Ouest américain 2009 : à la découverte de nouveaux sites en dehors des sentiers battus (Partie n°1) (page 1 de 2)

Discussion démarrée par Sedonax le 13 mars 2010 à 1:47
38 réponses sur 2 pages  ·  17 participants  ·  35 022 affichages
Poster un carnet/texte Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Partie 1 : de Denver à Santa Fe

Partie 2 : de Santa Fe à Lost City

Partie 3 : de Lost City à Page

Partie 4 : autour de Page et de Coyote Buttes

Partie 5 : de Cottonwood Canyon Road à Escalante

Partie 6 : de Grand Staircase Escalante National Monument à Capitol Reef



INTRODUCTION

Encore un carnet de voyage sur l’Ouest américain ?

Eh oui ! C’est à mon tour de saluer par le biais de ce carnet tous les forumeurs attirés par cette magnifique région qu’est l’Ouest américain, notamment ceux qui en ont attrapé le virus et veulent se remémorer certaines de leurs expériences et/ou rechercher quelques nouveaux sites à visiter.

Compte tenu de la floraison sur VF d’excellents carnets sur l’Ouest américain, j’ai hésité à en proposer un de plus, d’autant que je n’ai pas la fibre littéraire et que j’ai préféré jusque-là consacrer mon temps libre à fournir des informations et des descriptions pratiques dans le cadre de ma collaboration aux 3 volumes de Photographing the Southwest de Laurent Martres et au site web Ouestusa réalisé par Thierry (Wavemaster sur VF), sans compter les interventions sur VF et les réponses à de nombreux MP et e-mails. Tant mieux si cela a pu être utile à certains d’entre vous car le partage de ses connaissances et l’entraide entre voyageurs sont des valeurs qu’il nous faut entretenir… et qui permettent également d’enrichissantes rencontres sur VF puis dans le monde réel ! Sourire

Je me suis finalement dit que ce seizième voyage dans l’Ouest pouvait être l’occasion de « sacrifier à l’exercice du carnet de voyage » (plus chronophage que je ne le pensais !), d’autant qu’il s’est déroulé dans l’optique « hors des sentiers battus » que j’affectionne depuis de nombreuses années, avec certains sites qui n’ont jamais (ou quasiment jamais) été abordés dans d’autres carnets de VF.

Il y a toutefois un bémol concernant quelques-uns de ces sites encore confidentiels : certains d’entre eux m’ont été indiqués par des amis américains ou européens aussi fans de l’Ouest que moi, mais à la condition expresse que je promette de n’en publier que des photos (comme eux-mêmes ou d’autres avant eux l’ont fait). Et que je ne dévoile en aucun cas les localisations ou même les noms qui pourraient permettre de les trouver facilement sur internet, soit parce que certains sont particulièrement fragiles, soit parce que leurs visites ne sont pas franchement autorisées, voire pour toute autre raison propre à ceux qui ont exigé cette discrétion. Quelle que soit mon habituelle volonté de partage, je respecterai strictement la promesse faite à mes amis (il ne servira donc à rien de me harceler par MP, de me manipuler psychologiquement, de m’hypnotiser ou de me menacer Tire la langue). J’espère que vous comprendrez le respect de cet engagement et que vous ne l’interpréterez pas négativement ou n’en ferez pas un sujet de polémique (c’est déjà arrivé Incertain).

Comme la photographie est une des composantes importantes de mes récents voyages (voir mon site de photos), ce carnet sera plus orienté vers l’illustration que vers la fourniture d’informations sur les lieux visités (que vous retrouverez en partie via ma collaboration aux guides et sites web cités plus haut). Je donnerai au passage quelques détails de mon expérience pratique qui pourront éventuellement être utiles à certains d’entre vous.

La conséquence de cette importante iconographie (en dehors du fait que vous risquez une overdose d’images Tire la langue) est qu’il sera nécessaire de diviser ce carnet en un certain nombre de parties et qu’il vous faudra être patients pour le chargement de chacune d’entre elles Dubitatif.

Je tiens à remercier sincèrement Pascale (Kashtin sur VF, son site web) et Alain qui ont eu la gentillesse et la patience d’assurer la relecture de ce carnet et d’y apporter leurs remarques pertinentes.

Qu’a recouvert ce voyage?

J’ai pu consacrer plus de cinq semaines à ce circuit en ayant l’opportunité de partir trente-huit jours en mai et juin 2009. Elisabeth, ma femme, ne pouvant m’accompagner même pour une partie du voyage comme elle le faisait les autres années, je suis parti seul pour la totalité de ce « trip ». Mais vous verrez que je ne suis pas resté un « poor lonesome traveler », puisque j’ai rendu visite à plusieurs amis américains, passé quelque temps avec des amis français et aussi rencontré des personnes fort sympathiques au gré de mes pérégrinations.

J’ai profité de cette occasion, où je disposais à la fois de temps et d’une totale liberté, pour réaliser une immersion dans cette région que j’affectionne tant, en prenant mon temps et sans avoir à suivre un programme strictement planifié. C’était d’autant plus réalisable que j’avais loué un SUV 4 x 4 bien adapté aux pistes et dans lequel je pouvais confortablement dormir, ce qui me permettait de bivouaquer n’importe où (ou presque, puisque certains secteurs ne sont pas autorisés au camping sauvage), sans être tenu par des réservations ou la recherche de places libres dans des motels ou des campings.

Je suis donc parti avec une longue « wish list » de sites à visiter dans laquelle je piochais sur la base d’un circuit indicatif qui pouvait évoluer au gré de la météo, des circonstances, de la disponibilité de mes amis sur place… et de mes envies du moment !

Je me suis fixé pour objectifs de :

  • visiter des lieux en majorité « hors des sentiers battus », que je n’avais encore jamais vus ou que j’avais photographiés avant d’être équipé d’un appareil photo numérique (en avril 2006).
  • explorer des sites renfermant des ruines amérindiennes et/ou des panels d’art rupestre, car cet aspect fait désormais partie intégrante de ma passion pour l’Ouest américain.
  • profiter au maximum du wilderness, dans la journée mais également en bivouaquant de préférence au milieu de nulle part, afin de bénéficier de la belle lumière et de l’ambiance particulière du lever et du coucher du soleil chaque fois que c’était possible et que cela en valait la peine.
  • consacrer un peu plus de temps que d’habitude à la photographie, sans ennuyer un (e) partenaire de voyage n’ayant pas le même hobby, d’autant que je venais tout juste de me doter de mon premier reflex numérique (auparavant je disposais d’un bridge Sony R1 de très bonne qualité et que j’aurais volontiers gardé si, en 2008, il n’avait été endommagé suite à une bourrasque qui l’avait fait tomberdu haut de son trépied trop léger).
  • privilégier la randonnée (et si possible en faire une itinérante, ou « backpacking », sur deux jours), car c’est en la parcourant à pied que j’apprécie le mieux cette région. En bénéfice connexe de cette activité physique associée à des repas frugaux lors des bivouacs, perdre quelques-uns de mes kilos superflus !
  • consacrer du temps et de la disponibilité à mes amis sur place (sans chercher à optimiser les visites dans leur région mais en prenant le temps de vivre avec eux), être ouvert aux nouvelles personnes que je rencontrerais durant le voyage.
J’ai choisi de faire une boucle à partir de Denver, en passant par le Colorado, le Nouveau-Mexique, l’Arizona et surtout l’Utah, ce qui m’a permis de visiter tous les sites ci-dessous (ils sont listés par région mais vous les retrouverez dans l’ordre chronologique dans le carnet de voyage).

Cette boucle a négligé beaucoup de classiques incontournables (mais déjà visités) au profit de sites secondaires et elle n’a pas suivi de trajets optimisés (à cause des perturbations météo notamment). Elle ne peut donc servir d’exemple de circuit (d’où l’absence de carte), mais pourra attirer l’attention sur tel ou tel site évoqué au fil du récit.

  • Colorado :
    • Red Cliffs amphitheater
    • Roxborough State Park
    • Painted Mines
    • Colorado National Monument
    • Rattlesnake Canyon
    • Riffle Falls
    • Hanging Lake

  • Nouveau-Mexique :
    • Santa Fe
    • Pecos Pueblo
    • « Galisteo petroglyphs »
    • Bisti Badlands
    • Ah Shi Sle Pah
    • « King of Wings »

  • Réserves indiennes (Arizona et Utah)
    • Royal Arch
    • « Many Hands Cave »
    • « Lost City »
    • « White and Red Canyon »
    • « Arch Slot Canyon »
    • « Red Canyon »
    • Coal Mine Canyon
    • Navajo National Monument
    • Waterholes Canyon (rim)

  • Arizona
    • Hidden Gardens (Page)
    • Paw Hole (Coyote Buttes South)
    • Double Barrel Arch
    • « Maze Panel »

  • Utah
    • Catstair Canyon
    • Wire Pass + Buckskin Gulch
    • « The Nautilus »
    • Edmaier’s Secret
    • Wahweap Hoodoos
    • Sidesteps Hoodoos
    • Stud Horse Point
    • Cottonwood Canyon Road
    • Red Slot
    • Willis Creek
    • Mossy Cave (Bryce Canyon)
    • Pink Cliffs
    • Escalante
    • Circle of Friends Panel
    • East Temple Loop (Zion)
    • Cedar Wash Arch
    • Peek A Boo, Spooky & Dry Fork slot canyons
    • Devil’s Garden (Hole in the Rock Road)
    • The Volcano
    • Upper Calf Creek
    • Burr Trail via Wolverine Loop
    • Strike Valley Overlook
    • Red Canyon (sur Nottom road)
    • Pedestal Alley
    • Chimney Rock (Capitol Reef)
    • Hickman Bridge
    • Sulphur Creek
    • Little Wild Horse Canyon
    • Wild Horse Canyon Arch
    • Five Hole Arch
    • Wolfman Panel
    • Monarch Cave
    • Procession Panel
    • Valley of the Gods (mesa)
    • Muley Point
    • Natural Bridges National Monument
    • Mule Canyon
    • Sheiks Canyon
    • Citadel Ruin
    • Lower Maidenwater Canyon
    • Hovenweep National Monument
    • Salt Creek & Angel Arch (Canyonlands Needles)
    • Rim viewpoints (Canyonlands Island in the Sky)
    • Murphy Trail
    • Fort Bottom
    • Moïse & Zeus
    • Dead Horse Point
    • Ring Arch & Tunnel (Arches)
    • Courthouse Wash
    • Faux Falls
    • « Delta Pool »
    • Olympic Torch
    • Moab Man Panel
NB : les sites « » sont ceux pour lesquels je n’indiquerai pas la localisation, voire le véritable nom.



JOUR 1 – DE PARIS A DENVER

C’est enfin le jour du départ ! Sourire Même si cela fait plus de 15 fois que je retourne dans cette région, l’excitation est toujours bien présente, j’ai hâte de randonner au milieu des « red rocks », de m’immerger dans le wilderness, de retrouver l’ambiance de l’Ouest, d’y rencontrer mes amis. Cette joie est toutefois ternie par le fait qu’Elisabeth ne m’accompagnera pas cette fois-ci et que nous ne pourrons partager ces bons moments Incertain mais, c’est promis, l’année prochaine nous repartirons là-bas ensemble !

Mon père a la gentillesse de me conduire à l’aéroport. Sur le chemin de Roissy, nous nous remémorons ces neuf semaines passées ensemble aux USA en juin 2000 et 2001, quand je l’avais emmené visiter le maximum de beaux endroits de l’Ouest, et que nous avions randonné en tout près de 800 km. Au-delà de l’intérêt même du voyage, ce fut un véritable moment de partage et de complicité que nous sommes tous les deux très heureux d’avoir vécu. Dix ans plus tard, alors qu’il est dans sa quatre-vingtième année, mon randonneur de père pourrait-il toujours faire un aller-retour dans la journée au sommet de Half Dome à Yosemite ou au fleuve Colorado dans le Grand Canyon ? Il en serait bien capable, alors que je risquerais de traîner la patte et de tirer la langue !

J’ai eu la chance de décrocher un aller-retour Paris - Denver (avec escale à Londres) par British Airways au tarif promotionnel de 494 €, une aubaine ! J’arrive à l’enregistrement avec mes deux sacs car je ne voyage pas vraiment léger pour un trip de plus de cinq semaines essentiellement en camping (en passant des frimas du Colorado aux chaleurs de l’Arizona avec de très rares possibilités de faire une lessive car je ne fais que traverser les villes), avec plusieurs guides de voyage (les 3 volumes de Photographing the Southwest, 2 guides de Michael Kelsey) et une pochette de documentation pour chaque secteur de ma « wish list », mais aussi avec quelques provisions gourmandes (Petits Pains Suédois très pratiques en bivouac et que je ne trouve pas sur place, boîtes de filets de saumon au naturel pour varier l’ordinaire, quelques paquets de crêpes bretonnes que d’autres apprécieront également, une bonne bouteille de Bordeaux à partager). Me serais-je embourgeoisé avec le temps ? Malgré mes louables efforts de pesée différentielle sur la balance familiale, le plus gros sac dépasse de 800 g les 23 kg autorisés en franchise et je me vois obligé de transférer 1 kg dans le plus petit sac que j’avais déjà eu bien du mal à fermer avant le départ. Je m’étonne de cette inutile intransigeance mais, en me donnant mes cartes d’accès à bord, l’hôtesse d’enregistrement s’excusera discrètement en me disant qu’elle a été obligée d’être si stricte car elle est étroitement surveillée dans le but de l’obliger à faire payer la surtaxe bagage dès les premières centaines de grammes d’excédent.

J’ai volontairement choisi une escale de trois heures à Londres Heathrow, pour prendre une marge en cas de retard du vol Paris - Londres, mais également pour bien laisser le temps à mes sacs de me suivre dans l’avion pour Denver, car l’aéroport londonien a une mauvaise réputation au niveau du déroutement et de la perte des bagages (il semble que la situation se soit nettement améliorée courant 2009).

Le vol direct Londres - Denver s’avère agréable avec un repas tout à fait correct et un personnel de bord sympathique et très cosmopolite. Ce sera pour moi un vol studieux car je dois apprendre les subtilités de fonctionnement de mon premier reflex numérique (un Nikon D90 avec un objectif Nikor 16-85 mm et un grand angle Tamron 10-24 mm), matériel que j’ai reçu il y a seulement quelques jours et que je n’ai eu le temps de tester que quelques minutes au pied de chez moi. Tout de même plus de 200 pages à avaler (en essayant de piquer du nez le moins possible), ce qui fait que, malgré mes efforts de mémorisation, je ne me suis pas toujours souvenu en pleine action de tous les modes de réglage et options. Le vol direct depuis Londres me semble un réel avantage, sans le stress d’une correspondance aux USA avec le risque de rater le second avion en cas de forte queue ou de problème au passage de l’immigration. L’horaire d’arrivée à Denver est respecté, tout se déroule sans problème avec un officier d’immigration plutôt aimable, mes bagages m’attendent sagement en tournant sur le carrousel, donc tout va pour le mieux.

Maintenant, se profile une première étape décisive du voyage : l’obtention du véhicule qui va me permettre de vivre pleinement mes aventures, c'est-à-dire me conduire dans les meilleures conditions sur des pistes plus ou moins roulantes et m’héberger confortablement pour la nuit sans avoir à planter une tente dans des campings. J’ai déjà loué différents modèles de SUV et j’ai aussi voyagé dans ceux de mes amis, donc je connais les avantages et les inconvénients des principaux modèles proposés jusqu’ici par les grands loueurs. Mais je sais aussi que ceux-ci s’orientent depuis peu vers des modèles de type « crossover » nettement plus adaptés à la ville et aux highways qu’aux escapades sur pistes (d’ailleurs interdites dans les contrats des loueurs ; en roulant en dehors des routes goudronnées on n’est plus du tout assuré et il faut assumer ce risque). L’arrêt il y a quelques mois de la fabrication du populaire Chevrolet Trailblazer (pourtant souvent indiqué comme référence de sa catégorie de location), un SUV 4WD très correct pour les clients et peu onéreux pour les loueurs, a accentué ce phénomène. J’ai donc quelques inquiétudes à ce niveau

Après avoir pris la navette Alamo, et avant même d’aller au comptoir, je me précipite sur le parking pour constater que dans la rangée SUV standard (catégorie que j’ai louée) il n’y a que des SUV « crossover » dont aucun n’est vraiment 4 x 4 (au mieux ils sont AWD, c'est-à-dire qu’ils peuvent automatiquement et temporairement se mettre en mode 4 x 4 si les capteurs en font ressentir la nécessité, mais sans possibilité que l’utilisateur enclenche lui-même préventivement le mode 4 roues motrices à plein temps pour anticiper une difficulté). Il y a une majorité de Chevrolet Traverse, à la médiocre hauteur de caisse et avec une honteuse roue de secours galette qui s’avérera ridicule en cas de crevaison sur une piste. Avec ce type de véhicule, un certain nombre des visites les plus prometteuses de ma « wish list » tomberaient à l’eau, aussi je décide de m’installer du côté où l’on restitue les véhicules et d’attendre patiemment en espérant qu’il en rentrera un qui me convienne.

Je patiente presque une heure en écoutant mon lecteur MP3 quand par chance rentre mon véhicule préféré, le Toyota 4Runner qui est à la fois suffisamment confortable, agréable à conduire, performant sur piste (hauteur de caisse, vrai 4 x 4), sobre par rapport aux concurrents de sa catégorie (10,75 l / 100 km en moyenne sur mon parcours de cinq semaines) et parfait pour dormir dedans (plancher plat de 1,80 m une fois les sièges arrière rabattus, l’année dernière nous y avions très bien dormi à 2 avec ma femme). Je note ses numéros et je me précipite au comptoir en demandant expressément ce véhicule-là. L’employé accepte, mais constatant que je veux absolument ce Toyota, il essaie de me faire croire qu’il y a un supplément tarifaire par rapport à mon voucher. Je lui prouve que je connais bien les véhicules de cette catégorie et je lui lance un « good try ! », exprimant clairement par là que je ne suis pas dupe Fâché. A partir de ce moment, il s’avérera charmant car il sait bien qu’il a été pris en flagrant délit de « trompe couillon ». Il ira même chercher le véhicule à la sortie du lavage pour me l’amener personnellement.

Particulièrement ravi d’avoir obtenu cet excellent SUV Sourire, je déchante après avoir lancé le moteur quand je vois le voyant « Maintenance » rester allumé. Je ne vais pas partir cinq semaines sans savoir si la révision et/ou la vidange ont bien été faites ou si c’est seulement la remise à zéro du voyant qui a été oubliée après la maintenance. Je demande à l’employée sur le parking si je peux aller faire vérifier cela au garage attenant à la station de lavage mais celle-ci m’assène sans sourciller qu’il n’y a personne à l’atelier à cette heure et que je dois obligatoirement prendre un autre véhicule, alors que j’ai eu tout le loisir de voir œuvrer un mécano à l’atelier pendant que j’attendais. Devant la mauvaise foi et l’air revêche de la dame, je n’insiste pas et je fais mine de m’exécuter mais dès qu’elle a le dos tourné je fonce à l’atelier où je tombe sur un mécano arborant un T-shirt du chanteur de country Tim McGraw, dont j’aime plusieurs chansons. Le mécano me fait remarquer que je n’ai pas le droit de venir ici mais je fais mine de ne pas comprendre et j’enchaîne immédiatement sur Tim McGraw en évoquant mes chansons préférées (notamment My kind of rain et The cow boy in me). Il est surpris et visiblement content qu’un Frenchie apprécie son chanteur préféré, la glace est rompue, on discute un petit moment et il accepte de regarder le véhicule, s’apercevant rapidement que la vidange a été faite mais sans remise à zéro du voyant, ce qu’il a vite fait de corriger. Nous nous quittons dans la bonne humeur, prouvant une fois de plus que la musique peut adoucir les mœurs et aplanir les difficultés.

Il fait nuit quand j’arrive au Comfort Inn de Stapleton dans lequel j’ai obtenu une chambre à 50 $ HT via un site internet quelques jours avant le départ. En fermant à clé le Toyota, ce qui a pour effet de faire fonctionner les 4 clignotants pour signifier que l’alarme est enclenchée, je m’aperçois que le clignotant arrière gauche (le plus important) ne fonctionne pas. Ce n’est pas de chance ! Tant pis pour ce soir, je prends possession de ma chambre et m’écroule sans tarder sur le lit, épuisé par cette journée de transport.



JOUR 2 – DE DENVER A PAINTED MINES

Comme toujours à cause du décalage horaire dans le sens est - ouest, le premier jour je me réveille naturellement tôt et j’en profite pour retourner à l’aéroport chez Alamo afin de faire réparer le clignotant, espérant qu’il s’agit d’une simple ampoule à remplacer. Cette fois, je fonce directement au garage sans rien demander à personne et je tombe sur un jeune et timide employé aussi surpris de me voir à l’atelier que son collègue de la veille. Sans diversion possible cette fois-ci, je joue le rôle du client exigeant et pressé, celui qu’il vaut mieux ne pas énerver. Le jeune meccano n’insiste pas et change immédiatement l’ampoule.

Enfin ! me voilà au volant d’un excellent Toyota 4Runner en état de marche, et ce fidèle compagnon de voyage ne me fera jamais défaut durant les cinq semaines qui ont suivi. Pour moi, c’est à ce moment que les vacances commencent vraiment, car je suis maintenant certain de disposer de l’élément logistique principal qui me permettra de réaliser les visites soigneusement préparées et rêvées durant les mois précédents.

Mon fidèle Toyota 4Runner (lors d’un bivouac en Utah) :


En revenant de l’aéroport, le ciel est devenu très menaçant. Je retourne au motel et je prends mon temps pour un excellent petit déjeuner (compris dans le prix de la chambre), au cours duquel je me régale de gaufres que l’on fait cuire soi-même. Délicieux ! Avec cela je tiendrai jusqu’au soir

Je déballe mes deux sacs de voyage, répartissant un maximum d’objets dans les différents rangements du SUV afin qu’ils tombent immédiatement sous la main, j’en réorganise logiquement le contenu restant (par exemple, mes habits sont répartis par fonction dans des taies d’oreiller de différentes couleurs), ceci dans l’optique de tout trouver facilement et sans même déplacer les sacs quand j’arriverai les soir au bivouac. Le fait de partir le matin avant le lever du soleil et d’arriver souvent de nuit nécessite d’être bien organisé pour gagner du temps et ne pas chercher, voire perdre ses affaires dans l’obscurité et la précipitation. Je rabats les sièges arrière en mode « break à plancher plat », mode qu’ils ne quitteront plus jusqu’au dernier jour du voyage.

C’est le moment d’aller au Wal-Mart (repéré sur Google Maps avant le départ afin ne pas perdre de temps à en chercher un en ville) pour faire les courses. En premier lieu, je choisis l’indispensable glacière qui fait aussi office de stockage de nourriture même quand je n’ai plus de glace. Suivant les promotions du jour, je prends toujours un modèle en plastique dur (qui peut éventuellement servir de siège), d’une contenance d’environ 30 litres, de marque Coleman ou Rubbermaid, toujours à moins de 20 $ puisque je le laisserai sur place à la fin du voyage. Cette année, j’achète aussi un matelas de camping basique en mousse bleue à 5 $, bien que j’aie emmené un confortable matelas autogonflant Therm-a-Rest. Ce petit matelas supplémentaire aura plusieurs usages : placé sous le Therm-a-Rest il apportera un peu de moelleux supplémentaire mais surtout absorbera l’humidité due à la condensation (ce qui évitera au Therm-a-Rest d’être humide le matin, de finir par sentir et de se détériorer). Il me servira pour le backpacking que j’envisage (il est plus léger que le Therm-a-Rest et ne craint pas d’être percé par des branches ou des épines) et sera immédiatement disponible pour improviser une sieste réparatrice. Comme la glacière, je le laisserai sur place à la fin du voyage.

En plus de divers aliments frais (dont un très bon raisin californien), j’achète suffisamment de nourriture qui se conserve, de manière à n’être jamais pris au dépourvu dans le cas où je resterais plusieurs jours dans le wilderness sans possibilité de ravitaillement (volontairement ou pas, en cas de problème de véhicule par exemple). Si la plupart de ces produits sont similaires à ceux que l’on trouve en France, il existe aussi des produits plus spécifiques aux Etats-Unis que j’achète dans les Wal-Mart ou autres grandes surfaces alimentaires (comme Safeway, City Market, etc.):

  • Une sorte de muesli Quaker Oatmeal (parfum Apples & Cinnamon ou bien Maple & Brown Sugar) qui gonfle bien dans un peu d’eau (chaude de préférence mais avec l’eau froide cela passe aussi). Cette mixture de petit déjeuner bien nourrissante devient plus mangeable si on y ajoute des céréales croquantes et si on l’accompagne d’un fruit comme une banane.
  • Des packs de 4 bouteilles (d’un peu moins de 30 cl chacune) de Frappuccino de Starbucks, sorte de café au lait aromatisé (divers parfums : chocolat, moka, vanille, caramel…) que je trouve fort bon et idéal pour le petit déjeuner en camping.

  • Du Beef Jerky « natural style » de la marque Oh Boy ! Oberto. Il s’agit de lambeaux de viande séchée que l’on mastique et qui apportent leur lot de protéines et de sel (indispensable quand on transpire en randonnée), sans gras et pour un poids ridiculement faible (appréciable en randonnée itinérante). C’est spécial, on aime ou on n’aime pas, moi j’aime beaucoup celui-ci car la viande y est un peu plus tendre (moins dure devrais-je dire) et moins épicée que celle d’autres marques.
  • Des boîtes de conserve auto-ouvrantes de White Chicken in water de la marque Valley Fresh (mais je ne prends pas le Chunk Chicken de la même marque que je ne trouve pas très bon). Ce sont des petits morceaux de poulet présentés un peu comme du thon en boîte pour mettre dans des salades. Je trouve cela pratique et pas mauvais à manger, le fait que le poulet soit conservé dans de l’eau salée (et non pas tout sec ou dans de l’huile) étant appréciable quand il fait chaud.
  • Un gros paquet de Trail Mix (mélange de raisins secs et autres fruits déshydratés, de peanuts, de noix de cajou, d’amandes…) et plusieurs paquets de mes fruits secs préférés (cranberry, cherry, abricot, papaye...). Tous les jours, dans un petit sachet Ziplock, je me fais un mélange personnalisé du Trail Mix « de base » et d’un des fruits secs, en variant régulièrement car ce sera mon encas quotidien du midi.
  • Un pack de 12 canettes de… lemonade (citronnade à l’eau plate) car je fais partie de ceux qui n’aiment pas la bière (bien qu’il me soit arrivé d’en avaler pour honorer l’invitation à prendre « a cool beer » de voisins de camping voulant faire connaissance).
  • Plusieurs gallons (de 3,8 litres) de Spring water, en privilégiant les bouchons qui se vissent (pour qu’ils ne s’ouvrent pas seuls avec les secousses sur les pistes, expérience vécue). J’en ai en permanence au moins 5 ou 6 dans la voiture (réserve en cas de panne ou d’ensablement au milieu de nulle part). Parmi eux, il y en aura rapidement 2 remplis d’eau du robinet (auxquels j’arrache l’étiquette pour les reconnaître) pour mes ablutions, la vaisselle, le radiateur d’eau du véhicule si besoin
En cette fin de matinée, j’ai à peine fini de répartir toutes mes provisions dans la glacière et dans les sacs semi rigides que j’ai amenés pour cela, qu’il se met à pleuvoir sérieusement, comme l’avaient d’ailleurs annoncé les prévisions météo de Weather.com. Inutile de se presser pour aller visiter sous la pluie Garden of the Gods à Colorado Springs (que je connais déjà). Je décide donc de filer directement à Painted Mines, en espérant que la pluie aura cessé dans quelques heures, ce qui me laisse tout le temps pour me balader dans ce magasin nommé Outdoor World que j’ai repéré dans une zone commerciale à proximité du motel. Certain (e)s apprécient les outlets américains pour les achats de vêtements, en ce qui me concerne je suis attiré par leurs magasins d’outdoor toujours très bien achalandés en ce qui concerne les activités de nature (sports, camping…) dans un décor souvent soigné. L’Outdoor World de Denver est sans conteste le plus beau que j’aie vu, dépassant dans mon hit-parade personnel le magasin REI de Seattle. Tout y est impressionnant, avec des piliers et des poutres en énormes troncs, des fresques murales, des animaux naturalisés un peu partout, un immense aquarium

Puisque j’ai du temps devant moi, c’est l’occasion de tester mon nouvel appareil photo en intérieur.

L’entrée est vraiment imposante :


En se baladant dans les rayons, on rencontre un sympathique élan


un fringant bison


un puma bondissant au-dessus d’un ascenseur


un ours impressionnant


un loup agressif


et un gros poisson bien vivant et plein de tendresse pour les enfants !


On y trouve même quelques meubles vraiment rustiques.


J’ai passé plusieurs heures à traîner dans tous les recoins de ce remarquable magasin et il pleut toujours Incertain. Mais il faut quand même que je me décide à rouler vers Painted Mines, qui se trouve au nord-est de Colorado Springs, près de la petite ville de Calhan, tant pis si j’y arrive sous la pluie. J’avais oublié que nous étions vendredi et que dès le milieu de l’après-midi les habitants de Denver partent en week-end. Je me retrouve dans un embouteillage qui s’étire sur des dizaines de miles à partir de la sortie sud de Denver. Heureusement que je trouve une station radio de Classic Rock qui diffuse une belle collection de musique anglo-saxonne et me permet de redécouvrir certains morceaux avec plaisir, me replongeant vingt ou trente ans en arrière. Aux alentours de chaque ville importante, on trouve toujours au moins une station de Classic Rock qui diffuse en franchise un programme pré-enregistré, programme que l’on peut retrouver à l’identique quelques jours ou semaines plus tard sur la station d’une autre ville ou d’un autre État (il m’arrive alors de « deviner » quelle sera la prochaine chanson car j’ai inconsciemment mémorisé l’enchaînement lors de la première écoute).

Arrivé près de Colorado Springs, les embouteillages réapparaissent et je trouve judicieux de quitter l’autoroute pour rejoindre Calhan par de petites routes. Mauvaise idée, car cette zone est très habitée et il y a en réalité beaucoup plus de routes secondaires qui se croisent que celles indiquées sur ma carte, pourtant assez précise. Avec une absence quasi totale de signalisation, il n’est pas facile de faire les bons choix aux intersections. Après plusieurs hésitations mais au final aucune erreur d’aiguillage, j’arrive en fin d’après-midi à Calhan où une pluie fine subsiste. Je repère le camping de la ville (pratiquement vide) pour éventuellement y revenir après la visite et je me rends au parking principal de Painted Mines où il n’y a évidemment personne à cause de la météo.

Painted Mines Interpretive Park est un petit parc local récent, constitué de couches d’argiles de différentes couleurs qui forment des badlands, des petits canyons, des hoodoos, avec quelques sentiers faciles et bien balisés pour visiter aisément cet environnement coloré. Le nom du site provient du fait que ses argiles colorées ont été exploitées par les Indiens pour leurs poteries et leurs peintures de cérémonie, puis plus tard par les Blancs pour fabriquer des briques décoratives.

La pluie finit par cesser et je peux commencer ma visite en ce presque début de soirée. Finalement, la toute récente pluie et le ciel toujours très chargé font ressortir les couleurs du site, bien davantage que sous un soleil éclatant si j’en crois les photos que j’en ai vu.

Je traverse de jolis badlands, étonné qu’ils ne soient pas boueux après la pluie.


Puis je m’approche d’un petit amphithéâtre où les teintes pastel sont douces et variées :


Je me balade dans les petits canyons mais le soir tombe vite, créant une ambiance particulière, un peu irréelle, accentuée par le fait que je suis totalement seul dans le parc. J’ai toujours aimé me balader «[entre chiens et loups » et ce site où il serait difficile de se perdre s’y prête bien. Alors je reste jusqu’à ce que la nuit tombe pour profiter le plus possible de cette atmosphère unique, lorsque les formes des hoodoos se détachent sur un ciel inquiétant et que les couleurs vives apparaissent fugitivement à chaque fois que j’utilise le flash de mon Nikon.


Il fait vraiment nuit noire quand je rejoins la voiture, au loin quelques éclairs zèbrent le ciel.

Sur le parking, je n’ai pas vu de panneau d’interdiction de de passer la nuit ici. Je décide donc d’y bivouaquer (il y a même des toilettes), ce qui me permettra d’être à pied d’œuvre pour me positionner à l’endroit que j’ai repéré ce soir pour le prochain lever du soleil. Ce n’est que le lendemain matin, en prenant le temps de lire tranquillement les panneaux explicatifs sur la géologie du site, que je découvrirai une mention précisant que le camping est interdit dans le parc et sur le parking. Maintenant que vous êtes prévenus, ne suivez pas mon mauvais exemple ! Gêné

Après un frugal mais réconfortant dîner assis sous le hayon du SUV, je m’installe pour la nuit. Comme vous le constatez ci-dessous, le Toyota 4Runner est vaste pour y dormir seul, il suffit de pousser ses sacs de voyage sur le côté pour y installer son matelas et son duvet, la glacière et les sacs de provisions étant stockés à l’avant. Pour dormir à deux, il faut empiler les sacs de voyage sur les deux sièges avant, ce qui demande plus de manipulations et oblige à laisser la glacière dehors, mais il y a suffisamment de place à l’arrière pour ne pas se gêner. Il y a même des espaces plats avec petit rangement au-dessus des roues arrière, qu’Elisabeth appelle les « tables de nuit ».


Comme il fait froid et humide (au petit matin la température sera proche de 0 °C), je dors cette nuit dans mon double duvet et je me couvre bien (notamment avec un bonnet léger en fourrure polaire). Le double duvet est la solution que j’utilise pour les voyages où les conditions météo peuvent être très variables, comme à cette époque où il fait froid dans le Colorado mais chaud en Arizona. J’emmène deux duvets assez larges de même marque et de même forme, un modèle « léger » d’été qui ne prend pas de place (15 °C en température « confort ») et l’autre « moyen » pour trois saisons (presque 0 °C en température « confort »). Suivant la température estimée pour la nuit, je choisis de dormir dans l’un ou l’autre ou bien dans les deux (le moyen glissé dans le léger, avec la couche d’air entre les deux cela équivaut à un duvet assez chaud), ce qui me permet de toujours bénéficier d’un duvet adapté aux circonstances.

Une fois bien au chaud, comme chaque soir durant tout le voyage, je vide la carte mémoire de mon Nikon dans le netbook Samsung NC10 (qui dispose d’un disque de 160 Go) que j’ai amené à cet effet et pour me connecter à Internet. Puis je regarde mes photos afin de voir ce que la moisson de la journée a donné et éventuellement tirer parti de mes erreurs et corriger mes réglages de prise de vue le lendemain (car je suis toujours en phase d’apprentissage et ne maîtrise pas encore ce nouveau reflex). La vérité m’oblige à avouer que, plus d’une fois après des journées bien remplies débutant avant le lever du soleil, je piquerai lamentablement du nez sur mon netbook le soir, dans mon duvet, en voulant regarder mes photos



JOUR 3 – DE PAINTED MINES A SANTA FE

Bip… bip… bip… bip… BIP… BIP… BIP… BIP !

Ce matin, c’est en insistant que la sonnerie du réveil me tire des bras de Morphée. Il faut dire que je dors très bien dans mon SUV et qu’un réveil aussi matinal (5 h 45), pour ne pas rater le lever du soleil, ne m’est pas franchement habituel le reste de l’année.

Durant ce voyage, comme mes réveils solitaires aux aurores ne dérangeront personne, j’ai décidé d’assister à un maximum de levers de soleil, pour bénéficier de la fugitive mais belle lumière qui les accompagne généralement, et avant tout pour vivre ce moment particulier qui apporte une dimension supplémentaire et une complétude à la journée qui débute. Je me lève dans la pâle lumière de l’ aube, émergeant peu à peu du sommeil dans une fraîcheur vivifiante, et choisis avec soin l’endroit où je vais attendre le lever du soleil en fonction de l’éclairage espéré. Parfois, des nuages bien placés réfléchissent quelques instants la lueur rougeoyante du soleil encore caché derrière l’horizon. Je patiente en observant les subtiles variations de lumière et en écoutant les oiseaux s’en donner à cœur joie. L’attente devient fébrile durant les dernières dizaines de secondes qui précèdent l’apparition du soleil et, quand elle a enfin lieu, je vis pleinement cet instant unique, essayant d’en capturer la magie, si les conditions photographiques s’y prêtent. Que la lumière soit belle ou décevante (c’est la surprise à chaque fois), j’ai toujours le sentiment d’avoir vécu un moment essentiel et je m’apprête alors à profiter le plus possible d’une nouvelle journée dans l’Ouest.

Ce matin il fait froid, et c’est bien couvert que je me rends à l’endroit repéré la veille pour assister au lever du soleil. Des nuages mal placés l’empêcheront d’être très spectaculaire, mais le spectacle des premiers rayons éclairant les badlands colorés n’en reste pas moins un moment privilégié.


Le ciel se dégage rapidement et il se met à faire grand beau, la pluie de la veille est oubliée. Je prends tout mon temps pour explorer les petits canyons, sachant qu’en début de matinée les couleurs sont le plus présentes, la lumière devenant vite écrasante par la suite. C’est à l’ombre que les argiles colorées s’avèrent le plus photogéniques.

J’apprécie ce site naturel, certes secondaire et peu isolé mais qui vaut quand même le détour, surtout si on peut bénéficier de bonnes conditions de lumière qui en font ressortir les couleurs, faute de quoi la déception serait probable.


Quand la lumière se fait plus franche, je termine par un secteur où l’argile est d’un blanc éclatant.


Je reviens à mon véhicule pour prendre un petit déjeuner bien mérité. Après cette balade à la fraîche, le Frappuccino au Dark Chocolate de Starbucks n’en paraît que plus délicieux Sourire !

Le rangement du matelas, des duvets et autres affaires de nuit prend très peu de temps et me permet de partir rapidement. J’apprécie de ne pas avoir une tente à replier et à ranger dans son sac, bien qu’avec une tente de type « 2 Seconds » de Decathlon cela irait très vite. Malheureusement, maintenant que le second bagage est devenu payant pour aller aux USA, emmener cette tente encombrante (qui, du fait de sa taille, compte comme un bagage dans lequel on ne peut pas ajouter grand-chose à part certains matelas) coûterait un supplément d’environ 100 $ pour l’aller-retour (avec des billets économiques et un statut de voyageur standard).

Après quelques heures de route en quittant le Colorado pour le Nouveau-Mexique, j’arrive en début d’après- midi au Pecos Pueblo Historic Park, au sud-est de Santa Fe. Il ne reste malheureusement plus grand-chose des ruines du pueblo amérindien qui abritait pourtant jusqu’à 2000 personnes au XVe siècle. Mais la kiva (restaurée) et les restes impressionnants des murs de la mission que les Espagnols construisirent en arrivant valent ce rapide détour à partir de l’autoroute I-25.


En seconde partie d’après-midi, je me trouve dans le bassin de Galisteo, un secteur connu pour ses nombreux sites de pétroglyphes (les pétroglyphes sont des gravures rupestres tandis que les pictographes sont des peintures rupestres). Ici, la plupart des pétroglyphes ne datent pas de plusieurs milliers d’années, comme dans le reste du Southwest, mais ont été gravés par les Indiens Pueblo entre le XIVe et le XVIe siècle.

Les plus beaux d’entre eux sont situés sur un immense domaine à l’intérieur duquel le propriétaire n’autorise qu’une seule visite annuelle, menée par des archéologues, davantage pour assurer sa tranquillité que pour préserver ces panels qui ne sont pas spécialement fragiles car gravés dans de la roche volcanique très dure. Près de la route, des clôtures et des panneaux « No trespassing », or je ne m’autorise jamais à passer outre à une interdiction aussi clairement exprimée. Mais j’ai appris qu’en prenant une piste qui aboutit au milieu de nulle part on peut s’approcher d’un site rupestre comportant le même type de pétroglyphes (en moins spectaculaires) et qu’il n’y a là-bas ni clôtures ni panneaux d’interdiction. Je me demande quand même s’il ne serait pas aux confins de ce domaine, ou peut-être à ceux d’une propriété attenante gérée par quelqu’un de plus accueillant ? En cas de problème, l’absence d’éléments visibles d’interdiction serait sûrement « plaidable » pour un visiteur étranger nécessairement peu au fait des spécificités locales Angélique.

Une fois sur place, pour être certain de retrouver ma voiture dans ce no man’s land si je reviens au crépuscule, je décide de prendre ses coordonnées GPS avec le Garmin Colorado 400t flambant neuf que j’ai réceptionné il y a quelques jours pour remplacer mon vieux Garmin eTrex d’entrée de gamme (sans affichage de cartes). Mais la position GPS affichée est hautement fantaisiste malgré plusieurs essais successifs, je ne comprends pas pourquoi puisqu’il avait bien fonctionné lors du test dans le parc à côté de mon domicile. Je le laisse tout de même allumé et j’utilise mon vieil eTrex amené en appareil de secours et qui fonctionne toujours. Une demi-heure plus tard, je teste à nouveau mon Colorado 400t et je constate que cette fois-ci il donne les bonnes coordonnées : il avait probablement besoin d’un certain temps de recalage depuis sa dernière utilisation sur un autre continent.

Les pétroglyphes sont dispersés au sommet de plusieurs collines volcaniques qu’il faut d’abord atteindre pour, ensuite, longer les crêtes.


Ce n’est pas une partie de plaisir car dans ce site reculé il n’y a aucun chemin et, le long des crêtes, les pierres très instables et la végétation (herbes, épineux…) entravent ma progression. On ne sait jamais si la pierre sur laquelle on pose le pied ne va pas se dérober subitement ni même si on ne va pas se coincer le pied dans un trou traîtreusement caché par les herbes. Il y a de quoi se fouler cent fois une cheville et mon avancée s’avère bien plus précautionneuse et lente que prévu.

Mais le jeu en vaut la chandelle car les pétroglyphes sont nombreux et intéressants, sans compter la lumière de début de soirée qui fait ressortir les lichens particulièrement verts en cette saison.


Certains personnages ont des têtes faisant penser à des smileys :


Un Kokopelli viril joue la sérénade pour des animaux :


Un masque semble provenir d’Amérique centrale ou du Sud :


Un rattlesnake quelque peu raide :


Un perroquet égaré :


Un écureuil dont on jurerait qu’il a été gravé très récemment :


Un curieux bonhomme soleil :


Le dernier panel est le plus beau. On y trouve un saisissant démon surmonté d’oiseaux


Et surtout ce personnage avec ses trois plumes et qui se cache les yeux. Quelle peut être la signification de ce geste ? Il aurait presque pu inspirer John Travolta pour sa célèbre danse dans Pulp Fiction !
J’ai vraiment beaucoup apprécié ce site d’art rupestre pour l’originalité de ses pétroglyphes mis en valeur par leur localisation en surplomb de la plaine et la douce lumière du soir.

Ayant progressé moins vite que prévu, je renonce à gravir une autre colline et reviens rapidement à la voiture car ce soir je suis attendu à Santa Fe par mes amis français Annie et André (ainsi que deux de leurs amies qui voyagent avec eux et que je ne connais pas).

Annie et André sont des spécialistes de l’Ouest et c’est dans ce contexte que je les ai rencontrés il y a quelques années avant même qu’ils ne soient devenus membres de VF (respectivement sous les pseudos de Aiassa et de Pyrola). Auteurs du site français de référence sur The Wave, ils sont également d’excellents photographes et plusieurs de leurs images ont été exposées, d’autres publiées dans des revues et dans des livres. André étant passé à la vidéo depuis l’avènement du numérique, je connais surtout les superbes photos d’Annie qui sont pour moi une source d’inspiration. Quel bonheur quand, quelques mois après un de leurs voyages aux USA, je reçois un DVD d’Annie & André contenant un montage vidéo et un diaporama, tous deux réalisés de manière professionnelle !

Installés en Drôme provençale depuis qu’ils sont des retraités très actifs, Annie et André ont cette année fait un échange de maison (de 2 semaines) avec un couple de Santa Fe et m’ont gentiment invité à venir les rejoindre quand je passerai dans le secteur. J’étais parallèlement invité par Karen & Spencer, des amis américains habitant aussi Santa Fe, mais comme ces derniers sont sur le départ pour un grand voyage en Europe, il vaut mieux leur éviter du dérangement et plutôt loger dans la maison dont disposent Annie et André.

Quand j’arrive chez eux vers 20 heures, je suis chaleureusement accueilli, nous sommes contents de nous retrouver dans la région pour laquelle nous partageons la même passion Sourire. Au dîner, nous évoquons leurs aventures des dernières semaines passées dans l’Ouest et je me régale d’un délicieux curry de crevettes maison qui me changera de mon habituel poulet en boîte !

Le lendemain, il est prévu de se balader dans Santa Fe et de visiter un musée conseillé par Karen. Il y a quelques semaines, j’avais mis en contact Annie & André Karen & Spencer, présageant une bonne entente. Ils se sont vus il y a quelques jours quand Karen leur a fait visiter le musée Georgia O Keeffe dont elle est un guide volontaire. Le courant est bien passé et du coup mes quatre compatriotes (Annie, André et leurs deux amies) sont également invités pour le barbecue du lendemain à partir de 17 heures chez Karen et Spencer. Ce n’est pas la première fois que je mets en contact des personnes qui ne se connaissent pas mais qui ont des centres d’intérêts communs, c’est une bonne occasion pour chacun d’élargir son cercle amical.

Bien qu’Annie me propose d’utiliser le canapé du salon, je préfère limiter le dérangement et dormir sur mon Therm-a-Rest dans la salle de yoga, où je suis très bien installé et où je bénéficie de la connexion WiFi pour accéder à ma messagerie.



JOUR 4 – UNE JOURNEE A SANTA FE

Ce matin, c’est grasse matinée avec un réveil programmé à 7 h 30. Il n’y a pas un nuage dans le ciel et la belle lumière qui contribue à la réputation de Santa Fe n’est pas une légende.

Après un petit déjeuner convivial, nous voilà partis tous les cinq pour le musée que nous avions prévu de visiter, mais celui-ci est fermé car nous sommes dimanche. On aurait dû y penser, mais en vacances on a quelquefois tendance à oublier de raisonner en fonction des jours de la semaine Tire la langue. Nous nous rabattons sur une balade sans but précis dans le centre de Santa Fe, sans être axés sur les monuments historiques que nous avons déjà vus auparavant.

Cette journée sera pour moi l’occasion de m’essayer à la photographie en ville, un type de sujet qui me changera de celui des paysages auxquels je me consacre quasi exclusivement.

Nous jetons un coup d’œil aux boutiques autour de la Plaza.


On observe deux techniques de vente, totalement différentes, plus ou moins volontaristes.

Une jeune femme, debout au beau milieu de l’avenue et simplement protégée des voitures par un drapeau jaune, se démène pour vendre ses journaux en essayant de capter l’attention par son attitude enjouée.
A quelques dizaines de mètres, un Indien Pueblo, qui dispose d’un emplacement réservé sous les arcades de la Plaza, ignore superbement les clients qui regardent son étalage de peintures Surpris.


Tout près de là, un homme à l’esprit jeune s’amuse avec sa trottinette motorisée et nous gratifie de quelques figures pour la photo. Cool man ! Cool


Cela finit par donner soif à Annie et ses amies.


Nous passons sous des arcades « graphiques »
avant de nous recueillir devant un troupeau de crânes.


Les chapelets de piments qui sèchent en extérieur (ristras) sont une spécialité de Santa Fe.


La poterie colorée est également une production locale.


Mais on trouve ici toutes sortes d’artisanat créatif, comme ces jolis oiseaux.


Quand Annie photographie, elle peut être partout à la fois, comme le prouve cette photo !


Certains bâtiments modernes imitent à la perfection les constructions d’adobe, respectant avec bonheur le style typique de Santa Fe.


On peut trouver de jolies portes au hasard des rues.


Nous finissons notre tour par le Capitole et ses sculptures expressives


Rentrés à la maison, nous prenons notre temps pour déjeuner dans le jardin en dégustant une appétissante salade composée par Annie.

André propose de rester là cet après-midi afin de préparer une grande salade de fruits frais que nous apporterons chez Karen et Spencer pour le dîner/barbecue. C’est sympa de sa part !

Pendant ce temps, via un agréable chemin longeant la rivière, nous nous rendons à pied dans Canyon Road, la rue des galeries d’art de Santa Fe. Butinant de l’une à l’autre, nous profitons également des opportunités photographiques qu’offre cette rue aux maisons particulièrement bien entretenues et joliment décorées.


Dans cette rue où s’expriment les artistes, on peut constater que certains prennent la grosse tête
d’autres préfèrent la « zen attitude ».


ou se reposent
ou bien s’amusent franchement


mais il faut tout de même prendre garde à ses fesses !


On retrouve ici aussi quelques ristras colorées.
Même de simples murs d’adobe semblent vouloir apporter leur contribution artistique.


Une Hudson nous rappelle les Sixties


mais cette échoppe nous montre que nous sommes bien en 2009, l’année d’Obama, et que le business n’est pas oublié avec un slogan très second degré : « Jesus said buy folk art. » Rire


Dans cette rue huppée, on peut aussi bien rencontrer des ladies « so British »


que de sympathiques artistes locaux


qui apprécient probablement ces mobiles New Age.


De retour à la maison, nous nous laissons conduire par André dans le Dodge Durango qui leur a donné toute satisfaction lors du périple dans l’Ouest qui a précédé leurs deux semaines à Santa Fe.

Vers 17 heures, nous pénétrons dans la résidence privée au sud de Santa Fe, où se trouve la maison de Karen et Spencer. Ils nous accueillent chaleureusement dans ce qu’ils appellent « l’hacienda », où ils se sont installés il y a quelque temps pour leur retraite (je devrais plutôt dire « pour leur nouvelle vie hyper active »). Nous sommes vraiment impressionnés par cette magnifique demeure : pièces immenses, hauteur sous plafond et lumière qui entre de toute part, décoration recherchée sans être ostentatoire et qui intègre harmonieusement l’art indien local

Cette photo de la cuisine/salle à manger ne me démentira pas.


Ma rencontre avec Karen et Spencer remonte à 2003, lors d’une randonnée à Bryce Canyon en compagnie de ma fille Flora. Nous avions immédiatement bien accroché. Il faut dire que Karen est très enthousiaste et dégage un charisme incontestable. Elle est de plus très francophile : elle a été entres autres professeur de français, fait partie d’associations franco-américaines et voyage souvent en France où nous l’avions revue. Spencer, aussi posé que sympathique, a dirigé un hôpital et, pour s’occuper durant sa retraite, vient de se lancer avec succès comme agent immobilier. Il fallait oser, en pleine crise, mais il m’assure que Santa Fe reste un marché privilégié.

Nous passons un bon moment sur la terrasse pour l’apéritif et les sujets de discussion ne manquent pas. La communication est d’autant plus facilitée que Karen parle un français parfait et a déjà rencontré mes amis au musée Georgia OKeeffe. Spencer a préparé des Margaritas que Karen assure être « parmi les meilleures du Nouveau-Mexique ». Je veux bien le croire après avoir bu la première et je ne pourrai que le confirmer après les trois suivantes Fou, alors que je ne suis habituellement pas attiré par les boissons alcoolisées

Spencer ne faillit pas à la tradition américaine où c’est le chef de famille qui s’occupe du barbecue. Il nous prépare une succulente pièce de bœuf sur leur barbecue sophistiqué.


Karen, qui est passionnée de cuisine (elle a même donné des cours de cuisine chinoise, preuve de son éclectisme), a préparé le reste du repas avec notamment une émulsion à base de concombres d’une grande finesse. Elle nous sert un vin rouge d’Arizona (où ils habitaient auparavant), bien charpenté et qui titre 14°. Nous terminons le repas en nous régalant avec la rafraîchissante salade de fruits frais préparée par André.


Toute cette soirée, durant laquelle nous avons partagé notre passion croisée pour nos pays respectifs (un bel exemple d’entente franco-américaine), s’est déroulée dans une ambiance enthousiaste Sourire. C’était vraiment sympathique de la part de Karen et Spencer d’avoir invité cinq personnes à seulement quarante-huit heures de leur départ pour un périple en Europe. Ils me renouvellent leur invitation à venir passer quelques jours chez eux, invitation qu’Elisabeth et moi honorerons avec plaisir en mai 2010 lors de notre prochain voyage.

André n’ayant pas bu une goutte d’alcool Angélique, c’est en toute sécurité qu’il nous ramène à la maison de Santa Fe où je n’ai aucun mal à m’endormir dans la salle de yoga, l’esprit quelque peu embrumé par les libations de la soirée.



Partie 1 : de Denver à Santa Fe

Partie 2 : de Santa Fe à Lost City

Partie 3 : de Lost City à Page

Partie 4 : autour de Page et de Coyote Buttes

Partie 5 : de Cottonwood Canyon Road à Escalante

Partie 6 : de Grand Staircase Escalante National Monument à Capitol Reef
Bastinj

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Hello Philippe

Je déguste et savoure...
Voilà une 1ère partie bien prometteuse! Encore un carnet qui va connaître un record de lectures!
J'attends la suite avec impatience, plusieurs sites cités faisant partie de mes très prochaines future étapes... à commencer par Santa Fe, là où tu nous as laissés!

Dis... tu t'es mis d'accord avec Kashtin pour poster chacun, pratiquement à la même heure, une partie de votre carnet ?

Jacqueline
Isap29

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Philippe,

un carnet de toi ! Comment résister à une pareille tentation, même si l'aube est encore un peu loin.

Ton carnet sera pour nous d'un grand intérêt à plus d'un titre. D'une part pour tes conseils judicieux, d'autre part parce que ta boucle ressemble beaucoup à celle que je prépare pour 2012 et enfin pour l'appareil photo que nous avons en commun (sans le 10-24 mais avec le 70-300 prévu entre autre pour Yellowstone et des bonnettes macro pour la flore).

Je n'ai pas trop suivi les dessous de l'actualité des compagnies aériennes vers les US mais je découvre avec effroi que le second bagage est payant. FâchéTriste

J'espère pour nous Clin d'oeil que tu n'as pas pu faire toute ta "wish list" parce que sinon, il faudra que nous restions plus d'un mois sur place ! J'ai noté par exemple Butler Wash avec ses nombreux panels et ruines et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. Ton récit promet d'être captivant, d'autant que retoqué par Pascale (que je salue ici Rire).

Ton (tes) passage (s) chez Alamo : très instructif ainsi que le déroulement de ta visite au Wall-Mart. Je suis curieux de voir comment tu fais avec une glacière non électrique. Mais que va devenir la flotte Toyota avec les déboires que subit la marque en ce moment, même si cela ne concerne pas les mêmes modèles ?

Tes tribulations sur les routes secondaires dans la région de Calhan ne t'ont pas encore convaincu de l'utilité du gps routier ? Notre Tomtom nous a bien conduit là-bas et souvent loin des sentiers battus, pas uniquement sur les routes.

Je traverse de jolis badlands, étonné qu’ils ne soient pas boueux après la pluie.

Oui, effectivement, c'est une info intéressante.
Les paysages de ces badlands sont toujours aussi beau, les ocres resplendissants, que ce soit au coucher ou au lever du soleil.

Tes photos de pétroglyphes de la région de Galisteo sont effectivement intéressantes et j'imagine sans peine que la "balade" n'a pas être du même genre que celle de Signal Hill à Tucson. Ton "écureuil" ressemble un peu à un castor, même si je doute qu'on en trouve aussi bas.

Toi qui m'avais si joliment complimenté pour notre carnet de voyage, je peux enfin te retourner la pareille pour ce début et je ne doute pas que la suite sera du même tonneau.Sourire

A très bientôt j'espère pour de nouvelles découvertes.

PS : tes premiers pas avec ton D90 me semblent très prometteurs. Clin d'oeilCoolCoolCool Et il me semble reconnaitre un peu la "patte" à Pascale dans les cadres.Malin
Itat

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Deuxième carnet (avec celui de Kashtin) que je dévorerai ce weekend. En plus, celui d'une référence en la matière! Clin d'oeil
Trois14

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
bonjour Philippe

Quelle bonne surprise ce matin de découvrir ton début de carnet de voyage. Pour sûr, du plaisir en perspective Tire la langue pour beaucoup d'entre nous.
Je n'en ai lu que le tout début, et vite, mais ai bookmarké l'adresse afin d'y revenir régulièrement plus tard, et le déguster avec gourmandise (je n'en ai pas le temps maintenant, partant randonner la journée en famille dans les monts du Lyonnais).
Ce sera mon fil rouge pendant un certain temps, lors de chaque visite du site VF.
Ce premier coup d'oeil a néanmoins permis de confirmer que tes photos sont toujours aussi merveilleuses (il est vrai qu'avec les PTS, tu es à bonne école Clin d'oeil).
Et le texte qui parait bien détaillé nous en apprendra plus sur ce qu'est réellement un voyage sedonaxien.

La lecture sera j'en suis sûr un moment de plaisir intense, mais aussi ne manquera pas de donner quelques idées pour nos prochaines virées. En particulier, il nous faudra découvrir (seul Dubitatif) ce que cachent les (trop) nombreux << xyz >>.

Et cette année (2010), quand (et dans quels coins) traineras tu dans l'Ouest (à l'occasion de ta visite à NYC, probablement) ?

Encore bravo et merci pour le courage que tu as eu en te lançant dans la rédaction de ce carnet de voyage (courage que je n'ai jamais eu, préférant placer mon énergie sur le prochain voyage plutôt que de revenir sur le précédent ; je sais, ce n'est pas bien, mais certains le font si bien).

J-Pierre
Panisse

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Compte tenu de la floraison sur VF d’excellents carnets sur l’Ouest américain, j’ai hésité à en proposer un de plus, d’autant que je n’ai pas la fibre littéraire

Bonjour,

Eh bien qu'est-ce que ça serait si tu avais la fibre littéraire ! Sourire

Je le trouve superbe ce carnet de voyage, vivant, informatif, précis, animé par un vrai goût de la découverte... !
Que demander de plus !!

Félicitations. J'attends la suite avec impatience Sourire
Aiassa

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Je viens de découvrir ton journal de voyage et je pense que c'est un magnifique cadeau que tu fais à tous les fous d'Amérique dont André et mois faisons aussi partie.
Le texte est agréable et vivant et les photos, on le sent, on le voit, amoureusement préparées, composées, elles sont au top, originales et tout et tout...
De quoi boucler le sac à dos et y foncer de suite!
Mais comme tout cela est un très gros morceau, je vais prendre mon temps pour refaire le voyage derrière toi et revenir dessus.

Annie
Dusty35

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Youhou, un carnet de Sedonax Malin.

Excellent début et des superbes photos que l'on ne voit pas partout Clin d'oeil
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Hello Jacqueline,

Je déguste et savoure...

Content de t'avoir mis l'eau à la bouche....

J'attends la suite avec impatience, plusieurs sites cités faisant partie de mes très prochaines future étapes... à commencer par Santa Fe, là où tu nous as laissés!

J'ai ajouté Santa Fe à la fin de la partie n°1.

Dis... tu t'es mis d'accord avec Kashtin pour poster chacun, pratiquement à la même heure, une partie de votre carnet ?

Non, mais on se fait lire nos carnets de voyage respectifs en avant première !

Excellent futur voyage.

Philippe
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Alain Pierre,

Ton carnet sera pour nous d'un grand intérêt à plus d'un titre. D'une part pour tes conseils judicieux, d'autre part parce que ta boucle ressemble beaucoup à celle que je prépare pour 2012

Tu vas avoir le temps de préparer ce circuit et nous pourrons en reparler ensemble.

et enfin pour l'appareil photo que nous avons en commun (sans le 10-24 mais avec le 70-300 prévu entre autre pour Yellowstone et des bonnettes macro pour la flore).

Le Père Noël t'apportera peut être un ultra grand angle d'ici là ! Moi je n'ai pas de zoom digne de ce nom, parfois je le regrette.

Je n'ai pas trop suivi les dessous de l'actualité des compagnies aériennes vers les US mais je découvre avec effroi que le second bagage est payant. FâchéTriste

Oui et cela fait 100 $ A/R de plus car je ne peux pas tout mettre dans un seul sac de 23kg à cause du camping.

J'espère pour nous Clin d'oeil que tu n'as pas pu faire toute ta "wish list" parce que sinon, il faudra que nous restions plus d'un mois sur place !

Je n'ai pas pu voir tous les sites de ma wish list initiale mais j'ai visité tous ceux que j'ai cités au début de la partie n°1.

Je suis curieux de voir comment tu fais avec une glacière non électrique.

Il y a des jours sans glace où elle ne fait plus glacière mais dans ce cas je ne prends rien qui se perde si ce n'est pas au froid. Et je bois ma lemonade tiède Incertain...

Tes tribulations sur les routes secondaires dans la région de Calhan ne t'ont pas encore convaincu de l'utilité du gps routier ? Notre Tomtom nous a bien conduit là-bas et souvent loin des sentiers battus, pas uniquement sur les routes

Je n'ai pas perdu tant de tant que cela, mais j'ai eu plusieurs fois des hésitations ce jour là. En cas de besoin, je peux sortir mon GPS de rando qui a une carte des USA au 100000àme mais ce n'est pas partique sur le petit écran.

Tes photos de pétroglyphes de la région de Galisteo sont effectivement intéressantes et j'imagine sans peine que la "balade" n'a pas être du même genre que celle de Signal Hill à Tucson.

Il faut vraiment aimer les petroglyphes pour aller voir ceux là.

Toi qui m'avais si joliment complimenté pour notre carnet de voyage, je peux enfin te retourner la pareille pour ce début et je ne doute pas que la suite sera du même tonneau.Sourire

Merci !

Et il me semble reconnaitre un peu la "patte" à Pascale dans les cadres.Malin

Non, j'ai réutilisé un tutoriel que j'avais utilisé à l'identique pour mon voyage dans le Sahara de fin 2008 et j'en ai fait un script que j'ai automatisé dans un batch. Les cadres de Pascale sont plus sophistiqués car elle choisis la couleur d'une partie du cadre en fonction de chaque photo, comme l'avait fait Le Tigre, une patience que je n'aurais pas !

A+

Philippe
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Thibaud,

Deuxième carnet (avec celui de Kashtin) que je dévorerai ce weekend. En plus, celui d'une référence en la matière! Clin d'oeil

Avec tous ces carnets à dévorer tu ne devais plus avoir très faim le dimanche soir Clin d'oeil

Philippe
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Jean Pierre,

Pour sûr, du plaisir en perspective Tire la langue pour beaucoup d'entre nous.

Du moins je l'espère. Au moins il y aura quelques nouveautés.

Ce premier coup d'oeil a néanmoins permis de confirmer que tes photos sont toujours aussi merveilleuses

Merci beaucoup !

Et le texte qui parait bien détaillé nous en apprendra plus sur ce qu'est réellement un voyage sedonaxien.

Surtout que je suis assez bavard dans ce carnet.Tire la langue

mais aussi ne manquera pas de donner quelques idées pour nos prochaines virées. En particulier, il nous faudra découvrir (seul Dubitatif) ce que cachent les (trop) nombreux << xyz >>.

Rien d'impossible pour certains d'entre eux...

Et cette année (2010), quand (et dans quels coins) traineras tu dans l'Ouest (à l'occasion de ta visite à NYC, probablement) ?

Je prévois en mai / juin un trip tranquille avec ma femme, où nous passerons du temps avec des amis sur place et a priori sans recherche de nouveautés au milieu de nulle part.

Encore bravo et merci pour le courage que tu as eu en te lançant dans la rédaction de ce carnet de voyage (courage que je n'ai jamais eu, préférant placer mon énergie sur le prochain voyage plutôt que de revenir sur le précédent ; je sais, ce n'est pas bien, mais certains le font si bien)

Je raisonnais exactement comme toi mais je me suis dit que j'allais faire une exception pour cette fois.

A+

Philippe
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Sabine,

Merci beaucoup pour tes compliments qui m'encouragent pour la suite car l'écriture (autre que celle de guides) ce n'est pas mon truc.

Philippe
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Hello Annie,

Merci beaucoup pour tes compliments qui me touchent particulièrement car tu sais que j'admire tes talents d'écriture et surtout de photographe (et pas uniquement de paysage !). D'ailleurs, le fait d'être avec toi à Santa Fe m'a poussé à faire davantage de photos que je n'en aurais fait seul.

A bientôt

Philippe
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Hello Dusty35,

Merci beaucoup !

photos que l'on ne voit pas partout

Depuis bientôt 10 ans, j'essaye de faire partager ma découverte de sites peu connus ou encore confidentiels.

Philippe
Laurence49b

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonsoir Philippe,

Cela me gêne beaucoup de t'écrire d'ors et déjà ! La lecture de ton texte a été juste survolée et j'ai plutôt porté mes yeux ébahis sur tes photos extraordinaires - ça je peux le jurer - bon, je sais, ce qui suit est de la redite ! Pirate

Nous avons rapidement feuilleté et repéré le scoop et la grande sortie de ton carnet...et même en le survolant j'y ai admiré mon Spartiate...je cherche encore une ressemblance.. Cool peut-être se trouve-t-elle dans l'esprit/mental....à peu près sûr, ça !!!

Aucun souci je ne manquerai pour rien au monde ton grand et fabuleux voyage de notre encore plus grand et plus fabuleux SEDONAX Clin d'oeil Clin d'oeil Tire la langue Gêné !

Mais avant et pour ne pas paraître infidèle à Pascale je reste sur son chef-d'oeuvre (trop de dispersion ne me convient pas ; je risque de faire un Milk-shake..)

Ensuite, je me laisserai porter (jusqu'à...la transe... indienne...!!!) elle existe ou pas celle-ci ?Malin dans les douces profondeurs des inconnues et nouveautés de l'Ouest vus par TOI, Philippe

Promis, mon cher Philippe tu auras un commentaire à la hauteur de tes espoirs et surtout de la restitution du petit bijou ; le peu que je viens de voir me laisse à croire en toi...

A très bientôt et amicalement,
Laurence
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Laurence,

Merci beaucoup pour ton message.

Je reconnais là ton enthousiasme et ton style inimitable Clin d'oeil

Prends ton temps pour lire ce volumineux carnet.. qui j'espère ne te poussera pas encore une fois à modifier ton prochain circuit.

Je viens d'ajouter la troisième partie...

Bon week end

Philippe
Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Hello Sabine,

J'attends la suite avec impatience Sourire

J'ai mis en ligne la partie n°4 aujourd'hui.

Il va y avoir une longue pause pour produire la suite puisque maintenant je dois préparer mon prochain voyage.

Bon week-end

Philippe
Kashtin

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Bonjour Philippe,

Excellente idée que tu as eue là, de te lancer dans un carnet de voyage, car c'est le carnet de tous les superlatifs!

Je savais déjà que tu étais un « découvreur », que tu allais à la recherche de sites nouveaux simplement parce que tu avais vu une vague photo sur Internet et que ça t'avait donné envie d'y aller, que tu étais un amateur d'art rupestre et, de la même façon, recherchais leur localisation; que tu dormais dans ton 4 x 4, mangeais des crêpes bretonnes vanillées au petit déjeuner et des boîtes de saumon à l'eau à ton repas du soir (dure vie que celle de l'Ouest!... enfin..., pour le soir Clin d'oeil).
Mais là, en te lisant, je découvre par le menu une organisation incroyable (que ne devrait pas renier Cochize Sourire), parfaitement rodée, que tu as très bien su décrire, et on vit ce voyage avec toi au jour le jour, du lever au coucher du soleil! C'est un fourmillement d'informations qui seront utiles à la fois à ceux qui font du camping et à ceux qui voudraient éventuellement passer au stade supérieur en s'éloignant sur les pistes isolées.

Tu sais que je suis très admirative de tes photos, qui me touchent toujours particulièrement. En dehors de l'inventivité dont tu fais preuve (entre autres, Annie en réflexion dans les miroirs de Santa Fe, il fallait y penser!), des sujets et des cadrages exceptionnels, on sent une sensibilité, une passion pour ce que tu photographies, que ce soit les animaux naturalisés de Denver (j'adore l'orignal au regard mélancolique, l'ours et le loup, – bravo encore pour les cadrages originaux! et le bisou du poisson à la petite fille), les rues de Santa Fe (superbe série, toutes plus belles les unes que les autres; quelle publicité pour la ville! Clin d'oeil) ou les badlands. Tu es aussi bon dans les sujets de nature que dans les portraits, ce qui n'est pas donné à tout le monde.

Je suis époustouflée! Sourire

Pascale
LeTigre

Signaler Répondre
Publicité invisible aux membres
VoyageForum connectés à leur compte. (?)
Salut Sedo !

(il ne servira donc à rien de me harceler par MP, de me manipuler psychologiquement, de m’hypnotiser ou de me menacer Tire la langue).

Et te faire boire ??? Tire la langue

prouvant une fois de plus que la musique peut adoucir les mœurs et aplanir les difficultés.

Prouvant surtout qu'il faut s'avoir exactement ce qu'on veut (un vrai 4x4) être pret à " laisser filer du temps " pour avoir ce qu'on veut (le Toy') savoir s'exprimer parfaitement et impérativement in english (je veux CE véhicule et je ne paierais pas de supplément) et enfin qu'il faut savoir faire du forcing (aller au garage et embrouiller le loustic en lui parlant musique) donc, en résumé, prouvant surtout qu'il faut être Sedo pour faire les trips de Sedo !!! Clin d'oeil

Sinon, comme (quasi) à chaque fois qu'il y a " a lot of pictures" plusieurs photos ne s'affichent pas complètement, je pense que le navigateur " tourne " un certain temps puis considère que toutes les photos sont affichès et arrete de bosser !

... carnet suivant... (super l'idée de mettre les liens au début et à la fin) Clin d'oeil
Poster un carnet/texte Suivre cette discussion Partager Signaler 1 2
Nos annonceurs
Voici leurs offres...

Ajouter mon annonce
Spiritualité & Conscience
Oasis-voyages.com
Seule agence francophone 100% spécialisé dans les voyages initiatiques
L'anglais aux Etats-Unis
Studyglobal.fr
Venez apprendre l'anglais dans 10 villes U.S au choix avec StudyGlobal
Circuit sur mesure USA
Amplitudes.com/Etats-unis
Créez un circuit 100% sur mesure avec l'expert Etats-Unis. Dès 1 448€
Bon Plan Hôtel à New-York
Trivago.fr/Hotels-NewYork
Les hôtels les mieux notés au meilleur prix. Comparez & Economisez
?
Carnets similaires sur les États-Unis:
  Titre de la discussion Premier message Réponses Dernier message 
7 jours dans le Michigan part 1 de 19 jours hors des sentiers battus
202 photos
7 jours dans le Michigan jours 2 à 8 de notre trip : 19 jours hors des sentiers battus Michigan, Ohio, Indiana et plus Le début du voyage et l’introduction sont là : voyageforum.com/... Jour 3 : lundi 12 septembre Pour résumé nous sommes partis ce...
Carnets de voyage > États-Unis
11 déc. 2016 à 20:10
de
Americalover
39 18 jan. 2017 à 19:51
de Americalover »
19 jours hors des sentiers battus Michigan, Ohio, Indiana et plus
115 photos
Carnet de route Introduction : Pour ce sixième voyage au pays de l’oncle Sam, plusieurs options ont été étudiées, tout d’abord, la destination, sur ce premier critère voici celles qui étaient envisagées : La première, la Californie sud et route 1 avec...
Carnets de voyage > États-Unis
5 déc. 2016 à 22:02
de
Americalover
56 11 mai 2017 à 22:40
de Americalover »
Ouest américain en famille: parents et ados (2ème partie)
23 photos
Impossible de continuer mon 1er carnet de voyage -dommage!! du coup je reprends le même titre mais voilà la "2ème partie" j'espère que les personnes qui m'ont gentiment encouragé de continuer s'y retrouveront voilà le 4ème jour à SF est fini - remplie de souvenirs...
Carnets de voyage > États-Unis
23 mai 2013 à 18:55
de
Sandreg
59 23 nov. 2013 à 15:24
de Sandreg »
De retour dans l'Ouest américain (5e voyage) - 2e partie
104 photos
En attendant d'écrire celui de 2014 (nous sommes rentrés il y a 1 semaine), je termine déjà le récit de 2013 ! La première partie se trouve ici : voyageforum.com/... 10 Mai 2013 Nous nous levons ce matin remplis d’espoir pour le tirage au sort de The...
Carnets de voyage > États-Unis
18 mai 2014 à 0:30
de
Oliv2019
19 17 déc. 2014 à 21:30
de Oliv2019 »
Aventures dans l'Ouest américain
28 photos
C'est toujours avec le même plaisir que je vous fait partager ma passion de l'Ouest Américain. J'espère qu'il contribuera à nourrir les rêves d'aventure et de découverte que suscite cet endroit chez un grand nombre d'entre nous (au vu des nombreux carnets de voyage...
Carnets de voyage > États-Unis
8 nov. 2014 à 0:46
de
Oliv2019
24 8 fév. 2015 à 11:16
de Wavemaster »
Plus de carnets similaires à «Ouest américain 2009 : à la découverte de nouveaux sites en dehors des sentiers battus (Partie n°1)»
À découvrir aussi sur les États-Unis:
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Photo postée par Philippe Schuler (membre Sedonax).
Heure du site: 22:49 (25/06/2017)
Tous les droits réservés © 2002-2017 VoyageRéseau Inc.
Devenir membre de VF !
Me connecter
5 264 visiteurs en ligne depuis une heure!
Spiritualité & Conscience
Oasis-voyages.com
Seule agence francophone 100% spécialisé dans les voyages initiatiques
L'anglais aux Etats-Unis
Studyglobal.fr
Venez apprendre l'anglais dans 10 villes U.S au choix avec StudyGlobal
Circuit sur mesure USA
Amplitudes.com/Etats-unis
Créez un circuit 100% sur mesure avec l'expert Etats-Unis. Dès 1 448€
Bon Plan Hôtel à New-York
Trivago.fr/Hotels-NewYork
Les hôtels les mieux notés au meilleur prix. Comparez & Economisez
Plus d'annonces similaires »