Voyager, ce n'est pas (forcément) backpacker (page 1 de 13)

Discussion démarrée par Nicano le 31 janvier 2018 à 15:30
244 réponses sur 13 pages  ·  45 participants  ·  12 242 affichages
Démarrer une réflexion Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ... 13
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Salut salut,

Fort d'un nouveau voyage dans les Canaries (Fuerteventura pour être exact), je prolonge ici une discussion que j'avais entamé sur ce même forum et cette même rubrique il y a maintenant quelque chose comme 3 ans.

A ce moment-la, je venais d'essayer de voyager pour la première fois, a 22 ans, avec un Pass Interrail, sac sur le dos, sans avoir rien prévu ou presque, avec pour premiere destination Milan. J'étais revenu plus ou moins la queue entre les jambes. J'avais alors posté un message sur ce forum disant que je m'étais trompé sur l'idée de voyage, que peut-être je n'étais pas fait pour ca. Et a ce moment, nombreuses ont été les réponses productives et intelligentes sur le fait que l'idée de voyage, ca ne veut rien dire. Que je n'étais pas nécessairement forcé de faire comme les backpackers les plus célèbres que l'on trouve sur le net, sac sur le dos, a passer d'hostel en hostel toutes les semaines et qui s'en accommodent trés bien.

Trois ans plus tard, grâce à mon travail et ma volonté personnelle de voyager, j'ai pu bouger plusieurs fois et pris l'habitude de voyager. Et fort de ma superficielle mais néanmoins importante expérience acquise sur ces derniéres année, je pense qu'il est nécessaire pour moi de faire le point sur cette discussion pour que peut-être, d'autres personnes dans le meme cas que moi il y a trois ans puissent se reconnaitre et, je l'espère, etre rassuré par ce que j'ai vécu.

Et donc, je le confirme aujourd'hui, voyager, c'est un concept multiple. Il n'existe pas de bonne ou de mauvaise façon de voyager. Lors de mes premiers voyages, j'ai tenu a m'enfermer dans le carcan baroudeur et globe-trotteur quitte a ce que cela me frustre. Mais je pense qu'il nécessaire de dire le plus possible qu'il n'y a aucune honte a ne pas opter pour ce profil.
Oui, un vrai voyageur peut detester les auberges de jeunesse.
Oui, un vrai voyageur n'est pas forcement un mec qui n'aura aucun mal a parcourir le monde seul s'il en a envie.
Non, un vrai voyageur n'est pas forcement quelqu'un qui va etre le meilleur pour trouver les bons plans a petits prix et optimiser ses dépenses.

Un vrai voyageur, c'est juste quelqu'un qui aime vivre et voir de nouvelles choses. Et ca s'arrête la. Il m'a fallu du temps et des voyages aux profils bien différents our me rendre compte, et chaque nouvelle destination apporte son lot d'apprentissage.

Et comme vous pouvez vous en douter, je correspond a la petite liste au dessus. Je préfère voyager avec quelqu'un, meme si voyager seul n'est pas non plus un vrai probleme. En revanche, voyager seul en auberge de jeunesse, c'est quelque chose que je supporte pas. Je ne supporte pas non plus economiser et prendre trois bus pour faire en 6 heures quelque chose que j'aurais pu faire en 2 en louant ma voiture, ou simplement en voyageant avec la mienne. La frustration qui découle de mon envie de beaucoup voir mais d'être limité par les transports et leurs horaires et itinéraires est absolument énorme pour moi, alors que cela ne posera pas beaucoup de problèmes a d'autres.

En bref, j'espère par ce message aider des voyagers relativement debutants qui auraient des doutes sur leur capacité a voyager parce qu'ils n'ont pas autant apprécié certains de leurs voyages comme ils en rêvaient, le soir, en furetant sur les blogs de voyage sur le net. L'important, c'est de trouver SA façon personnelle de voyager, celle qui maximisera notre plaisir face a l'inconnu.
Publicité invisible aux membres VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour

Un vrai voyageur, c'est juste quelqu'un qui aime vivre et voir de nouvelles choses.

C'est une définition qui me convient.
L'essentiel est avant tout de s'approcher au plus près de ce que l'on recherche c'est valable pour le voyage comme pour d'autres domaines de la vie.
Cambrousse (en ligne!)
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
à chacun son voyage, on est pas en effet forcé d'être backpacker, si on est baqckpacker, on est pas forcé de l'être tout le temps... et aimer rapidité et confort n'est pas une tare.

je te souhaites de beaux voyages Sourire
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Je te remercie ;)

C'est vrai que ce n'est pas une tare, mais c'est, je trouve, quelque chose qu'on a tendance a oublier avec l'accumulation des blogs de voyage vantant les mérites du voyage imprévu sac sur le dos. On en viendrait presque, parfois, a considérer les autres voyageurs différemment.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Ce que je trouve d'exaspérant c'est que souvent ce sont ces mêmes "backpackers" qui viennent donner des leçons de voyages.
Comme dit plus haut a chacun sa façon de voyager. Pis faire un voyage en se privant de plein de choses pour faire des economies...y a certains endroits du monde ou ça vous fait Passer a coté de sites exceptionnels....dommage
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour,

C'est sympa de votre part, de nous faire part de votre retour et ressenti.

Personnellement, j'ai pris pour habitude de ne consulter que les blogs des personnes qui voyagent à peu près de la même "façon" que moi, donc, jamais les voyages fait par les backpackers. Encore que vous, vous avez essayé les auberges de jeunesse, moi jamais car ça ne correspond pas à mes attentes.

Peut-être que le voyage à deux c'est plus sympa qu'en solo, mais bon, il faut encore pouvoir trouver quelqu'un qui accepte la même destination, accepte de partir à la même période que vous, et tout, et tout... alors, je voyage en solo et c'est peut-être pas prêt de changer !!

Cdt
Cambrousse (en ligne!)
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
mais heureusement que toute l'offre possible est là, et l'on peut, chacun, se concocter des voyages qui nous conviennent.
mais un dénominateur commun : la curiosité et l'envie de bouger Sourire
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
salut merci pour ce message mais c'est un peu tarabiscoté Sourire
Je ne comprends pas où tout cela veut en venir, l'objectivité en est mal définie à on sens.

Trois ans plus tard, grâce à mon travail et ma volonté personnelle de voyager

=>volonté de voyager: ça n'a pas de sens.
Généralement on a envie de voyager sinon on ne consulterait pas ce forum mouaha ha
Et on reste cloîtré chez soi.

Et fort de ma superficielle mais néanmoins importante expérience acquise

superficielle ça signifie quelque part découvrir les choses en les effleurant sans approfondir les choses.
Une expérience qui n'est pas superficielle qu'est-ce que c'est ? Du travail d'archéologue comme dans les fouilles des pyramides égyptiennes ?

Il n'existe pas de bonne ou de mauvaise façon de voyager.

c'est comme le sketch du bon et du mauvais chasseur alors ?
La mauvaise façon de voyager c'est de rater à chaque fois le train, le bus, l'avion ?

En bref, j'espère par ce message aider des voyagers relativement debutants

voyageurs débutants...est-ce qu'il faut faire une formation, avoir un diplôme pour voyager ?

Désolé si je joue un peu les casse-pieds Malin
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Ce que je trouve d'exaspérant c'est que souvent ce sont ces mêmes "backpackers" qui viennent donner des leçons de voyages.

donc si je comprends être un "backpacker" c'est pas bien alors ?
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Pis faire un voyage en se privant de plein de choses pour faire des economies...y a certains endroits du monde ou ça vous fait Passer a coté de sites exceptionnels....dommage

C'est sans doute paradoxal mais mes plus beaux voyages je les ai faits lorsque j'avais peu de moyens financiers.En effet avec peu de moyens je crois qu'on s'investit plus dans le voyage et le côté aventureux prend alors le dessus on est moins passif et on va aussi plus vers les autres.Enfin c'est comme ça que je l'ai vécu. En fait lors de mes premiers voyages le problème de dépenser ou de faire des économies ne se posait même pas (à part la dépense initiale du billet d'avion) vu que j'allais systématiquement là où il n'y avait ni route ni électricité et souvent rien à acheter ou presque, donc rien à dépenser ou si peu. Par la suite avec plus de moyens je me suis toujours efforcé de faire comme lorsque j'en avais peu mais cela s'avérait plus difficile car quand on a plus de moyens financiers tout est facilement acquis, on cède à la facilité on se "pose" mentalement et physiquement on perd en audace, on devient "frileux" on se pose aussi des tas de questions qu'on ne se posait pas avant (santé sécurité etc...), on n'est plus acteur de son voyage mais on devient un simple spectateur... Un touriste quoi...
Je suis sans doute aussi passé à côté de beaucoup de "sites exceptionnels" mais pour ma part cela n'avait et n'a toujours pas une grande importance.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Mon message est on ne peut plus clair, c'est juste vous qui prenez les choses très littéralement par moment, ou alors parfois meme volontairement a cote. Et ca, bah c'est pas ma faute.

Volonté de voyager, ca a du sens. C'est ma volonté de me bouger le fion et de partir malgré mes reticences avec ma premiere experience ratée que j'ai mentionnée dans mon 1er post. Parce que oui, quand on revient chez soi après un jour a l'étranger, avec un gout amer dans la bouche, faut avoir de la volonté pour repartir.

Dans ce contexte, une expérience superficielle, ca vaut dire que j'ai pas fait e tour du monde 4 fois. J'ai juste bougé a quelques endroits plus ou moins différents en Europe. Donc oui, c'est une expérience du voyage superficielle.

Bah justement, c'est ce que je dis, chacun fait comme il veut pour voyager, simplement t'auras des gens qui vont te dire que y'a une mauvaise facon de voyager, et c'est de ca que je parlais.

Et voyageur debutant, ce sont les voyageurs qui ont pas énormément voyagé.

Ok tu t'excuses de jouer les casse-pieds, mais franchement, vu ton message, t'as fait exprès, tu pensais pas du tout ce que t'as écris, sinon c'est pas possible de tout prendre au pied de la lettre comme ca systématiquement.
Elhine (en ligne!)
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
bonjour Nicolas,

Je crois me souvenir avoir participé à la discussion lancée il y a quelque temps que tu décris ici.
Si tu pouvais nous la remonter, je plongerai bien dedans, voir un peu ce que j'ai pu y dire à l'époque.

A l'époque j'étais très proche du mode voyage "backpacker". Ma façon de voyager a beaucoup changé depuis 2 ans. Depuis que j'ai vécu 10 mois à l'étranger (Maroc).
Il m'a fallu cette expérience de travail et de proximité avec la vie ordinaire des Marocains pour beaucoup moins rechercher le mode "baroudeuse".

Et oui, désormais j'apprécie la location de voiture pour aller quelque part (je n'étais plus en vacances lors de cette année au Maroc, et les week-ends étaient courts !). J'ai apprécié un certain confort en vacances quand toute l'année de travail limitait le confort de la vie ordinaire. etc etc.
J'ai partagé avec les Marocains ce désir légitime de se reposer aussi sur du confort matériel, et ça s'éloigne forcément de l'aspiration toute occidentale de la notion d''authentique"...
Mais je ne regrette pas ces voayges passés ! ce mode de voyage répondait vraiment à mes aspirations, et j'en gardé des chouettes de relations, des supers souvenirs, de belles découvertes.

Mais je ne mets plus mon curseur au même endroit, concernant le mode de voyage, concernant mon notion d'interculturalité. Pourtant, j'ai toujours autant de contacts très sympas au cours de mes voyages.

Bon, c'est vrai, je vieillis, aussi. Tire la langue

Au moins, tu n'auras pas été obligé de passer par une expat pour ressentir et exprimer ton plaisir à voyager autrement qu'en mode "backpacker". Clin d'oeil

Et tu l'exprimes drôlement bien.
C'est un plaisir de te lire.

Murielle
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour,

Ce qui importe avant tout c'est : avez-vous été heureux de votre voyage? Avez-vous envie de repartir? Est-ce que votre voyage correspond à ce que vous êtes?
Si c'est oui, alors continuez de faire ce que vous aimez et ne vous souciez pas des critiques.
Le monde est assez vaste pour toutes les façons de voyager et pour tous les voyageurs.

En ce qui me concerne je voyage avec un tout petit sac à dos et relativement peu d'argent (par nécessité, pas par choix), j'achète un billet d'avion et pour la suite j'improvise. Je ne prépare rien à l'avance. C'est ce que j'aime.
Nous sommes donc très différents dans notre approche du voyage.
Pour autant je ne me prétend pas "vrai voyageur", je ne sais même pas ce que ça peut vouloir dire. Et il ne me viendrai pas à l'esprit de donner des leçons de "vrai voyage" à qui que ce soit.

Bonne continuation
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Salut Elhine,

Voici la discussion : voyageforum.com/...dee-voyage-d7119454/

Je viens de voir la premiere page, et effectivement tu y étais. Quelle memoire, bravo !

Ce que tu dis est tres interessant, ce changement du a une expatriation a beaucoup de sens... Il est vrai que la premiere raison, en tout cas d'un point de vue extérieur, de vouloir tenter l'experience backpacker, c'est d'essayer de se rapprocher d'une sorte d'authenticité. Ou en tout cas, de l'idée que nous, occidentaux, nous faisons de l'authenticité. Meme si cela peut parfois nuire a la découverte.
Je te remercie en tout cas.

Effectivement Philipfrench, ca me semble etre le seul critère qui compte pour decider de ou et comment voyager ;)

Vous semblez avoir tous les deux trouvé une facon qui vous satisfasse pleinement. Pour ma part, c'est encore en maturation. Au vue de mes récentes experiences, j'étudie de plus ne plus la question de voyager en voiture/van aménagé, qui, a vue de nez, me permettrait de m'affranchir des choses qui me frustrent en voyage. Apres, pour savoir si c'est effectivement la bonne formule, faut tester.
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour,

Je me rappelle bien de ton post, auquel j'avais moi aussi répondu...

On apprend de ses erreurs n'est-ce pas ! Sourire C'est bien que tu aies eu l'envie de retenter l'expérience du voyage, la volonté, une forme de courage de ne pas en rester là.
L'envie de te dépasser en quelque sorte, de te prouver (ainsi qu'aux autres) que tu étais capable, ta fierté ayant été quelque peu bousculée après cette forme d'échec, cette déception...
Au lieu de te dégoûter du voyage, cet échec personnel et l'envie de voir plus loin, t'auront servi !

Je n'aime pas le mot "backpacker", cette forme de cliché du routard sac sur le dos (à l'heure où tout le monde possède une valise ou un sac à roulettes) qui ne veut pas, ou plus dire grand-chose.
On peut très bien être les deux, aimer les chemins de traverse, se sentir loin de tout à certains moments du voyage, apprécier les logements chez l'habitant, les petits hôtels sympathiques, les heures mémorables passées dans les transports locaux... et on peut goûter une autre forme de voyage, choisir de partir moins loin, moins longtemps, avec d'autres moyens, se réjouir d'un hôtel de charme, d'un joli riad.

Il ne faut pas se leurrer sur ces fameux "backpackers" croisés ici ou là, surtout à l'heure d'Internet où on a la possibilité de préparer un minimum son voyage !
La plupart du temps, on démarre sac au dos parce qu'on est jeune et que nos moyens financiers ne permettent pas de faire des folies... les dortoirs, même si ça peut être rigolo une fois, ça va un moment et ça n'a rien de vraiment enviable ! (Ça m'est arrivé 2 fois.)

Tu as découvert une forme de voyage, avec des notes positives, des choses qui ne te correspondent pas (voyager seul n'est pas toujours facile, ni amusant)... tu apprendras d'autres choses en continuant !
L'essentiel est de voyager comme tu en as envie !
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Il ne faut pas se leurrer sur ces fameux "backpackers" croisés ici ou là, surtout à l'heure d'Internet où on a la possibilité de préparer un minimum son voyage !
La plupart du temps, on démarre sac au dos parce qu'on est jeune et que nos moyens financiers ne permettent pas de faire des folies... les dortoirs, même si ça peut être rigolo une fois, ça va un moment et ça n'a rien de vraiment enviable ! (Ça m'est arrivé 2 fois.)

Tu sais le sac à dos ce n'est pas uniquement pour des raisons d'économie et pas seulement parce qu'on est jeune... J'ai commencé avec un sac à dos qui ne dépassait pas les 6 ou 7 kg à 20 ans et à près de 66 ans j'utilise toujours ce mode de bagage et pas du tout pour des raisons financières. L'avantage c'est d'abord la mobilité et puis je ne m'imagine pas trimballer une valise à roulette sur les chemins de l'Himalaya ni pour gravir un sommet Alpin!En montagne on campe à la belle étoile ou on dort en refuge...en dortoirs! Quand on est rodé pour ce genre d'équipement on continue à l'adopter même si on ne va pas à la montagne. C'est peut-être aussi une manière de repousser la vieillesse?Malin
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bien sûr que le sac à dos est utilisé avant tout pour des raisons pratiques, là où un sac à roulettes ne roulerait pas, pour une plus grande liberté de mouvements, dans les transports etc.
Mais regarde dans les aéroports le nombre de sacs ou valises à roulettes...

Je l'évoquais en tant que "symbole" correspondant à l'image du routard, illustrée par le guide du même nom avec son petit globe sur le dos ! Sourire (Les routards des années 70, 80...)
Signaler Répondre
Bonjour Nicolas,
très bien cette interrogation sur le voyage. D’ailleurs si l’on ne voyage pas, ne peut-on pas vivre aussi des choses extraordinaires ? Peut-être le voyage permet-il de réaliser que l’on est très bien chez soi, mieux que partout ailleurs ? Un peu à la manière du poème de du Bellay « Heureux qui comme Ulysse ».
Les modes nous formatent. On se laisse entraîner, mais si cela ne nous plaît pas, libre à chacun de faire autrement. Cependant, l’image du baroudeur auquel on cherche à s’assimiler consciemment ou non, nous colle à la peau et à l’esprit.
Les grands écrivains voyageurs aussi nous orientent. Quand on lit Nicolas Bouvier, on réalise que le voyage se vit à travers des épreuves que l’on s’impose. Outre le fait d’avoir écrit une formule du genre « on ne fait pas un voyage, c’est le voyage qui vous fait ou vous défait » il a aussi écrit (extrait que l’on peut lire en quatrième de couverture de ses œuvres, gros bouquin de 1400 pages publié chez Gallimard) : on s’en va « pour que la route vous plume, vous rince, vous essore, vous rende comme ces serviettes élimées par les lessives qu’on vous tend avec un éclat de savon dans les bordels…Sans ce détachement et cette transparence, comment espérer faire voir ce qu’on a vu ? ».
Cette vision du voyage est extrême, et cependant elle a fait rêver beaucoup de monde. Mais elle peut aussi apparaître un peu contradictoire. Elle semble exprimer, d’un côté une recherche intérieure, seul, face à l’adversité, mais d’un autre une envie de partager et de raconter.
Chacun a ses propres raisons de voyager. Bagpacker ou pas, à mon sens on est plus statistiquement dans une affaire de coût et de moyens financiers, s’il s’agit de faire le choix entre des dortoirs ou des hôtels. Autonomie ou accompagné par une agence on est plus dans une philosophie de voyage, soit peur de trop d’incertitude et ne pas oser se lancer seul, ou envie de gagner du temps pour en voir un maximum en un minimum de temps sans avoir à chercher.
Et puis il y a les voyages plus ou moins aventureux où l’on cherche à confronter en autonomie à la nature, comme des grandes traversées de zones de montagne, ou de grands déserts. L’adrénaline produite par l’engagement physique et mental est une véritable drogue chez certains, et ils envisagent difficilement un voyage sans risques.
Chacun de nous en fonction d’une multitude de facteurs, qu’ils soient physiques, mentaux ou matériels évolue au cours de sa vie et peut se sentir aspiré par une envie qu’il aurait repoussée précédemment. Il arrive aussi qu’une aventure ayant laissé des souvenirs désagréables, voire plus, même abandonnée, vous amène à analyser le pourquoi. Et de façon surprenante, avec le temps et la réflexion, l’envie d’y retourner se fait de plus en plus pressante et finit par vous submerger. Et alors, surprise ce qui vous avait rebuté, c’est cela que vous trouvez sublime dans cette nouvelle tentative.
Nous sommes fluctuants comme nos pulsions. Et puis, on peut être amené aussi pour différentes raisons à voyager très différemment en fonction de qui nous accompagne. Cette dimension du rapport aux personnes avec lesquelles on part est une vraie expérience du voyage. Je ne peux qu’encourager à se frotter à de nombreux autres voyageurs et à s’embarquer ensemble pour des durées plus ou moins longues, on y apprend aussi beaucoup sur soi.
On pourrait disserter à l’infini sur le voyage, nos motivations, et ce qu'on en attend en retour, en convoquant les écrivains qui nous ont propulsés sur les routes, Sylvain Tesson, Ella Maillart, Sarah Marquis, Paul Morand, Mike Horn, Bernard Ollivier, Albert Londres, Joseph Kessel, Henri de Monfreid et beaucoup d’autres, sans oublier les classiques un peu plus anciens, les descriptions de la nature de Victor Hugo vous donnent envie de partir tout de suite.
Pour ma part en guise de conclusion, lorsque je ne voyage pas avec mon épouse, le fil directeur qui me pousse au départ se résume à cette phrase de Nikos Kazantzakis : Un jour où je n’ai pas souffert est un jour où je n’ai pas vécu.

Luc
PS: de me lâcher par écrit sur le voyage, ça me fait voyager
Cambrousse (en ligne!)
Signaler Répondre
Un jour où je n’ai pas souffert est un jour où je n’ai pas vécu.

je ne parlerais pas dans mon cas de souffrance, mais dans mes voyages, j'aime bien que les choses me résistent, ce sont, lorsque j'y repense, mes meilleurs souvenirs : comment se débrouiller pour trouver seule les solutions, tracer ma petite voie, comment aller ici et là, sans avoir devant moi, derrière, autour, mille recommandations et surtout pas d’organisateur qui ferait à ma place.
maintenant surtout que, à la retraite, le temps est ma richesse.
j'aime les points d'interrogations.
Bien sur ce ne sont pas des aventures extraordinaires, mais elles me sont propres, et alors elles me sont très chères.
Bien sur aussi je mets mes pas dans d'autres pas, avec plaisir, mais j'aime surtout improviser, chercher, avoir des doutes. C'est ça ? c'est pas ça ? où ça mène, où ça me mène ? qu'est-ce que je fais là ?
dans nos vies occidentales, la rapidité, la sécurité sont le pain quotidien, alors un peu de rupture avec ça, j'aime bien.

merci de ton partage.
Signaler Répondre
cette phrase de Nikos Kazantzakis : Un jour où je n’ai pas souffert est un jour où je n’ai pas vécu.

Il a écrit:

Le grand espoir du voyageur est de trouver aux terres lointaines les images qui expriment son âme et l’aident à sauver et à se sauver.Les voyages et les rêves représentent les guides de ma vie.Plus je voyage plus je sens que le voyage est pour moi un besoin de liberté

Nikos Kazantzakis (un auteur qui m'est cher)
Démarrer une réflexion Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ... 13
Discussions similaires:
  Titre de la discussion Premier message Réponses Dernier message 
Backpackers et motivations
Quelles sont les motivations des routards (de surcroît glandeurs), si je peux appeller ça comme cela, vu qu'il ya différentes catégories, il ya ceux qui sont de passages, cherchant une certaine spiritualité et ceux qui passent des mois en entier sur les plages...
Pensées, réflexions de voyageurs
1 août 2006 à 1:23
de
Amada
120 3 mars 2007 à 14:54
de Teamten »
Le voyageur est-il forcément idéaliste ?
Il se trouve que la discussion sur "compagnons de voyage/photo pro" m'a inspirée cette question hôôôôtement philosophique, mais pas seulemt, je pense que c une vraie question. Nous, voyageurs, nous venons sur ce forum pr échanger, rêver... mais se cache t-il parmi...
Pensées, réflexions de voyageurs
10 déc. 2003 à 21:53
de
Adele
12 17 déc. 2003 à 12:54
de Calao »
Le voyageur routard face à la crise économique
Devant les changements radicaux qui se profilent suite à la crise économique qu'on vit, comment voyez vous le futur du voyage en routard (backpacker)? Ce genre de voyage commencé il y a quelque dizaines d'années sur les chemins de Kaboul, Essaouira et Corfou par...
Pensées, réflexions de voyageurs
7 déc. 2009 à 16:39
de
Ayis
140 19 déc. 2009 à 12:43
de Kelessuf »
Avis sur un article de Liberation
L'ère des «travellers» Par Frédérique DESCHAMPS vendredi 06 août 2004 (Liberation - 06:00) e «traveller» ou «backpacker» a aujourd'hui remplacé le routard. «"Traveller" est un terme anglo-saxon, plus générique et moins connoté que "routard". C'est un peu un hippie...
Pensées, réflexions de voyageurs
6 août 2004 à 7:21
de
Korea
4 12 août 2004 à 1:03
de Loopkin »
Scène de la vie quotidienne édifiante au Vietnam
Je suis en train de déjeuner dans mon restaurant favori tout en discutant avec le patron et ami favori, quand un jeune rasta lourdement sac-à-dossé s’adresse aux trois motobikes postés devant la terrasse pour leur demander où trouver une guest-house à 4 ou 5 dollars...
Pensées, réflexions de voyageurs > Vietnam
13 nov. 2009 à 17:17
de
Jysuisjyrest
15 14 nov. 2009 à 14:46
de Jysuisjyrest »
Plus de discussions similaires à «Voyager, ce n'est pas (forcément) backpacker»
Heure du site: 12:39 (25/02/2018)
Tous les droits réservés © 2002-2018 VoyageRéseau Inc.
3 848 visiteurs en ligne depuis une heure!