne depuis une heure!
Circuit photos au Laos
Asie-online.com
Améliorez votre pratique de la photo au cours d'un voyage surprenant.
Voyager mieux, moins cher
Travelcoach.fr
Votre voyage préparé par un coach, 20% à 30% moins cher qu'une agence
Séjour humanitaire
Ventdest.org
Venez vivre la superbe aventure d'un chantier solidaire en Moldavie
Circuits Découverte Adeo
Adeo-voyages.com
Découvrez le monde autrement et à petit prix avec Adeo
Plus d'annonces »